fbpx Ave Maria | Actes Sud Aller au contenu principal

Ave Maria


Youssef est un vieil Irakien moyen de confession chrétienne. Célibataire endurci, très attaché à son mode de vie oriental, fidèle à ses amitiés multiconfessionnelles, il refuse obstinément de quitter Bagdad comme l’ont fait tant de chrétiens après l’invasion américaine de l’Irak en 2003. Par suite d’un attentat djihadiste, une proche parente, Maha, vient s’installer chez lui avec son mari, mais ne rêve, elle, que de partir loin, très loin, et le plus rapidement possible. La confrontation entre les deux principaux personnages du roman, Youssef et Maha, qui se relaient pour raconter leur histoire, oppose deux générations d’Irakiens, celle des nostalgiques d’un passé convivial, qui finissent par le payer de leur vie, et celle qui cherche par-dessus tout à fuir l’horreur du présent.

Après Seul le grenadier, très bien accueilli par la presse en France comme ailleurs, Sinan Antoon poursuit dans Ave Maria son exploration de la violence qui s’est emparée de son pays, dressant ses composantes confessionnelles les unes contre les autres. Il restitue un moment particulièrement douloureux, celui où l’Irak était en train de se vider de sa communauté chrétienne qui y était pourtant enracinée depuis deux millénaires.

mai, 2018
13.50 x 21.50 cm
192 pages

Langue : arabe (Irak)
Philippe VIGREUX

ISBN : 978-2-330-10628-7
Prix indicatif : 21.00€



Où trouver ce livre ?
Ce livre existe également en version numérique

Un alliage de tendresse et de crudité.

Eglal Errera, Le Monde des Livres

Un roman plein de poésie et de gravité

Gérald Papy, Le Vif

Roman qui impressionne autant par son étonnante douceur que par son effroyable âpreté.

 

Vingt-cinq ans après avoir quitté Bagdad pour échapper à la dictature de Saddam Hussein et aux rigueurs de l'embargo, c'est toujours l'Irak qui le hante, de roman en roman. Un pays abonné aux guerres, mais dont Antoon arrive à nous livrer la sève.

Marianne Payot, L'Express

Un récit poignant, une chronique pour mémoire.

Marie Chaudey, La Vie

Un des plus beaux personnages masculins qui soit.

Avec une grâce poignante, Sinan Antoon arrache au chaos de la guerre les lambeaux d’un monde presqu’entièrement disparu.

Ilana Moryoussef, France Inter

Récit poignant que le lecteur se prend en pleine figure

Jérôme Cordelier, Le Point

Du même auteur