Aller au contenu principal

Ceux de la poésie vécue




La poésie a la vie dure, même si on l’annonce régulièrement à l’article de la mort. C’est que pour ceux qu’exaspère l’ordre meurtrier du monde, la poésie est affaire d’engagement existentiel. Elle garde trace des expériences vécues et des risques pris. Elle dit le réel, mais en le révélant plus vaste, et d’une prodigieuse intensité. Elle conjugue visible et invisible, sursauts intimes et songes partagés. Elle s’impose comme le chant profond des vivants qui ne renoncent pas aux effractions, aux abîmes, aux combats, ni aux enchantements inouïs de la vraie vie.

Ernest Pignon-Ernest multiplie les interventions par les rues et sur les murs des villes en compagnie de poètes irréductibles, capteurs de signes, porteurs de paroles, de révoltes, d’utopies. De Rimbaud à Antonin Artaud, de Nerval à Robert Desnos, de Verlaine à Pier Paolo Pasolini, de Federico García Lorca à René Char, sans oublier Baudelaire, Apollinaire, Cendrars, Maïakovski, Éluard, Aragon, Michaux, Hikmet, Neruda, Genet, Mahmoud Darwich, il n’a cessé de fixer avec eux des rendez-vous complices.

Au plus près, par le verbe et l’action, de ces grands singuliers, André Velter est tout naturellement entré en résonance avec cette aventure qui met la poésie à l’épreuve du monde et des hommes, sans omettre d’affirmer qu’envers et contre tout il est possible, ici et maintenant, de tenir parole, de ne pas baisser la garde, de ne pas être indigne de soi, ni de ses rébellions, ni de ses désirs.

mars, 2017
19.60 x 25.50 cm
202 pages


ISBN : 978-2-330-05053-5
Prix indicatif : 35.00€



Où trouver ce livre ?

 Les poètes ne servent à rien, c'est pourquoi ils sont indispensables. L'artiste plasticien Ernest Pignon-Ernest le proclame, qui a construit une œuvre graphique habitée par ces porteurs de rêves, de révoltes et d'utopies. (…) Avec André Velter, essayiste et voyageur, pour qui la poésie est « affaire d'engagement existentiel », il publie cet ouvrage où textes et portraits font resurgir ces passants considérables. Rimbaud, Nerval, Baudelaire, Neruda, Genet, Darwich, Cendrars, Artaud, Lorca, Hikmet... C'est beau, inutile. Donc indispensable.

Siné Mensuel

De Pasolini à Jean Genet, en passant par Mahmoud Darwich, ce pionnier de l'art urbain livre une passionnante traversée du monde, en suivant le chemin des poètes.

Stéphane Cerri, Midi Libre

Du même auteur