Aller au contenu principal

Les Métèques


Par deux fois la famille Herbet est convoquée à la préfecture de Marseille. Dès le premier courrier Célestin, le fils aîné, a pressenti un danger. Mais il ignore alors que sa mère, tout comme son père, a jadis changé de patronyme. Dans une région où l’altérité est dangereuse, dans un pays où cinquante ans plus tôt on encourageait les immigrés à s’assimiler, voici qu’un fonctionnaire leur demande de reprendre leur nom d’origine. Quelques nuits plus tard la famille Herbet est cruellement assassinée à son domicile. Seul Célestin, qui entretient avec le réel une relation particulière, parvient à s’échapper par les toits.

Commence alors un long voyage, une succession de jours durant lesquels il s’agit pour le tout jeune homme de passer inaperçu, une fuite ponctuée de rencontres précieuses dans une contrée quadrillée de contrôles policiers.

Denis Lachaud transpose de livre en livre les déviances récurrentes de l’humanité. En choisissant des personnages très jeunes, qui interprètent le réel avec une acuité instinctive, l’écrivain compose depuis vingt ans une œuvre forte et singulière ancrée dans l’Histoire et l’actualité, toujours colorisées par l’imaginaire et la différence.

mars, 2019
11.50 x 21.70 cm
224 pages


ISBN : 978-2-330-11853-2
Prix indicatif : 19.00€



Où trouver ce livre ?
Ce livre existe également en version numérique

Ce dur roman d’anticipation relate avec acuité les conséquences sur un jeune homme et sa famille de la bascule de la France dans un racisme assumé. [...] Avec ce jeune homme en qui il est aisé de se reconnaître, le lecteur passe brutalement d’une existence à une autre, ce qui conforte l’étrangeté et la puissance de ce roman éprouvant à mi-chemin entre la fiction réaliste et la fable politique.

Corinne Renou-Nativel, La Croix

Un roman d’anticipation (légère ?), une haletante fiction politique sur des tentations nationalistes actuelles.

Hubert Artus, Lire

Le roman d’une catastrophe. [...] Habile. [...] Belle réussite. 

Jean-Claude Perrier, Radio Notre Dame

Denis Lachaud met les pieds dans le plat.

Georges-Marc Habib, France Culture

Anticipation ? Prémonition ? On s’en défendra violemment tant la fable contemporaine proposée par Denis Lachaud est glaçante. Aucune posture morale, aucune sensiblerie. [...] D’une implacable logique, elle secoue le lecteur accablé par une mécanique qu’on ne peut disqualifier sans faire preuve d’aveuglement. [...] Avec Les Métèques, Denis Lachaud prône de nouveau l’insurrection littéraire.

Philippe Jean Catinchi, Le Monde

Radical, sans concessions, poignant et sans effets, terriblement compassionnel aussi.

Jean-Rémi Barland, La Marseillaise