Aller au contenu principal

Le point aveugle


Ce recueil rassemble les conférences données par l'auteur à l'université d'Oxford. Sur les questions sans réponses, les énigmes insolubles et les ambigüités nécessaires qui font l'essence du roman et placent le lecteur en son centre : le point aveugle.


Écrire un roman consiste à plonger dans une énigme pour la rendre insoluble, non pour la déchiffrer (…). Cette énigme, c’est le point aveugle, et le meilleur que ces romans ont à dire, ils le disent à travers elle : à travers ce silence pléthorique de sens, cette cécité visionnaire, cette obscurité radiante, cette ambiguïté sans solution. Ce point aveugle, c’est ce que nous sommes.

J. C.

novembre, 2016
10.00 x 19.00 cm
224 pages

Langue : espagnol
Aleksandar GRUJICIC

ISBN : 978-2-330-06895-0
Prix indicatif : 18.80€



Où trouver ce livre ?
Ce livre existe également en version numérique

Avec un essai où il interroge l'enjeu du roman et un court texte écrit à 25 ans, Javier Cercas s'impose définitivement comme l'un des maîtres contemporains des lettres espagnoles.

Yann Perreau, Les Inrockuptibles

Notre homme s'intéresse ici une nouvelle fois à la complexité des choses et des êtres. Et se penche sur les multiples transformations du roman, entre Cervantes et son « Quichotte » et les travaux de ]. M. Coetzee, Javier Marias ou Jean Echenoz.

Car, pour lui, un roman ne doit pas être qu'un simple divertissement mais «  avant tout un outil de recherche existentielle, un outil de connaissance de la nature humaine».

Hautement stimulant,  Le Point aveugle  est d'une lecture aussi instructive que réjouissante.

Alexandre Fillon, Sud Ouest

Il est impossible d’épuiser la richesse de cet essai en un court article. Il permet de relire Cervantès, Melville, Kafka, Proust, Vargas Llosa d’un œil neuf. Il croise les théories de Pierre Bayard ( le clin d’œil au plagiat par anticipation, p. 91). Il est aussi, pour l’écrivain une forme d’autobiographie intellectuelle - «  asseoir ma propore généalogie » - , voire d’autofiction, puisque tout écrivain désigne ses «  ancêtres littéraires » mais se plaît aussi à les créer …

Le Point aveugle est de ces essais qui, comme le Lector in fabula d’Umberto Eco, marquent et marqueront des générations de lecteurs , de penseurs du roman; (…)…

Christine Marcandier, Diacritik

Ses livres paient leur dette au roman, au scénario, à l'enquête historique, au reportage, à l'essai à l’éditorial politique, aux vies parallèles. Tous les genres s y fondent remarquablement, au service d'une vérité compliquée, vue à travers un évènement primaire. L'Histoire y est un chaos dans lequel la littérature a vocation à mettre un semblant d'ordre en lui donnant une forme. Au moment où paraît en français son premier livre, Le Mobile, un recueil d'essais révèle la théorie qu'il a échafaudée autour de sa manière. Le Point aveugle Tout est dans le titre, (…).

Pierre Assouline, Le Magazine Littéraire

Entre art du roman et essai personnel où il décrit sa relation à ses confrères, comme Kenzaburô Ôé, Javier Cercas équilibre le tout pour nous faire réfléchir à notre propre pratique de lecteur, et nous donne envie de nous plonger dans notre bibliothèque personnelle.

On l’a lu

L'auteur a beau dévider de livre en livre l'écheveau des errements identitaires et des faux-semblants démocratiques de son pays, le « motif caché dans le tapis » de toute l’oeuvre, c'est l'interrogation sur le romanesque. A la manière du Barthes de la fin, pour Cercas, le roman est le sujet même. Et ce Point aveugle est son art poétique et son discours de la méthode. Comme à sa façon, l'était déjà, il y a trente ans, Le mobile.

Livres Hebdo, Livres Hebdo