Aller au contenu principal

La Ville au milieu des eaux


À l’épicentre géographique, imaginaire ou affectif de ces courtes nouvelles, délicates et nostalgiques : Manaus, la capitale amazonienne de la démesure, le terreau littéraire de Milton Hatoum – “où que j’aille, Manaus me poursuit”.

Si nombre de ces histoires reflètent les pérégrinations de leur auteur entre Paris, Barcelone ou San Francisco, l’errance physique ou existentielle qui détermine leurs personnages porte le sceau de la nostalgie des origines, du bonheur fugace de l’enfance perdue. Parce que cette ville mythique, à la fois une chance et une fatalité, est celle de l’éternel retour, le pan de mémoire où chacun peut recomposer son existence, elle incarne aussi la défaite face au temps qui passe et les désirs irrémédiablement vaincus.

Manaus est le nom d’espoirs qui naissent et vont mourir dans les vapeurs d’alcool, de sueur – parfois de mambo –, et de rêves qui s’abîment dans les eaux noires et limoneuses du rio Negro.

septembre, 2018
10.00 x 19.00 cm
160 pages

Langue : portugais (Brésil)
Michel RIAUDEL

ISBN : 978-2-330-10921-9
Prix indicatif : 17.00€



Où trouver ce livre ?
Ce livre existe également en version numérique

Tout cela est divers et varié, comme la palette du talentueux Milton Hatoum, et tourne autour du passé, des souvenirs, de la nostalgie. Et l'on revient toujours à Manaus, jamais décrite mais obsédante, au milieu de son rio Negro.

Jean-Claude Perrier, Livres-Hebdo

Entre l'univers mystérieux de la forêt et la vie de la cité moderne et de ses périphéries, tous lieux où s'érigent les bluffs, un lien puissant noue les récits d'Hatoum. Leur portée, fût-elle découpée en nouvelles efficaces, reste remarquablement universelle. Et elles dépassent sans mal la péripétie pour rejoindre la Fiction perpétuelle. C'est là qu'Hatoum, ce raconteur-né, fraternise avec Naguib Mafhouz et Alvaro Mutis dans le romanesque assumé, jouant de tous ses ressorts, y compris de la force documentaire.

Eric Dussert, Le Matricule des anges

Sans bouger de notre fauteuil, La Ville au milieu des eaux sous nos yeux, Manaus devient nôtre, Milton Hatoum est devenu notre ami, comme son oncle Ranulfo, sa ville est devenue la nôtre, son plaisir d’écrire s’est fondu dans notre plaisir de lire. Un régal !

Christian Roinat, Espace Latinos

Du même auteur