Aller au contenu principal

Brasier noir



Ancien procureur devenu maire de Natchez, Mississippi, sa ville natale, Penn Cage a appris tout ce qu’il sait de l’honneur et du devoir de son père, le Dr Tom Cage. Mais aujourd’hui, le médecin de famille respecté de tous et pilier de sa com­munauté est accusé du meurtre de Viola Turner, l’infirmière noire avec laquelle il travaillait dans les années 1960. Penn est déterminé à sauver son père, mais Tom invoque obstinément le secret professionnel et refuse de se défendre. Son fils n’a alors d’autre choix que d’aller fouiller dans le passé du méde­cin. Lorsqu’il comprend que celui-ci a eu maille à partir avec les Aigles Bicéphales, un groupuscule raciste et ultra-violent issu du Ku Klux Klan, Penn est confronté au plus grand di­lemme de sa vie : choisir entre la loyauté envers son père et la poursuite de la vérité.

Imprégnées de l’atmosphère poisseuse du Sud, tendues par une écriture au cordeau et un sens absolu du suspense, les mille pages de ce Brasier noir éclairent avec maestria la ques­tion raciale qui continue de hanter les États-Unis. Dans ce volume inaugural d’une saga qui s’annonce comme l’un des projets les plus ambitieux du polar US, Greg Iles met à nu rien de moins que l’âme torturée de l’Amérique.

mai, 2018
14.50 x 24.00 cm
1056 pages

Langue : anglais (États-Unis)
Aurélie TRONCHET

ISBN : 978-2-330-10332-3
Prix indicatif : 28.00€



Où trouver ce livre ?
Ce livre existe également en version numérique

Premier et magistral volume d'une trilogie, il s'agit d'une plongée fascinante dans l'Amérique des conflits raciaux, entre les années 1960 et le début des années 2000, après l'ouragan Katrina.

Le contraste entre ce ton de conteur, presque neutre, et l'horreur de ce qui est décrit rend le geste d'Iles encore plus efficace. Loin de la frénésie et de l'emphase, campant des personnages d'une humanité poignante, le romancier creuse dans l'intime et dans le collectif.

Hubert Prolongeau, Télérama

Cet épais premier volume explore brillamment l'histoire de la question raciale américaine.

Philippe Richard, Ouest France

Ce volume inaugural d'une saga ambitieuse, composée entre présent et flashbacks, offre le visage d'un côté sombre de l'Amérique et de l'âme humaine. Lecteurs, vous ne verrez pas le temps passer.

Mémoires des Arts

Une fresque passionnante.

Lionel Germain, Sud Ouest

Un polar implacable (…). Totalement addictif !

Le Dauphiné Libéré

Le récit croise les époques et des personnages d'une justesse confondante. La haine débridée et l'amour chauffe à blanc modèlent cette formidable fresque de 1 kilo (sur liseuse, les 1000 pages tiennent dans la poche) qui se poursuivra, avec le crime en héritage, dans deux autres volumes. On a hâte !

Julie Malaure, Le Point

Ce roman est indéniablement porté par un grand souffle littéraire et historique : fermement ancré dans l’histoire des États-Unis, il parle aussi bien des tourments et interrogations communes qui forment le tissu collectif américain que de leurs répercussions sur la vie intime de tous. J’attends avec impatience les deux autres tomes…

[Blog]Quatre sans Quatre

Ce roman trouble comme les eaux du Mississippi, au suspens haletant dès les premières pages (il y en a mille mais on les dévore !), est le premier d’une trilogie qui ambitionne de dresser le portrait d’un Sud profond très loin d’avoir exorcisé les démons du racisme. Un polar magistral.

Femme Actuelle Senior

Dans ce volume inaugural d'une trilogie ambitieuse, l'écrivain américain de 58 ans Greg Iles déroule sur plus de 1000 pages une enquête tout en progression et en suspense, qui explore la complexité des rapports humains, le poids des secrets au sein d'une ville et la question raciale qui continue de hanter les Etats-Unis. Magistral !

Choix du libraire, Le Parisien et Aujourd’hui en France Week-end

Greg Iles s’attelle ici à une ambitieuse et passionnante trilogie où se mêlent donc petite et grande histoire, rythmée par un suspens palpitant. Cette époque trouble est peuplée d’une impressionnante galerie de personnages denses, complexes aux prises avec la haine, la violence, la lâcheté, les vies bafouées mais aussi le courage et la volonté de protéger coûte que coûte ceux que l’on aime.

Renaud Junillon, La Revue Sang-froid

Brasier noir est un thriller sombre, poisseux, cru, comme le sont les hommes sur les bords du fleuve Mississippi.

Si l’atmosphère, faite de paranoïa, de machiavélisme et de cynisme politique absolu, fait penser au James Ellroy d’Underworld USA, l’écriture sobre, descriptive, la place donnée aux dialogues comme aux non-dits, enfin et surtout la place laissée au fantastique, au mystère, à l’interprétation, évoque un autre chef-d’œuvre du genre traitant de la même époque : La femme qui avait perdu son âme de Bob Shacochis.

Yann Perreau, Les Inrockuptibles

Cette grande fresque (aux nombreux personnages) qui revisite plusieurs décennies d’histoire américaine, tout en assumant complètement l’exercice de genre. L’ensemble s’avère romanesque à souhait, aussi addictif qu’un John Grisham grand cru, précis dans les faits mais jamais écrasé par la documentation et bourré de clins d'œil littéraires (de Donna Tartt à Don DeLillo en passant par Stephen King) On constate alors qu’il est loin le monde de Tom Sawyer (encore que) et que comme le remarque un personnage, « si Dieu a un plan (…) il est vraiment à chier.

Baptiste Liger, Technikart

À travers une galerie de personnages profonds, Greg Iles réalise le tour de force de retracer l'Histoire cachée de l'Amérique à travers des points de vue différents et revisite des événements comme le meurtre de Martin Luther King ou de Kennedy. La petite histoire est donc inscrite dans la grande, dans ce Sud poisseux où la lutte pour les droits civiques et la soif de justice sont des éléments indissociables et toujours d'actualité.

Page des Libraires

Greg Iles mélange avec maestria le roman historique et le roman noir, sans hésiter à nous interpeller sur des controverses qui existent encore de nos jours. Ce livre résonne d'autant plus dans l'Amérique actuelle.

L’Eveil Normand

(…) ce premier volet d’une trilogie annoncée nous embarque dans un voyage bien plus vaste qu’une simple enquête policière. C’est une plongée au cœur du Mississipi retraçant 50 ans d’histoire du Deep South (le « Sud profond »), cette Amérique conservatrice et raciste où être noir est depuis toujours un risque quotidien. »

(…) ce roman-fleuve, semblable par son rythme et l’efficacité de son style à un long riff de guitare – (…).

Sylvia Zappi, Le Monde des Livres

Vous le découvrirez par vous-même mais certains personnages de ce roman sont inoubliables : Viola l’infirmière, Albert le musicien, Henry le journaliste. Toute la galerie est exceptionnelle, bien ancrée, développant l’empathie comme créant un grand désir de voir certains salauds crever dans la douleur. Et ces hommes et femmes, magnifiquement humains ou abominablement inhumains, aux éclairs magiques de lumière et aux zones d’ombre effroyables, intégrés dans une intrigue dense, de très grande envergure font de ce roman un absolu “must-read” pour les amoureux du Sud et de sa littérature incomparable. Brûlant !

Chris Cornec, Nyctalopes

Racisme, Klu Klux Klan, libération des Noirs : entre le poids et les secrets du passé, l'excellent Greg Iles livre avec Brasier noir (…) mille pages incandescentes, premier volet d'une trilogie magistrale sur la question raciale américaine.

Le Midi Libre

Ce roman trouble comme les eaux du Mississippi, au suspense haletant dès les premières pages (il y en a mille mais on les dévore !), est le premier d'une trilogie qui ambitionne de dresser le portrait d'un Sud profond très loin d'avoir exorcisé les démons du racisme. Un polar magistral.

Femme Actuelle

Un roman puissant, fort, un énorme pavé qui se dévore d'une seule traite. J'ai vraiment hâte de lire la suite de cette trilogie qui est déjà incontournable.

Léa Guignery, Blog Lea Touch Book

Certains moments, dans la vie, font voir les choses en grand.

(…) - un peu comme si Mark Twain rencontrait John Grisham – (…).

Mêlant le roman de mafias, le cold case et la fresque historique – avec une patine de noirceur faulknérienne du Deep South -, (…) on attend déjà les deux volets suivants de cette saga, prochainement traduits chez nous.

Hubert Artus, Lire

Du même auteur