Aller au contenu principal

L'Invention des corps


Dès les premières pages, L’invention des corps s’élance dans le sillage d’Álvaro, jeune prof mexicain, surdoué de l’informatique, en cavale après les tragiques événements d’Iguala, la nuit du 26 septembre 2014 où quarante-trois étudiants disparurent, enlevés et assassinés par la police. Rescapé du massacre, Álvaro file vers la frontière américaine, il n’est plus qu’élan, instinct de survie. Aussi indomptable que blessé, il se jette entre les griffes d’un magnat du Net, apprenti sorcier de la Silicon Valley, mécène et apôtre du transhumanisme, qui vient de recruter une brillante biologiste française. En mettant sa vie en jeu, Álvaro s’approche vertigineusement de l’amour, tout près de trouver la force et le désir d’être lui-même.
Exploration tentaculaire des réseaux qui irriguent et reformulent le contemporain – du corps humain au World Wide Web –, L’invention des corps cristallise les enjeux de la modernité avec un sens crucial du suspense, de la vitesse et de la mise en espace.
Il y a une proportion élevée de réalité dans cette histoire étourdissante, sans doute sa part la plus fantastique, la plus effrayante. Mais c’est dans sa foi butée, parfois espiègle, en l’être humain que ce roman d’alerte déguisé en page-turner puise son irrésistible force motrice.


"À QUOI ÇA POURRAIT RESSEMBLER, un roman du XXIe siècle ? En quoi ça serait différent d’un roman du XIXe, par exemple ? Parfois, dans les bars, le soir, on se pose des questions de ce genre.
J’ai imaginé alors un roman sans centre, fait de plis et de passages, de liens, d’hypertextes, qui dédoublerait le mouvement du monde contemporain, en adoptant Internet comme sujet et comme forme.
Je suis parti au Mexique et en Californie, et j’ai écrit ce livre.
L’invention des corps tresse des liens entre les hackers d’Anonymous et les transhumanistes de la Silicon Valley, la violence du monde et son envers aseptisé, les cellules souches et Hiroshima, Google et le lsd, la peau et l’infini.
Je voulais des ordinateurs mais aussi des routes, de la terre, la poésie des tubes et des nerfs.
Je voulais écrire une histoire des corps contemporains, observer comment l’époque les sculpte et les déforme, je voulais les regarder de près pour savoir ce qu’ils nous disent. Tous les personnages vont éprouver leur corps, le pousser plus avant, le redéfinir, et en premier lieu Álvaro, qui vient d’une société où la mort rôde et débarque dans une autre qui veut l’éra-diquer, sans que l’on puisse dire laquelle est la plus humaine.
Face aux transhumanistes, savants fous qui souhaitent l’avènement d’un homme nouveau, va se dresser une bande de pirates du XXIe siècle. Née de l’utopie d’Internet, cette génération d’électrons libres, transnationale et autoformée, va petit à petit prendre les commandes du livre, et du monde.
La littérature (comme l’alcool, d’ailleurs) mène finalement à ça : essayer de répondre à des questions qu’on ne vous a pas posées."

 

Pi. D.

août, 2017
11.50 x 21.70 cm
304 pages


ISBN : 978-2-330-08175-1
Prix indicatif : 20.00€



Où trouver ce livre ?
Ce livre existe également en version numérique
Prix de Flore -
Prix des Rencontres à Lire -

Ébouriffant.

À quoi pourrait ressembler un roman du XXIe siècle ? Eh bien, à ça.

Avançant à toute allure sans égarer le lecteur, ce texte parfois virtuose n'est pas réductible à un plaidoyer contre le transhumanisme : sous ses faux airs de thriller, sous les grandes questions techniques et philosophiques qu'il pos, le quatrième roman de Pierre Ducrozet s'interroge d'abord sur les manières d'habiter, aujourd'hui, un corps. La musicalité du texte, sa plasticité gracieuse, aussi, laissent entendre qu'en dansant, c'est mieux.

Raphaëlle Leyris, Le Monde des Livres

Un roman au souffle novateur.

Agathe Ruga, Bold Magazine Luxembourg

Une langue âpre aux éclats sombres. Un souffle. Une vision. Une âme généreuse. Mille bravos.

Lydie Salvayre, Les Inrockuptibles

Bravo. Cette Invention des corps mérite un paquet de « like ».

Grégoire Leménager, Le Nouvel Observateur

Peut-être le roman le plus fort de cette rentrée littéraire.

Tewfik Hakem, France Culture

Le jeune auteur s'attaque à un thème ambitieux mais il garde la générosité du romancier : L'Invention des corps peut se lire comme un thriller, une cavale sans temps mort sur tout le continent nord-américain.

20 Minutes

Une véritable écriture, travaillée à l'os, ainsi que le sens d'une narration menée de manière (…) efficace.

Pierre Maury, Le Soir

Mené à tombeau ouvert entre San Francisco, Paris et Hong Kong, L'Invention des corps explore les questionnements éthiques et anthropologiques nés de l'irruption massive de la technologie dans nos vies.

Sophie Joubert, L'Humanité

Un roman qui mime jusque dans sa forme l'inquiétante convergence de la biologie et du numérique.

Marie Fouquet, Le Magazine littéraire

L'Invention des corps se démarque des vibrations delillesques et de la réflexion formelle en s'assumant roman d'aventure. Aussi entraînant, cinétique, enfantin, indémodable que I'est tout bon roman d'aventures.

S'abandonnant au combat d'Alvaro, on en oublierait presque de remarquer qu'un jeune écrivain français a écrit cette histoire de cellules-souches et de disque dur, qu'un jeune écrivain français s'est placé en héritier de DeLillo et de Bolaño, qu'un jeune écrivain français essaie de saisir le présent le plus immédiat sur des terres étrangères, d'aller là ou I'huile est jetée sur le feu mondial.

Oriane Jeancourt, Transfuge

Ce fort et beau récit sur le monde contemporain est peut-être le grand roman de la rentrée.

Tewfik Hakem, Transfuge

Ce fort et beau récit sur le monde contemporain est peut-être le grand roman de la rentrée.

Tewfik Hakem , Transfuge

L'Invention des corps débute avec fulgurance, sait monter en puissance dans un agencement très maîtrisé d'informations sur l'histoire d'Internet, les réseaux de hackers et le délire transhumaniste.

Marguerite Baux, Grazia

Un fiévreux roman, consacré à la tentation transhumaniste.

Un  thème que l'auteur traite d'une plume galopante.

Emilien Bernard, Le Canard enchaîné

Brad Pitt devrait acheter les droits de L’Invention des corps. Et sans tarder, car l’adaptation au cinéma de ce livre paraît inéluctable – même si cela suppose de composer une grammaire visuelle qui rende compte de la structure diffractée du roman.

Uune fresque moderne, celle de l’ère 2.0 »

 Plutôt que la sempiternelle petite musique de l’apocalypse, espérons que l’avenir nous réserve quelque chose comme le futur pétaradant que nous promet Ducrozet.

Lise Wajeman, Mediapart

Ébouriffant.

À quoi pourrait ressembler un roman du XXIe siècle ? Eh bien, à ça.

Avançant à toute allure sans égarer le lecteur, ce texte parfois virtuose n'est pas réductible à un plaidoyer contre le transhumanisme : sous ses faux airs de thriller, sous les grandes questions techniques et philosophiques qu'il pos, le quatrième roman de Pierre Ducrozet s'interroge d'abord sur les manières d'habiter, aujourd'hui, un corps. La musicalité du texte, sa plasticité gracieuse, aussi, laissent entendre qu'en dansant, c'est mieux.

Raphaëlle Leyris, Le Monde des Livres

Le jeune auteur s'attaque à un thème ambitieux mais il garde la générosité du romancier : L'Invention des corps peut se lire comme un thriller, une cavale sans temps mort sur tout le continent nord-américain.

20 Minutes

Une véritable écriture, travaillée à l'os, ainsi que le sens d'une narration menée de manière (…) efficace.

Pierre Maury, Le Soir

Mené à tombeau ouvert entre San Francisco, Paris et Hong Kong, L'Invention des corps explore les questionnements éthiques et anthropologiques nés de l'irruption massive de la technologie dans nos vies.

Sophie Joubert, L'Humanité

Un roman qui mime jusque dans sa forme l'inquiétante convergence de la biologie et du numérique.

Marie Fouquet, Le Magazine littéraire

Du même auteur