Aller au contenu principal

Après et avant Dieu


Manizales est, au cœur des Andes colombiennes, un bastion du catholicisme fervent. Les habitants y clament fièrement leur attachement aux traditions, à la respec­tabilité sociale et aux valeurs de la famille. Sous le vernis de la bienséance se cachent pourtant des fantasmes et des désirs coupables que la prière peine à réfréner.

En pensée, en parole, par action ou par omission, les péchés de la narratrice sont inqualifiables et l’Immaculée Conception, à laquelle elle se voue, semble bien rétive à les absoudre. Il faut dire qu’elle a dilapidé la fortune fa­miliale par naïveté et incurie, encouragé les assauts éro­tiques de la domestique indigène, et poignardé à mort sa mère qui, même revêtue de sa plus belle robe blanche brodée et éclairée par moult cierges, n’est plus en mesure de pardonner… Ne reste aux deux amantes qu’à prendre la fuite et à essayer de “négocier” avec des dilemmes mo­raux qu’elles affrontent à contrecœur, avant que le bras de la justice familiale ne les rattrape pour rétablir l’ordre.

Si ce récit cocasse d’une fille matricide en cavale ré­unit les meilleurs ingrédients du roman policier, tout en dressant le portrait saisissant d’une société ultra­conservatrice et hypocrite, il aborde aussi avec finesse la question du genre au sein de l’Église catholique, en Colombie comme ailleurs.

novembre, 2017
11.50 x 21.70 cm
192 pages

Langue : espagnol (Colombie)
Anne PROENZA

ISBN : 978-2-330-08688-6
Prix indicatif : 19.80€



Où trouver ce livre ?
Ce livre existe également en version numérique

Après et avant Dieu est un très bon exemple de ce que peut réussir la littérature dans la dénonciation de l’imposture, celle d’une religion mal appliquée qui est si bien représentée dans beaucoup de régions, en Amérique latine et ailleurs. Octavio Escobar Giraldo met son humour à la fois terrible et fin au service de cette dénonciation, aussi efficace que risible.

Christian Roinat, Espaces Latinos

À mi-chemin entre Les ailes du désir et Les anges aux figures sales, ce roman se lit en se pinçant, ou d’horreur ou de rire.

Albert Bensoussan, En attendant Nadeau

De sa plume alerte, l'écrivain narre la cavale des deux jeunes femmes, dans une Colombie toujours dominée par la corruption. Maîtrisant les codes du policier, il joue des rebondissements, tient en haleine son lecteur et excelle pour décrire les ravages psychologiques liés à la séquestration. Haletant. 

La Libre Belgique

Après et avant Dieu est un très bon exemple de ce que peut réussir la littérature dans la dénonciation de l’imposture, celle d’une religion mal appliquée qui est si bien représentée dans beaucoup de régions, en Amérique latine et ailleurs. Octavio Escobar Giraldo met son humour à la fois terrible et fin au service de cette dénonciation, aussi efficace que risible. 

Christian Roinat, Espaces Latinos

Voici un roman singulier : polar ? Conte fantastique ? Fiction documentaire ? Littérature jubilatoire ? Certainement. Difficile de qualifier ce roman prenant. On songe à « picaresque », mais le terme adéquat est sans doute haut en couleur.

La Revue du praticien

Octavio Escobar bâtit une intrigue haletante, qui emprunte à la fois aux codes du roman noir et à ceux du road movie. Et brosse le portrait volontairement caricatural d'une société pieuse et hypocrite, très attachée aux traditions.

Books magazine

Du même auteur