Yôko Ogawa | Le petit joueur d'échecs

    © Bruno Nuttens / Actes Sud

    Yôko Ogawa est née en 1962. Après la parution de son premier roman en 1988, pour lequel elle obtient le prix Kaien, elle reçoit en 1991 le très prestigieux prix Akutagawa pour La Grossesse (Actes Sud, 1997). Elle quitte alors son emploi de secrétaire médicale et se consacre à l’écriture.
    L’oeuvre de Yôko Ogawa, aujourd’hui mondialement connue et qui ne cesse d’être traduite dans le monde entier, est publiée en France par Actes Sud. Récemment sont parus : La Mer (2009), Cristallisation secrète (2009 ; Babel n° 1165), Les Tendres Plaintes (2010), Manuscrit zéro (2011) et Les Lectures des otages (2012).

    Yôko Ogawa sera en France du 1er au 7 avril 2013.

     

    Bibliographie

    • La Piscine, 1995.
    • Les Abeilles, 1995.
    • La Grossesse, 1997.
    • La Piscine / Les Abeilles / La Grossesse, Babel n° 351, 1998.
    • Le Réfectoire un soir et une piscine sous la pluie suivi de Un thé qui ne refroidit pas, 1998.
    • L’Annulaire,, 1999 ; Babel n° 442, 2000.
    • Hôtel Iris, 2000 ; Babel n° 531, 2002.
    • Parfum de glace, 2002 ; Babel n° 643, 2004
    • Une parfaite chambre de malade suivi de La Désagrégation du papillon, 2003 ; Babel n° 704, 2005.
    • Le Musée du silence,, 2003 ; Babel n° 680, 2005.
    • La Petite Pièce hexagonale, 2004 ; Babel n° 800, 2007.
    • Tristes revanches, 2004 ; Babel n° 919, 2008.
    • Amours en marge, 2005 ; Babel n° 946, 2009.
    • La Formule préférée du professeur, coéd. Leméac, 2005 ; Babel n° 860, 2008.
    • La Bénédiction inattendue, 2007.
    • Les Paupières, 2007 ; Babel n° 982, 2009.
    • La Marche de Mina, 2008 ; Babel n° 1044, 2011.
    • La mer, coéd. Leméac, 2009.
    • Œuvres , tome I, collection “Thesaurus”, 2009.
    • Cristallisation secrète, Leméac, 2009 ; Babel n° 1165, 2013.
    • Les tendres plaintes, 2010.
    • Manuscrit zéro, 2011.
    • Les lectures des otages, 2012.
    • Le petit joueur d’échec, 2013.

    À paraître

    Le petit joueur d’échecs
    Le petit joueur d’échecs

    Roman traduit du japonais par Martin Vergne

    Parution le 13 mars 2013

     

    Un gamin de sept ans solitaire et sensible rencontre un homme obèse installé avec son chat Pion dans un autobus extraordinaire. De leur amitié va naître le partage d’une passion : celle des échecs. Exceptionnellement doué, le petit devient un joueur tout à fait singulier car il joue à l’aveugle, installé sous la table...

     

    Un petit garçon né avec les lèvres scellées mais depuis libérées, vit aujourd’hui avec un léger duvet sur la bouche, une hypersensibilité à tous déplacements d’air. Élevé par ses grands-parents, il passe de longs moments à rêver sur la terrasse d’un grand magasin, là où serait morte l’éléphante Indira. Mascotte d’un lancement promotionnel, ce bel animal serait devenu trop immense pour quitter les lieux. Enfermée sur ce toit, Indira n’aurait plus eu qu’à attendre la mort.
    Aujourd’hui l’éléphante demeure dans l’imaginaire de l’enfant, tout comme la petite Miira, son amie imaginaire avec qui il parle le soir.
    Un matin, en arrivant avec sa classe à la piscine, le garçon découvre le corps d’un homme noyé dans le bleu du bassin. Et c’est en cherchant à savoir qui était ce malheureux nageur que le gamin rencontre un vieil homme obèse installé avec son chat Pion dans un autobus aménagé, lieu aussi improbable que magique. L’homme l’invite à goûter et lui prépare des desserts sucrés à volonté.
    De ces rendez-vous gourmands naissent une amitié et un véritable apprentissage. L’homme va faire du petit un champion d’échecs et plus encore, il va lui enseigner la stratégie du jeu en aveugle. Une singularité que le gamin pratique d’emblée alors qu’il se glisse sous la table pour caresser le chat Pion tout en continuant la partie. Jouer, apprendre à jouer en percevant, comme le vent sur le duvet blond de ses lèvres, le frissonnement du jeu de l’autre, son cheminement. Puis y adjoindre la beauté : la création d’un diagramme de jeu, tel un poème muet...
    Un livre d’une grande douceur comme La Formule préférée du professeur ou Amours en marge dans lequel une enfant s’attachait à un hippopotame. Un conte fidèle aux mondes perdus des grandes amitiés qui explore l’univers formel des échecs et le transpose du côté de l’enfance poétique et rêveuse.

     

    Cristallisation secrète

    Parution simultanée en Babel :

    Cristallisation secrète
    Roman traduits du japonais par Rose-Marie Makino

    Alors que les choses et les créatures, les souvenirs et les émotions disparaissent selon un principe d’effacement diaboliquement orchestré, une jeune romancière tente de sauver son éditeur des griffes d’une effroyable milice. Cet homme est en danger car il fait partie de ceux qui n’ont pas encore perdu la mémoire...

     

    Parutions récentes

     

    Dans la collection Thesaurus

     

     

    Les titres de Yôko Ogawa disponibles en Babel

    Yôko OGAWA - La Bénédiction inattendue

    Yôko OGAWA
    La Bénédiction inattendue

    Traduit du japonais par : Rose-Marie MAKINO | Mars 2012

    De la fascination d'une convalescente pour le destin d'un petit champion de natation à l'erreur d'une romancière se présentant spontanément à son lecteur ; des écrits d'une enfant solitaire à l'inquiétude d'une mère pour un chien aux yeux tristes.

    Yôko OGAWA - La Marche de Mina (Babel)

    Yôko OGAWA
    La Marche de Mina (Babel)

    Traduit du japonais par : Rose-Marie MAKINO | Février 2011

    L'amitié de deux cousines dans le Japon des années 1970. Mina et Tomoko ont douze ans. L'une est passionnée de littérature, a un père d'origine allemande et se déplace à dos d'hippopotame. L'autre découvre ainsi l'empreinte de la lointaine Europe et le regard pour elle si particulier de ceux qui viennent d'ailleurs.

    Yôko OGAWA - Les Paupières

    Yôko OGAWA
    Les Paupières

    Traduit du japonais par : Rose-Marie MAKINO | Octobre 2009

    Une petite fille touchée par l'élégance d'un vieil homme le suit dans son île et devient son alliée face à l'hostilité du monde environnant. Dans la maison vit aussi un hamster, au regard dépourvu de paupières. Une Japonaise prend l'avion pour l'Europe. A ses côtés s'installe un homme qui lui parle puis s'endort. Sa voisine, incapable d'un tel abandon, l'interroge.

    Yôko OGAWA - Amours en marge

    Yôko OGAWA
    Amours en marge

    Traduit du japonais par : Rose-Marie MAKINO | Mars 2009

    Une jeune femme se réveille en croyant entendre le chant d'une fl ûte… Il n'y a pourtant que le silence que son mari a laissé derrière lui la veille en la quittant. Bientôt, elle perçoit le moindre chuchotement comme un hurlement, le moindre choc comme un cataclysme ; et elle s'égare dans l'assourdissant bruissement des réminiscences.

    Yôko OGAWA - Tristes revanches

    Yôko OGAWA
    Tristes revanches

    Traduit du japonais par : Rose-Marie MAKINO | Octobre 2008

    Une jeune femme entre dans une pâtisserie pour acheter un gâteau d'anniversaire à son fils mort depuis longtemps. Dans l'arrière-boutique, une vendeuse pleure en silence. Un journaliste arrive dans un hôtel sur lequel il doit écrire un article. Dans sa chambre s'est installée une femme. Elle s'en va aussitôt mais ne quitte pas les abords de l'hôtel. Elle rôde en portant un curieux fardeau.

    Yôko OGAWA - La Formule préférée du professeur

    Yôko OGAWA
    La Formule préférée du professeur

    Traduit du japonais par : Rose-Marie MAKINO | Janvier 2008

    Une aide-ménagère est embauchée chez un ancien mathématicien, un homme d'une soixantaine d'années dont la carrière a été brutalement interrompue par un accident de voiture, catastrophe qui a réduit l'autonomie de sa mémoire à quatre-vingts minutes.

    Yôko OGAWA - Le Réfectoire un soir et une piscine sous la pluie

    Yôko OGAWA
    Le Réfectoire un soir et une piscine sous la pluie

    Traduit du japonais par : Rose-Marie MAKINO | Septembre 2007

    Quelque temps avant son mariage, une jeune femme rencontre un enfant et son père, qu'elle retrouve un soir plongés dans la contemplation d'un restaurant scolaire. Quand l'homme lui raconte pourquoi l'image d'un réfectoire le soir évoque pour lui le souvenir d'une piscine sous la pluie.

    Yôko OGAWA - La Petite Pièce hexagonale

    Yôko OGAWA
    La Petite Pièce hexagonale

    Traduit du japonais par : Rose-Marie MAKINO | Avril 2007

    Dans les vestiaires d'une piscine, une jeune femme est soudain attirée par une inconnue pourtant banale, effacée et silencieuse. Quelques jours plus tard, elle croise à nouveau l'inconnue qui marche dans la rue accompagnée d'une vieille dame et, fascinée, elle les suit à travers la ville jusqu'à une loge de gardien au milieu d'un parc.

    Yôko OGAWA - Une parfaite chambre de malade

    Yôko OGAWA
    Une parfaite chambre de malade

    Traduit du japonais par : Rose-Marie MAKINO | Septembre 2005

    Une jeune femme vient de confier sa grand-mère à une institution médicalisée. Dépendante, silencieuse et immobile, la vieille dame semble peu à peu s'effacer de toute réalité. Dans la mémoire et l'inconscient de sa petite-fille, la solitude est immense...

    Yôko OGAWA - L'Annulaire

    Yôko OGAWA
    L'Annulaire

    Traduit du japonais par : Rose-Marie MAKINO | Juin 2005

    Dans un ancien foyer de jeunes filles transformé en laboratoire, M. Deshimaru, taxidermiste du souvenir, prépare et surveille des "spécimens", tandis que la narratrice de ce récit, assistante et réceptionniste, accueille les clients venus confier au mystérieux spécialiste d'insolites bribes de leur histoire : des ossements d'oiseau, quelques champignons microscopiques, une mélodie, une cicatrice…

    Yôko OGAWA - Le Musée du silence

    Yôko OGAWA
    Le Musée du silence

    Traduit du japonais par : Rose-Marie MAKINO | Avril 2005

    Un jeune muséographe vient d'entrer en fonction dans un manoir aux confins du monde. Sous la direction d'une vieille femme plutôt étrange, il devra recenser, agencer, mettre en scène une véritable collection d'objets, de reliques du quotidien, de vestiges d'une intimité disparue et pourtant soutirée depuis des années aux défunts du village voisin.

    Yôko OGAWA - Parfum de glace

    Yôko OGAWA
    Parfum de glace

    Traduit du japonais par : Rose-Marie MAKINO | Juin 2004

    A la mort de son compagnon, Ryoko réalise qu'elle ne savait rien de lui. Le jeune homme s'est suicidé dans son laboratoire de parfumeur, où il créait des fragrances exceptionnelles en combinant son incomparable mémoire olfactive à ses capacités scientifiques.

    Yôko OGAWA - La piscine, les abeilles, la grossesse

    Yôko OGAWA
    La piscine, les abeilles, la grossesse

    Traduit du japonais par : Rose-Marie MAKINO | Octobre 1998

    Dans La Piscine, la fille du directeur d'un orphelinat partage la vie quotidienne de tous les enfants de l'institution, exactement comme si elle non plus n'avait pas de famille. Deux plaisirs compensent cette situation : regarder un adolescent s'exercer à plonger dans la piscine, et tourmenter une petite fille de cinq ans...


    Association du méjan

    Actes Sud newsletter

    Inscription à la newsletter :

    newsletter