fbpx La Disparition de Karen Carpenter | Actes Sud Aller au contenu principal

La Disparition de Karen Carpenter


Simon LIBERATIPréfacier

Durant les années 1970, The Carpenters est le groupe le plus populaire aux États-Unis. Un immense succès (100 millions de disques vendus) qui s'explique par l’alchimie unique entre ses deux membres fondateurs, Richard et Karen Carpenter, un frère et une sœur. Ces deux enfants de la classe moyenne imposent un retour à l'ordre musical après la révolution psychédélique, avec des hits aussi romantiques que réactionnaires, tels Close to youWe’ve Only Just Begun ou Rainy Days and Mondays. Mais derrière cette success story se cache une tragédie. La Disparition de Karen Carpenter raconte cette histoire, nous amenant à porter un regard de côté sur les grands phénomènes socio-culturels qui marquèrent l'Amérique de l'époque.

septembre, 2017
14.00 x 19.00 cm
132 pages


ISBN : 978-2-330-08129-4
Prix indicatif : 15.00€



Où trouver ce livre ?
Ce livre existe également en version numérique

C’était une idée sublime de prendre Karen Carpenter comme l’antihéroïne de cette fable d’Amérique. Merveille d’essai pop, le livre dépasse de très loin le travail de biographie : il se lit comme une exploration du mal en Amérique.

Romain Charbon, Grazia

C’est passionnant.

Nicolas Vial, Face

Le journaliste dépeint un tableau de la société américaine des années 1960 et 1970 où les destinées ont le parfum de crépuscule anticipé.

Floriane Delcourt, SLATE

À la fois merveille d’essai pop et exploration du mal en Amérique.

GRAZIA

Le portrait de toute une époque.

Tamara Bongard, La Liberté

Un livre sur le danger toxique de l’hypocrisie. J’ai adoré ce livre !

Coup de cœur de Sébastien Minustru, RTBF

Un passionnant essai.

Bernard Roisin, Focus Vif

L'auteur se livre à une radioscopie de la Californie et de l'Amérique de années 60, à la fois minutieuse et parfaitement resserrée, dans laquelle le parcours tragique de la jeune chanteuse (elle mourra à 32 ans) s'insère à la perfection. Clovis Goux a ce qui manque à 98 % des auteurs de ces horribles bouquins : du style.

Interview croisée de Clovis Goux et Simon Libérait par Lelo Jimmy Batista, Noisey / VICE

Dans un ouvrage passionnant, le journaliste Clovis Goux prend comme prétexte la vie de Karen Carpenter, rock star au destin tragique, pour mettre le sujet de l’anorexie sur le devant de la scène.

Faustine Kopiejwski, Cheek Magazine

Ce texte brillant et émouvant fait redécouvrir celle qui fut « l’une des plus grandes chanteuses de l’histoire », selon Paul McCartney.

Sandrine Poissonnier, Le Progrès

Clovis Goux réussit une tâche audacieuse : saisir cet envers du conformisme américain, celui des banlieues blanches et propres cachant des épouses gavées de tranquillisants et leurs filles à la grâce mortifère.

Arnaud Sagnard, L'OBS

C'est pop et funeste, c'est la bio d'une idole un peu ring' et aussi le portrait à grande vitesse de l'Amérique de Nixon. Tragique.

Léonard Billot, Glamour

En restituant parfaitement l’époque et la personnalité de son héroïne, La Disparition de Karen Carpenter ouvre paradoxalement l’appétit. Ce livre donne une furieuse envie de redécouvrir la discographie de cette incroyable chanteuse.

Louis-Henri de la Rochefoucauld, TECHNIKART

Clovis Goux dresse une épatante radiographie des 70’. Avec The Carpenters.

Marie-Anne Georges, La Libre Belgique

Un texte tout en subtilité et en aspérités sur le destin morbide de Karen Carpenter.
Clovis Goux traite son sujet comme un enfant asperger manipulant fiévreusement un rubikscube.
Un véritable bijou baroque. Un texte jubilatoire.

Carmen Bramly, wenty Magazine

Clovis Goux est un mercenaire sur papier glacé. […] Il connait son métier dès qu’il s’agit de faire partager au lecteur son attirance malsaine pour les naufrages de célébrités.

Une lecture recommandée durant toute la fashion week.

Frédéric Beigbeder, Le Figaro

Dans une biographie à peine romancée, le journaliste Clovis Goux retrace l’ascension du duo The Carpenters et le martyre de sa chanteuse Karen Carpenter.

Une brève et terrifiante histoire au cœur de l’Amérique des années 1970.

 

Clovis Goux réalise la prouesse de superposer en quelque cent vingt pages quatre histoires parallèles : celle des traumas américains de l’époque, les années 1960 et 70, celle de l’entertainment nécrophage, celle de l’anorexie et, comme un agrégat de tout le reste, celle des Carpenters.

Christophe Conte, Les Inrockuptibles

Vous pouvez dévorer le livre La Disparition de Karen Carpenter de Clovis Goux, qui brosse à merveille le climat tragique de la fin d’une époque de rêve.

Susana Poveda, FIP « Certains l’aiment FIP »

Dans le passionnant La Disparition de Karen Carpenter, Clovis Goux raconte la lente descente aux enfers d’une jeune chanteuse sacrifiée sur l’autel du succès.

L’écrivain dope son texte de ses recherches maniaques pour dresser le double portrait d’une jeunesse désabusée et d’une jeune fille déçue, raconter toutes les mythologies d’une époque pour mieux brader celle d’un continent.

Nelly Kaprièlian, Vogue

Un .récit littéraire et passionné.

Un livre généreux.

Etienne Greib, Magic

Du même auteur

Dans la même collection