Aller au contenu principal

Katie


Londres, 1870. L’esprit du mesmérisme souffle sur la ville, où se multiplient les séances de spiritisme et où les médiums sont légion. La plus célèbre prêtresse de ce dialogue avec l’au-delà n’est autre que la jeune Florence Cook, qui chaque soir fait apparaître Katie, fille d’un pirate gallois du xviie siècle.

Sir William Crookes, physicien de renom, chargé par un des admirateurs de Florence d’examiner ce cas passionnant, accueille cette dernière dans la demeure familiale. Nelly, l’épouse de Crookes, figure éthérée tragicomique et éternellement enceinte, qui semble hanter les couloirs de sa propre maison, va veiller sur elle.

Dans ce roman où tout est vrai, car Florence Cook a bel et bien existé, de même que William Crookes et ses recherches sur le quatrième état de la matière, Christine Wunnicke fait revivre cette Angleterre victorienne où l’effervescence des idées autour des découvertes scientifiques allait de pair avec l’échauffement des esprits. Elle restitue avec finesse et humour la vie familiale d’un savant du xixe siècle, et dresse le portrait d’une société qui ne peut résister aux charmes vénéneux de l’irrationnel.

septembre, 2018
12.50 x 19.50 cm
208 pages

Langue : allemand
Stéphanie LUX

ISBN : 978-2-330-10451-1
Prix indicatif : 20.50€



Où trouver ce livre ?
Ce livre existe également en version numérique
Le Prix Nerval-Goethe -

Le roman de Christine Wunnicke brille par son humour, sa malice, comme celui des esprits qui tordent le nez des participants aux séances de spiritisme ou font voler leurs chapeaux. Il restitue l’état d’une société tiraillée entre le rationalisme scientifique et les opiums du peuple quels qu’ils soient. A défaut de rhum, on reprendrait d’ailleurs bien une bonne rasade de "chorydine", fortifiant composé "d’alcool, de sulphate de morphine, d’extrait de chanvre indien, d’acide sulfurique, d’acide prussique et de poivre". Une potion magique consommée par la plupart des personnages, idéale quand il s’agit de mener une conversation à l’anglaise sur le brouillard.

Frédérique Fanchette, Libération

Un roman sur le mesmérisme qui fait rire aux éclats, voilà qui n’est pas banal ! C’est le tour de force que réussit Katie, de l’Allemande Christine

Wunnicke.

Sandrine Poissonnier, Paris Normandie

Christine Wunnicke recrée joliment le décor et l'esprit de cette époque où science et irrationnel s'entrecroisent.

Bernard Quiriny, Trois couleurs

Dans ce roman étonnant, Christine Wunnicke alterne les situations ubuesques et les tentatives de rationalisation.

Sandra Jumel, Vocable Allemand

Un livre extraordinairement empathique. On est véritablement avec les personnages.

Pascal Ory dans « La Fabrique de l’Histoire » , France Culture

Je suis entré dans le roman et j’en suis sorti avec plaisir. Un roman allègre !

Victor Macé de Lépinay dans « La Fabrique de l’Histoire » , France Culture

Romançant une histoire vraie, Christine Wunnicke se plonge avec délectation dans cette Angleterre préraphaélite, où les découvertes de la science entrent en compétition avec les croyances ancestrales.

Bernard Roisin, Focus Vif (Belgique)

Christine Wunnicke - et Stéphanie Lux, dont on peut saluer le travail de traduction - nous offre un livre, au petit côté désuet étonnant, très agréable.

Damien Bouticourt de la librairie Maupetit (Marseille), Lire

Un roman drôle et extrêmement original.

Flore Delain, Quatre sans quatre

Étrange, lunaire, spirituel et nonsensique, Katie lorgne autant du côté des Marx Brothers que de celui de Jean Cocteau. Bel exploit pour un récit gothique basé sur une histoire véridique. Si la fin a un arrière-goût d'inachevé, sa mélancolie songeuse nous entraîne une dernière fois dans les mystères d'une époque révolue.

Sandra Benedetti, L’Express

L'auteure prend le surnaturel comme prétexte pour ausculter les failles d'une société misogyne, basée sur une respectabilité de façade.

Car derrière les corsets bien serrés, il y a des passions qui ne demandent qu'à exploser. C'est ce que fait Christine Wunnicke, avec une finesse et un sens de l'ironie qui nous fait plonger avec délice dans les affres de l'irrationnel.

Rémi Bonnet, La Montagne

Du même auteur