Puissions-nous être pardonnés | A. M. Homes

    Puissions-nous être pardonnés
    Puissions-nous être pardonnés
    A. M. Homes
    Roman traduit de l’anglais (États-Unis) par Yoann Gentric

    En librairie le 6 mai

     

    Harold Silver a passé sa vie à observer son arrogant et belliqueux frère cadet George – golden-boy de l’industrie télévisuelle, plus grand et plus malin que lui – se bâtir une vie cossue avec femme, enfants et belle maison en banlieue de New York. Mais Harry, historien spécialiste de Nixon menant une vie étriquée, se définissant volontiers comme un homme dépourvu de sentiments, connaît pour en avoir fait les frais le tempérament violent de son frère. Et le jour où George perd le contrôle, la sauvagerie de son geste est telle que les deux frères rivaux sont projetés dans des vies radicalement nouvelles.

    "Puissions-nous être pardonnés", une incantation, une prière, l'espoir de parvenir à me tirer vivant de cette affaire.
    Vous voulez la recette du désastre ?

    En proie à un trouble profond, convaincu de n’être pas moins coupable que George dans ce drame, Harry, que sa femme vient de quitter, se trouve soudain en charge de sa nièce et de son neveu, d’un chien expansif, d’un orphelin pour le moins vif et excentrique ainsi que d’un couple de retraités avançant dans l’hiver de leur vie comme dans un voyage fantastique. Tandis qu’il s’emploie à fonder cette famille d’un genre nouveau – plus choisie que biologique –, Harry, sorte de héros qui s’ignore, navigue dans la tempête avec une vérité et une intelligence des autres salutaire, et, ce faisant, trouve le chemin de lui-même.

    Homes

    Non contente d’être une incroyable storyteller, A. M. Homes excelle dans l’art de faire surgir le rire des situations les plus désespérées. Portée par une narration d’une exceptionnelle intensité, elle brosse ici un portrait à la fois ironique et sombre de la vie familiale au xxie siècle, mettant en lumière la solitude criante de l’être humain dans notre société. Un roman tragicomique sur la reconstruction d’une famille profondément meurtrie et sur la possibilité de transformation personnelle, ou comment renoncer à la tentation de nous autodétruire pour apprendre enfin à vivre ensemble, trouver une forme possible de bonheur et accepter les défis de l’existence dans sa dimension d’héritage mais aussi de nécessaire et permanente métamorphose.

     

     

    Dans la presse

    Emmanuel Romer, La Croix

    « Exubérant, ce livre enchaîne les péripéties pied au plancher. On n’arrive pas à décrocher, entraîné par le style minimaliste, décapant et mordant de cet auteur qui manie l’ironie, la dérision avec une aisance déconcertante. Ce roman réjouissant est une exploration à la fois implacable et tendre des frustrations et des névroses d’une Amérique sous assistance médicamenteuse et technologique.  »


    Téléstar Jeux

    « A.M. Homes a une capacité peu commune et d’une rare finesse à passer du drame à la comédie.  »


    Librairie Point Virgule

    « Puissions-nous être pardonnés est une fresque au souffle puissant, un roman sur la vanité, la chute et la rédemption. Et malgré la gravité et la noirceur du propos, Puissions-nous être pardonnés est aussi un livre très drôle, une comédie avec des scènes d’une cocasserie et d’un burlesque invraisemblables. A.M. Homes s’inscrit à n’en pas douter dans la meilleure tradition de la littérature américaine.  »


    Natalie Levisalles, Libération

    « Un livre incroyablement optimiste. A.M. Homes a le talent rare de savoir écrire des livres très différentes les uns des autres. Captivant, comme un livre d’aventures, drôle et finalement plein de sagesse. Comme si, dans tout événement, même le plus atroce, on pouvait trouver de quoi rire et de quoi s’émerveiller, quelque chose à construire et quelque chose à apprendre.  »


    Bertrand Morizur, Librairie L’arbre du voyageur, Page des libraires

    « C’est une sorte d'Odyssée des temps modernes à laquelle nous convie l’auteure, d’une inventivité et d’une malice stupéfiantes. La romancière maîtrise les codes de la narration et se révèle une dialoguiste hors-pair, déclenchant chez le lecteur de fréquents fous rires. Elle entretient un savant suspense, parvient à faire rebondir l’intrigue à tout moment et à rendre attachant chacun de ses personnages, même les plus improbables. Ce ne sont pas les moindres qualités de cette infernale spirale romanesque dans laquelle on adore être emporté.  »


    Marie-Françoise Gihousse, Vers l’Avenir

    « C’est avec pas mal d’humour, de cocasserie et finalement d’optimisme que A.M. Homes raconte l’année qui va changer le regard qu’Harold Silver pose sur le monde.  »


    Nathalie Crom, Télérama

    « Savoureux roman. La famille est le grand sujet d’A.M. Homes ; Puissions-nous être pardonnés est une nouvelle variation, inattendue, rocambolesque, fourmillant de détails, sur ce thème infini. A la fois caustique et tendre, Amy Homes confirme qu’elle est bien l’un des grands talents de sa génération.  »


    Blog de Cathulu

    « A.M. Homes revient avec jubilation et profondeur sur ce thème de la famille et on la suit avec tout autant de bonheur dans cette Amérique qu’elle égratigne au passage. Un coup de cœur!  »


    NVO

    « Plus profond qu’il n’y paraît, ce drôle de drame à la Woody Allen voit naître une famille certes hétéroclite et recomposée mais où règnent une empathie et une humanité nouvelles pour chacun des protagonistes.  »


    Philippe Chevilley, France culture, la Dispute

    « Le Bûcher des vanités, version farce grotesque. Une écriture assez incroyable, elle n’a aucun tabou. (…) Elle ne tombe jamais dans la vulgarité.  »


     

    Déjà parus

    precedent
    suivant

    Association du méjan

    Actes Sud newsletter

    Inscription à la newsletter :

    newsletter