Aller au contenu principal

Le Gardien des choses perdues


Londres, mai 1974. Anthony Peardew attend sa fiancée, Thérèse. Celle-ci est étonnamment en retard. Il est loin de se douter qu’elle n’arrivera jamais, gisant au centre de l’attroupement qui s’est formé quelques centaines de mètres plus bas sur la chaussée. De retour chez lui ce même jour, Anthony réalise qu’il a égaré le médaillon que Thérèse lui avait confié, rompant ainsi la seule promesse qu’elle lui ait jamais demandé de tenir. Le coeur brisé, il passera le restant de son existence à collecter des objets trouvés au hasard de ses promenades, dans l’espoir de pouvoir un jour les restituer à leurs propriétaires.


Désormais âgé de soixante-dix-neuf ans, le vieil homme décide de léguer sa demeure victorienne et les “trésors” qu’elle recèle à sa fidèle assistante Laura, qu’il pense être la seule à même d’accomplir la mission qu’il s’est donnée. En exprimant ses dernières volontés, il est loin de se douter de leurs répercussions et de l’heureuse suite de rencontres qu’elles vont provoquer…


Histoire d’amour et de rédemption, Le Gardien des choses perdues explore la magie des objets, le sens qu’ils donnent à nos vies et les liens inattendus qui nous unissent aux autres. Ce premier roman enchanteur, à l’humour et au charme irrésistiblement british, est en cours de traduction dans quinze pays.

février, 2017
11.50 x 21.70 cm
352 pages

Langue : anglais
Christine LE BOEUF

ISBN : 978-2-330-07304-6
Prix indicatif : 22.50€



Où trouver ce livre ?
Ce livre existe également en version numérique

Livre sur la transmission, la mémoire (la maladie d'Alzheimer est très présente), la différence et le sens de la vie, Le gardien des choses perdues est écrit dans un style simple avec des dialogues facétieux et une réelle capacité à mener de front plusieurs chemins narratifs. Une littérature des sentiments qui parvient par sa fantaisie à ne pas céder à la mièvrerie. Vous reprendrez bien une bonne petite tasse de thé ?

Sens Critique

Résultat de l’étrange alchimie de ce livre : un « je ne sais quoi » et un « petit plus » qui me laissent sous le charme, sans pouvoir bien expliquer pourquoi. Un beau petit moment de lecture, vraiment.

Belette du Sud

J'ai découvert cette petite merveille avec plaisir et délectation. Une très belle histoire d'amour, d'amitié, de partage et de sauvegarde du patrimoine, une petite réflexion intéressante sur le rapport que nous entretenons avec les objets et les lieux les plus précieux de notre vie.

Les Carnets secrets du potit panda

Très joli roman Le gardien des choses perdues nous apprend à conserver l’espoir et la porte ouverte à toutes les nouvelles aventures et possibilités que nous offre la vie. Une histoire revigorante et résolument optimiste.

Le Suricate

Le gardien des choses perdues est un roman à la construction habile dans lequel on se sent bien, tant s’en dégage un agréable parfum de bienveillance envers soi et envers autrui : un gros plaisir de lecture !

Sur mes brizées

Tous les ingrédients sont réunis pour faire une lecture plaisante, accueillante et charmante, servie par une très bonne traduction.

Fragments de lecture

Sans jamais tomber dans la mièvrerie, Ruth Hogan signe un roman lumineux dans lequel le mot espoir n'est pas une vaine notion – (…).

Laure Simoes ( Librairie Petites histoires entre amis à Chennevieres-sur-Marne), Page des libraires

Une histoire de rédemption au charme très british.

Spectacles à Nancy

Ce premier livre de Ruth Hogan est une petite merveille d'inventivité, de fantaisie et de malice. Qu'il est plaisant de lire les aventures de ces Anglais et d'apprécier leur bel esprit de tolérance et de transmission.

Claude Maine, Ouest France

Un premier roman construit autour d'une galerie de personnages, tous animés de bienveillance. On se complaît dans ce récit, entre émotion et humour anglais. Une bulle de bien-être, portée par la jolie écriture de Ruth Hogan.

Eva Roque, Télé7jours

Du même auteur