fbpx Actes Sud Aller au contenu principal

Les samedis 14, 21 et 28 novembre et 5 et 12 décembre de 22h à minuit en direct sur la page Facebook de l'IMA.
Choix de la référence liée
Choix de l'auteur lié
Les Nuits de la poésie | Programme du samedi 14 novembre 2020

Lecture musicale de Beyrouth 2020 (Actes Sud) de Charif Majdalani (Prix spécial du Jury Prix Femina 2020)

À retrouver chaque samedi, du 14 novembre au 12 décembre 2020, de 22h à minuit

Violaine Schwartz

Comédienne-chanteuse formée à l’école du Théâtre National de Strasbourg, Violaine Schwartz a écrit trois pièces radiophoniques pour France Culture, deux romans, La tête en arrière (POL, 2010) et Le vent dans la bouche (POL, 2013), deux pièces de théâtre, Comment on freine (POL 2015) et J’empêche, peur du chat, que mon moineau ne sorte (POL 2017) et un recueil intitulé Papiers (POL 2019). Elle participe régulièrement à l'émission de France Culture, Des papous dans la tête.

Pierre Baux

Pierre Baux, metteur en scène et acteur pour Ludovic Lagarde, Jean-Pierre Baro, Arthur Nauzyciel et avec Dominique Pifarély, Garth Know, Vincent Courtois. En 2000, il fonde la compagnie IRAKLI avec Violaine Schwartz et Célie Pauthe. Ils mettent en scène Quartett d’Heiner Müller.

Marc Codsi

Compositeur, guitariste, producteur, remixer et designer de son, Marc Codsi joue un rôle fondamental dans le développement de la scène musicale libanaise. Il se fait connaître en tant que guitariste au sein du groupe de post-punk Scrambled Eggs, puis par le biais du festival Irtijal et du duo electro pop Lumi qu’il crée. Il travaille également sur une musique plus intime et plus énigmatique à travers ses albums Faded Postcards (2012), Works and Coincidences (2014) et A New World (2019).  En tant que producteur ou compositeur, il a notamment collaboré avec Yasmine Hamdan, Jim Jarmusch, Joanna et Khalil Joreige, Danielle Arbid, Maryam Saleh et Zeid Hamdan.

Source : www.imarabe.org

Novembre 2020
Choix de la référence liée
Choix de l'auteur lié
Intitulé de la récompense
Prix Afci
Année récompense

Créé en 2010, le Prix Afci du livre récompense chaque année un ouvrage qui aborde la question de la communication dans les organisations de manière interdisciplinaire. Il réaffirme la volonté de l’association de valoriser la contribution des sciences humaines et sociales à la réflexion et à la pratique professionnelle des communicants.

Le jury est composé de professionnels en entreprise, de consultants et d’enseignants-chercheurs qui lisent et évaluent six ouvrages jusqu’à la délibération qui a eu lieu le 9 novembre 2020.

 

Extensions du domaine du don

 

c’est l’ouvrage : « Extensions du domaine du don » d’Alain Caillé qui a été distingué.

« Le don, explique Alain Caillé, est un acte chargé d’ambivalence, désintéressé en un sens, mais tout autant intéressé, à la fois libre et obligé. »

Extensions du domaine du don montre à quel point il est éclairant d’étendre l’approche par le don à tous les secteurs de la vie sociale : le jeu, le care, le rapport à la nature, les relations internationales, le sport, l’art, la consommation, les psychothérapies, la religion, la question du pouvoir, etc.

 

Source : https://www.afci.asso.fr/evenements/le-prix-du-livre-afci-2020-11eme-edition/

Après un demi-siècle d’existence, la Corée du Nord est l’un des pays les plus haïs au monde, mais aussi l’un des plus méconnus. À l’évidence, la radicalité de ce paradoxe cache une réalité plus complexe que ce qu’il nous est donné à voir : guerre, famine, dissidents, programme nucléaire, parades et défilés militaires…

Quatrième volume de la collection “Savoir & faire”, cette encyclopédie consacre quatre grands chapitres à l’extraordinaire diversité des textiles à travers le monde. Des premières traces préhistoriques jusqu’à leurs applications contemporaines, plus de trente-cinq contributions offrent au lecteur un panorama complet de l’usage historique et actuel des fibres naturelles, artificielles et synthétiques.

La phrase française n’avait jusqu’à ce jour jamais été racontée. Or depuis le premier texte qui nous soit parvenu dans une langue distincte du latin (les Serments de Strasbourg en 842) jusqu’aux écritures numériques devenues notre quotidien, l’objet mouvant qu’est la phrase résiste à toute définition. Les linguistes eux-mêmes peinent à en proposer une description stable tant elle a évolué au fil des siècles. Et la notion elle-même n’est apparue qu’au xviiie siècle.

Nadia Sammut, cheffe étoilée de l’Auberge La Fenière dans le Luberon, s’emploie depuis 2013 à construire un monde au goût meilleur, un présent agricole et nourricier relocalisé, durable, et plein d’avenir, au sein d’un territoire, sa Provence natale. Pour elle, le bonheur a un goût, celui de ne jamais douter de ce que l’on prend à la planète et donne à son corps. Cœliaque, intolérante à de nombreux aliments, elle a dû affronter des épreuves de santé, apprendre à encaisser les chocs, savoir se relever.

Une enquête édifiante au cœur des Monsanto papers, qui révèle comment cette multinationale a tout mis en œuvre pour faire disparaître l’étude de Gilles-Éric Seralini qui montrait la toxicité du Roundup et des OGM qui lui sont associés, comment est détournée la réglementation supposée protéger les populations et, pour finir, comment est organisé le dévoiement de la science, de la médecine et des pouvoirs publics.

S'abonner à