Aller au contenu principal

Le pays qu'habitait Albert Einstein


Albert Einstein, c’est l’audace intellectuelle alliée à une fraîcheur déconcertante, c’est l’imagination ardente soutenue par une obstination imperturbable. Mais comment approcher une façon de penser et de créer à nulle autre pareille ?

Étienne Klein est parti sur ses traces, il s’est attaché aux époques et aux villes où le destin d’Einstein a basculé : Aarau où, à seize ans, Einstein se demande ce qu’il se passerait s’il chevauchait un rayon de lumière ; Zurich, où il devient ingénieur en 1901 et se passionne pour la physique expérimentale ; Berne où, entre mars et septembre 1905, il publie cinq articles, dont celui sur la relativité restreinte qui révolutionnera les relations de l’espace et du temps, tout en travaillant à l’Office fédéral de la propriété intellectuelle ; Prague où, en 1912, il a l’idée que la lumière est déviée par la gravitation, esquissant ainsi la future théorie de la relativité générale. Puis Bruxelles, Anvers et, enfin, Le Coq-sur-Mer où, en 1933, Einstein se réfugie quelques mois avant de quitter l’Europe pour les États-Unis. Définitivement.

Albert Einstein (1879-1955), c’est une vie d’exils successifs, arrimée à la physique. C’est un art du questionnement fidèle à l’esprit d’enfance. C’est un mystère qu’Étienne Klein côtoie avec autant d’affection que d’admiration.

octobre, 2016
11.50 x 21.70 cm
256 pages


ISBN : 978-2-330-06662-8
Prix indicatif : 20.00€



Où trouver ce livre ?
Ce livre existe également en version numérique

Klein est un professeur-né, et un conteur doué.

Jacques Drillon, Clone of L'Obs

Klein nous promène à travers l’espace et le temps, les idées et la politiqu.

Concis et facile à lire, l’ouvrage est parsemé de clins d’œil, de rêveries, de dialogues socratiques et de jeux de mots fièrement vaseux, sans oublier quelques anagrammes dont Klein est un expert.

Cédric Villani, L'Obs

Klein raconte, explique, s'émerveille. Son portrait est vibrant.

Stephane Bou , Le Canard enchainé

Une balade pleine de charme.

Il est doué d'une belle capacité à mêler le fond et la forme, les explications scientifiques et les détails biographiques qui font mouche.

Guy Duplat, La Libre Belgique

Il faut s’appeler Etienne Klein pour s’attaquer à pareil Everest.

En juxtaposant différents points de vue, en tissant fragments de vie et découvertes scientifiques, Etienne Klein tente de comprendre la manière si singulière dont Einstein questionnait le monde.

Roland Lehoucq, astrophysicien, La Recherche

Etienne Klein ressaisit ce qui, dans ce mouvement perpétuel, permet à l'œuvre de se construire. »

 

Essai alerte et pédagogue, où il ne s'interdit aucune liberté, pas même celle de faire dialoguer Galilée et Albert le temps d'un rêve...

Sophie Pujas, Le Point

Physicien, mais aussi philosophe des sciences et surtout vulgarisateur graphomane d'un immense talent, Etienne Klein a donc voulu nous livrer « son » Einstein.

Il le fait avec un art consommé, sans laisser aucune couture apparente. Et c'est, pour tous ceux qui ne sont pas familiers avec la physique théorique, un délice que de pédaler à sa suite, dans les faux plats comme dans les descentes.

D'une admirable finesse psychologique.

Yann Verdo, Les Echos

Ce savant nous entraîne à la charnière des émotions et des concepts, des muscles et de la rationalité, des intuitions et des analyses. »

 

Le charme très vif de ce livre ne réside donc pas seulement dans ses vertus pédagogiques incontestables, ni dans son écriture allègre. Il tient à son subtil et permanent entrelacs d’autobiographie et d’explications scientifiques, de rêveries et de détails érudits.

 

Dans le pays qu’habite Etienne Klein, les mouvements du corps et ceux de la pensée ne sont jamais disjoints. Avec un vélo, quelques montagnes et un crayon, il devient possible d’explorer un temps prétendument passé. Et d’embarquer tout le monde à sa suite.

Roger-Pol Droit, Le Monde des livres

Sous sa plume surgit un Einstein bien vivant, idéaliste et romantique, un génie au regard d’enfant qui appartenait à l’évidence à la patrie des rebelles, à la petite nation de ceux qui tirent la langue.

Julien Bisson, Lire

Tous ceux qui éprouvent du plaisir à comprendre suivront les pas d’Etienne Klein mettant les siens dans ceux de l’illustre savant. Comme Magritte, on peut dire : ceci n’est pas une biographie. Mais c’est un sacré bon livre.

Laurent Lemire, Livres Hebdo

Du même auteur