Aller au contenu principal

Digital After love - Prix Swiss Life à 4 mains, 10 ans



Œuvre photo-musicale, Digital After Love est une née de la rencontre entre la compositrice, auteur et interprète Ruppert Pupkin et le photographe Oan Kim, lauréats de la troisième édition du Prix Swiss Life à 4 mains. De la découverte d’un smartphone endommagé, les deux artistes tentent d’ordonner comme un puzzle les pièces d’une histoire d’amour contemporaine : d’un côté une femme, que l’on découvre en images et en sons, de l’autre un partenaire invisible, qui la photographie inlassablement. De leurs sms, e-mails et messages vocaux morcelés, pixélisés, rendus partiellement illisibles par l’altération des données, transparaît une histoire d’amour marquée par l’errance, entre réalité et fiction. Un kaléidoscope musical et photographique reconstitué à partir de ruines numériques, d’où surgit le fantôme d’une obsession amoureuse.


13,0 x 18,0 cm
64 pages


ISBN :
Prix indicatif : 17.99€



Où trouver ce livre ?

Des ballades électro-pop pleines de charmes.

Fabien Ribery, L'Intervalle

Un projet construit sur un des fantasmes de notre époque : la découverture d’un smartphone, bavard et mystérieux.

Hervé Le Goff, Chasseur d'images

Une œuvre photo-musicale qui interroge notre mémoire numérique.

Fisheye

Les images aux pixels buggés d’Oan Kim dessinent, au son de la pop expérimentale de Ruppert Pupkin, les contours d’une histoire d’amour […].

Julien Bolle, Réponses Photo

Cette œuvre est une créature hybride. Tels des scientifiques en laboratoire, la compositrice-interprète Ruppert Pupkin et le photographe, réalisateur et musicien Oan Kim l’ont conçue au croisement de deux arts.

Joséphine Bindé, Le Quotidien de l'Art

Que restera-t-il de nos amours ? Voilà la question qui nous tourmente l’esprit lorsqu’on referme le déroutant “Digital After Love ”, né du travail du photographe Oan Kim et de la compositrice Ruppert Pupkin.

Un travail original inspiré du glitch art, dans lequel le duo interroge la pérennité de nos relations amoureuses et leur sanctuarisation à l’heure du tout-numérique.

Pauline Vallée, We Demain

Des portraits presque cubistes à force d’en être pixellisés et des lambeaux de poèmes surgissent de ces limbes numériques.

Hélène Fresnel, Psychologie Magazine

L’initiative [du prix Swiss Life] offre toujours un instant de poésie, un voyage très lointain, à la découverte d’imaginaires audacieux.

Fanny Del Volta, Point de Vue