Sauvegarde | Imre Kertész

    Journal 2001 - 2003

    Sauvegarde

    2 Novembre 2001

    « Tout me nie – le moindre texte, la moindre expression de ce lieu, de ce pays, de cette société, de ces gens, de cette littérature, de ce système de valeurs. Quoi que j’entende, j’entends cette négation, quoi que je lise, je lis cette négation, quoi que je voie, etc. Partir ! – Voilà l’urgence »

     

     

    La maladie ayant restreint la maîtrise de sa main, Imre Kertész a pu tenir ce journal grâce à un ordinateur. Voilà la raison pour laquelle son titre fait allusion au traitement de texte. Couvrant les années 2001 à 2003, ces pages reviennent sur un moment crucial, un des plus grands bouleversements de la vie d’Imre Kertész : le prix Nobel de littérature en 2002.

    Il y aborde aussi la genèse de son roman Liquidation, le travail littéraire quotidien, l’importance de la musique dans son existence, sa difficulté à concilier vie conjugale et vie d’écrivain, sa maladie de Parkinson, son rapport à la Hongrie nouvelle et à Israël, ainsi que son départ pour Berlin. Mais avant tout, il ne cesse de se pencher sur ce qui le préoccupe et lui importe le plus : la littérature. Un témoignage d’une sincérité radicale et d’une sombre lumière, nourri du sens subtil de l’auteur pour l’ironie.

     

     

     

     

     

     

     

     

    Lire un extrait

     

     

     

    Imre Kertész

    Kertesz Imre

    Imre Kertész est né le 9 novembre 1929 à Budapest, dans une famille juive. En 1944, à l'âge de quinze ans, il est déporté à Auschwitz-Birkenau, puis transféré à Buchenwald, d'où il sera libéré en 1945. Après la guerre, il retourne vivre en Hongrie et découvre que toute sa famille a été exterminée. Il exerce le métier de journaliste à Budapest, mais il est licencié en 1951, lorsque le journal pour lequel il travaille est proclamé organe du parti communiste. A 25 ans, il découvre L'étranger de Camus et décide de devenir écrivain. Dès 1953, il se consacre ainsi à l'écriture, mais aussi à la traduction d'auteurs de langue allemande, tels que Nietzsche, Hofmannsthal, Schnitzler, Wittgenstein, ou encore Canetti. L'écrivain hongrois publie - dans l'indifférence générale - son premier roman en 1975, qu'il a commencé à écrire en 1963 (Etre sans destin, Actes Sud, 1997).

    Pendant quarante ans, il vit avec sa femme dans un studio minuscule, en marge de la société hongroise. Il gagne sa vie en écrivant des comédies musicales, des pièces de boulevard et des traductions. Considérant qu'il est impossible de décrire Auschwitz, il réfléchit aux conséquences éthiques et humaines de cette période de sa vie passée dans les camps. "Je hais la peinture des horreurs. Ce qui m'intéresse, c'est la distance", explique-t-il. Refusant tout nationalisme, il se décrit comme un juif européen, et vit aujourd'hui avec sa femme entre Berlin et Budapest.

    Lauréat du prix Nobel de littérature 2002, Imre Kertész est l'auteur d'une œuvre incontournable sur l'Holocauste, publiée en France chez Actes Sud.

     

     

     

    Le portrait d'Imre Kertész

     

     

     

    Bibliographie sélective

    Imre KERTÉSZ - Journal de galère

    Imre KERTÉSZ
    Journal de galère

    Traduit du hongrois par Natalia Zaremba-Huzsvai et Charles Zaremba | Octobre 2010

    Bien avant la consécration de son travail par le prix Nobel de littérature en 2002, Imre Kertész a noté sur une période de trente ans observations, pensées philosophiques et aphorismes qui l'accompagnaient lors de l'écriture de ses premières oeuvres.

    Imre KERTÉSZ - L'Holocauste comme culture

    Imre KERTÉSZ
    L'Holocauste comme culture

    Traduit du hongrois par Natalia Zaremba-Huzsvai et Charles Zaremba | Avril 2009

    "Auschwitz ne s'explique pas par la conception vulgaire, archaïque, j'allais dire classique, de l'antisémitisme – voilà ce que nous devons comprendre précisément. Il n'y a là aucun lien organique.

    Imre KERTÉSZ - Dossier K.

    Imre KERTÉSZ
    Dossier K.

    Traduit du hongrois par Natalia Zaremba-Huzsvai et Charles Zaremba | Janvier 2008

    Après qu'Imre Kertész eut reçu, en 2002, le prix Nobel de littérature, quantité de rumeurs circulèrent au sujet de son existence. La plupart confondaient la vie du héros d'Etre sans destin avec celle de son auteur.

    Imre KERTÉSZ - Etre sans destin - Le Livre du film

    Imre KERTÉSZ
    Etre sans destin - Le Livre du film

    Novembre 2005

    Voici le scénario original qu'Imre Kertész a écrit pour l'adaptation cinématographique de son roman Etre sans destin dans lequel son expérience concentrationnaire est évoquée.

     


    Association du méjan

    Actes Sud newsletter

    Inscription à la newsletter :

    newsletter