Aller au contenu principal

Le feu est la flamme du feu


Un narrateur se réinvente à chaque chapitre, tour à tour écrivain, médecin, universitaire, traducteur, libraire, en couple ou célibataire, solitaire ou social – Jérôme ou un autre. Autant d’échappées oniriques et insolites à la découverte d’un continent fictif toujours à réinventer.


Hier, j’ai découvert qu’un couple vivait dans une anfractuosité du parquet du salon. J’étais en train de vider mon sac de voyage lorsque je les ai remarqués. Ils avaient dû s’installer là depuis quelques jours, peutêtre, quelques semaines, tout au plus, cependant que nous étions en vacances, mon épouse, mes enfants et moi. Moi, j’avais décidé de rentrer plus tôt parce que je voulais profiter du calme de notre grand appartement parisien pour avancer sur un projet dont j’avais eu l’idée pendant notre séjour au bord de la mer – le repos m’a toujours fait le plus grand bien ; c’est ainsi, reposé et bronzé, qu’il me semble que j’ai les meilleures idées. Pendant que je vidais mon sac de voyage, donc, j’ai entendu un craquement accompagné de bruits de voix étouffées qui ont fini par m’intriguer. Je me suis dirigé vers le salon, d’où il me semblait que les bruits provenaient, et c’est là que je les ai vus. Sur le coup, j’ai eu peur de les déranger.

 

J. O.

mars, 2017
10.00 x 19.00 cm
176 pages


ISBN : 978-2-330-07547-7
Prix indicatif : 20.00€



Où trouver ce livre ?
Ce livre existe également en version numérique

 L'univers intelligemment torturé de Jérôme Orsoni.

François Perrin, Le Vif

 Réflexif, singulier, Le Feu est la flamme du feu décline des nouvelles sous le signe de Kafka. Jérôme Orsoni, ou l'art du dérèglement.

Damien Aubel, Transfuge

Les livres de Jérôme Orsoni ne ressemblent à rien de connu. (...) Orsoni se garde de rien clarifier, il lance des pistes incertaines, crée des décors flous où chacun trouvera ce qu'il cherche, et tourne autour de thèmes inépuisés comme la frontière entre vrai et faux, la tour de Babel, le rêve. Les connexions mystérieuses entre les êtres, aussi, spécialement les écrivains, qui se causent par-dessus les époques et les langues. (...) "Je ne suis pas Ie sujet de mon rêve", écrivait Orsoni dans Des Monstres littéraires, "mais simplement un personnage perdu, à la recherche de la littérature." II l'a trouvée, semble-t-il.

Bernard Quiriny, L'Opinion

Récits fantômes troués d’auteurs et de textes, les nouvelles du Feu est la flamme du feu, de Jérôme Orsoni, réchauffent l’esprit. (...) Une remarquable homogénéité. Cette torsion du récit donne un agréable torticolis au cerveau.

Éric Loret, Le Monde des Livres

C'est ce que cherche, avec un talent de grand conteur, Jérôme Orsoni : une image humaine de l'éternité.

François Angelier, France Culture

Orsoni semble vouloir creuser son sillon dans la solitude. Il n’y parviendra pas. Les honneurs le rattraperont. Et ce sera justice.

Gérard Guégan , Sud-Ouest