Aller au contenu principal

L'enfant qui


Trois trajectoires, trois personnages mis en mouvement par la disparition d’une femme, à la fois énigme et clé.
L’enfant marche dans la forêt, adossé à l’absence de sa mère. Il apprend peu à peu à porter son héritage de mystère et de liberté. Avec un chien pour guide, il découvre des lieux inconnus. À chaque lieu, une expérience nouvelle. Jusqu’à la maison de l’à-pic.
Le père, menuisier du village, délaisse le chemin familier du Café à la maison vide. En quête d’une autre forme d’affranchissement, il cherche à délivrer son corps des rets du désir et de la mémoire.
Et puis il y a la grand-mère, qui fait la tournée des fermes voisines, dont le parcours encercle et embrasse le passé comme les possibles.
Porté par la puissance de l’imaginaire, L’Enfant qui raconte l’invention de soi, et se déploie, sensuel et concret, en osmose avec le paysage et les élans des corps, pour mieux tutoyer l’envol.

mai, 2017
10.00 x 19.00 cm
128 pages


ISBN : 978-2-330-07898-0
Prix indicatif : 13.80€



Où trouver ce livre ?
Ce livre existe également en version numérique

C'est la marque des livres de Jeanne Bénameur, dont on ne dira jamais assez de bien parce que les plus belles critiques seront toujours au-dessous de son talent.

Mohammed Aïssaoui, Le Figaro Littéraire

D’un récit très sensible où un enfant cherche à habiter l’absence de sa mère partie, Jeanne Benameur tire une réflexion sur le temps qui relie les hommes entre eux. La romancière fouille l’inaudible de la condition humaine.

Thierry Guichard, Le Matricule des anges

Bel hymne à la liberté et à la nature où l’esprit d’écoute et d’observation de Jeanne Benameur ne parvient pas à nier la nécessité de l’épreuve pour vivre en osmose avec l’univers et élucider le clair-obscur de l’existence.

France Catholique

Dans son voyage au centre des solitudes intimes, Jeanne Benameur remonte de plus en plus près de la source, au matin du monde, à la nuit des temps. À sa manière, vibrante, mais dans une forme plus épurée et concentrée que jamais, la romancière livre un texte très bref, proche du conte, où les personnages n’ont pas de nom et pas plus que les lieux, stylisés, génériques.

Véronique Rossignol, Livres Hebdo

Un court roman mystérieux, qui ressemble à un conte. Le lecteur accompagne doucement l’enfant sur le chemin de la rédemption.

Olivia de Fournas, Famille Chrétienne

Nimbé de mystère, ce roman sur ce qui constitue une famille, sur la manière dont grandit une individualité, et dont on apprend à habiter le monde, est d'une poésie aussi heurtée que son titre.

Raphaëlle Leyris, Le Monde des livres

L’Enfant qui de Jeanne Benameur sonde ce qui nous enferme et ce qui nous libère. Sa langue poétique nous suggère cet indicible qui fait nos vies, nos rêves et nos actes.

Pauline Cirardin, Page des libraires

Jeanne Benameur livre un texte sensuel habité par la lumière des mots et porté par la puissance de l’imaginaire.

Biblioteca Magazine

On retrouve la riche écriture de la romancière, charmés que nous sommes par les sensations et la nature évoquées avec un vocabulaire choisi, très imagé. Une démarche plus poétique que romanesque qui peut étonner.

Notes bibliographiques

 Jeanne Bénameur livre un court roman intense sur l'enfance, la rêverie, la mère et la place que chacun doit finir par occuper dans le monde. (...) une plume remarquable qui s'envole pour mieux nous laisser apprécier la beauté de sa langue.

Version Femina