Aller au contenu principal

Deux ans, huit mois et vingt-huit nuits



Quand il advient – tous les quelques siècles – que se brisent les sceaux cosmiques, le monde des jinns et celui des hommes entrent momentanément en contact. Sous apparence humaine, les jinns excursionnent alors sur notre planète, fascinés par nos désirables extravagances et lassés de leurs sempiternels accouplements sans plaisir.
Venue une première fois sur terre au xiie siècle, Dunia, princesse jinnia de la Foudre, s’est éprise d’Ibn Rushd (alias Averroès), auquel elle a donné une innombrable descendance dotée de l’ADN des jinns. Lors de son second voyage, neuf siècles plus tard, non seulement son bien-aimé n’est plus que poussière mais les jinns obscurs, prosélytes du lointain radicalisme religieux de Ghazali, ont décidé d’asservir la terre une fois pour toutes. Pour assurer la victoire de la lumière sur l’ombre dans la guerre épique qu’elle va mener contre les visées coercitives de ses cruels semblables, Dunia s’adjoint le concours de quatre de ses rejetons et réactive leurs inconscients pouvoirs magiques, afin que, pendant mille et une nuits (soit : deux ans, huit mois et vingt-huit nuits), ils l’aident à faire pièce aux menées d’un ennemi répandant les fléaux du fanatisme, de la corruption, du terrorisme et du dérèglement climatique…
Inspiré par une tradition narrative deux fois millénaire qu’il conjugue avec la modernité esthétique la plus inventive, Salman Rushdie donne ici une fiction aussi époustouflante d’imagination que saisissante de pertinence et d’actualité.

septembre, 2016
14.50 x 24.00 cm
320 pages

Langue : anglais
Gérard MEUDAL

ISBN : 978-2-330-06660-4
Prix indicatif : 23.00€



Où trouver ce livre ?
Ce livre existe également en version numérique

Ce récit surréaliste aux multiples digressions questionne le présent et les errances des hommes quand ils s’asservissent aux religions.

Xavier Alonson, 24 Heures / Tribune de Genève

Un conte philosophie, politique, poétique à l’inventivité effrénée et à la construction virtuose.

Nelly Kaprièlian, Les Inrockuptibles

Salman Rushdie (…) retrouve sa plume d’alchimiste pyrotechnicien pour bâtir un conte fou.

Salman Rushdie se tient aux frontières des cultures, mêlant, en écrivain du monde global qu’il est devenu, les légendes indiennes, les mythes d’Occident, les miniatures persanes et les tableaux de Magritte.

Cette aisance planétaire, qui se double d’une étonnante capacité à prédire les convulsions contemporaines, fait de cet écrivain (…) un être fidèle aux cultures dont il se nourrit, mais qui sait franchir, d’un bond, les clivages d’un vieux monde qui ne cesse de renaître.

Eléonore Sulser, Le Temps

Un merveilleux hommage à la fiction et à la littérature, seules armes pour continuer à penser librement contre toute forme de régime qui nous l’interdit.

Nelly Kaprièlian, Vogue

Une fable satirique et burlesque sur l’affrontement de la raison et de la superstition.

Stéphane Loignon, Le Parisien magazine

Un roman passionnant.

Deux ans huit mois et vingt-huit nuits (mille et une, si on compte sur ses doigts) est incontestablement l’une des plus ambitieuses [fictions] de l’auteur, et son grand roman américain.

Ce livre espiègle et profond, chaînon manquant entre L’Être et le néant et La Guerre des Mondes.

Didier Jacob, L’Obs

Une étourdissante fiction [...] C’est vertigineux [...] On est dans les Mille et Une Nuits conjuguées au Candide de Voltaire et assaisonnées d’un humour ravageur.

Marie Chaudey, La Vie

Deux ans, huit mois et 28 jours, c'est-à-dire mille et une nuits : Rushdie reprend l'héritage oriental avec son imagination fabuleuse et réjouissante. 

Salman Rushdie fait jouer la littérature contre la bêtise et l'obscurantisme.

Hervé Bertho, Ouest-France

Cette fable à l’imaginaire ébouriffant.

Direct Matin

Ce roman, incroyablement ambitieux, baroque, foutraque, parcouru d’éclats de beauté pure, qui traverse les siècles et les genres.

Olivier Mony, Figaro Magazine

Du même auteur