Aller au contenu principal

Ma part de Gaulois



C’est l’année du baccalauréat pour Magyd, petit Beur de la rue Raphaël, quartiers nord de Toulouse. Une formalité pour les Français, un événement sismique pour l’« indigène ». Pensez donc, le premier bac arabe de la cité. Le bout d’un tunnel, l’apogée d’un long bras de fer avec la fatalité, sous l’incessante pression énamourée de la toute-puissante mère et les quolibets goguenards de la bande. Parce qu’il ne fait pas bon passer pour un “intello” après l’école, dans la périphérie du « vivre ensemble » – Magyd et ses inséparables, Samir le militant et Momo l’artiste de la tchatche, en font l’expérience au quotidien.

Entre soutien scolaire aux plus jeunes et soutien moral aux filles cadenassées, une génération joue les grands frères et les ambassadeurs entre familles et société, tout en se cherchant des perspectives d’avenir exaltantes. Avec en fond sonore les rumeurs accompagnant l’arrivée au pouvoir de Mitterrand, cette chronique pas dupe d’un triomphe annoncé à l’arrière-goût doux-amer capture un rendez-vous manqué, celui de la France et de ses banlieues.

Avec gravité et autodérision, Ma part de Gaulois raconte les chantiers permanents de l’identité et les impasses de la république. Souvenir vif et brûlant d’une réalité qui persiste, boite, bégaie, incarné par une voix unique, énergie et lucidité intactes. Mix solaire de rage et de jubilation, Magyd Cherfi est ce produit made in France authentique et hors normes : nos quatre vérités à lui tout seul !


“Dire que j’écris me gêne, complexe d’ancien pauvre, d’ex-fils-d’immigré, d’épisodique schizophrène car j’suis devenu français. J’ai du mal à écrire car je m’écris et m’écrire c’est saisir une plaie par les deux bouts et l’écarter un peu plus. La plume m’a séparé de mes compagnons d’infortune, tous ces « Mohamed » de ma banlieue nord hachés menus par une société qui a rêvé d’un « vivre ensemble » sans en payer le prix. Je raconte une fêlure identitaire, un rendezvous manqué. C’était l’année 1981, la gauche arrivait au pouvoir la besace pleine de l’amour des hommes et les premiers Beurs accédaient au bac. Le bac, une anecdote pour les Blancs, un exploit pour l’indigène. Tout était réuni pour cette égalité des droits tant chérie. La promesse d’une fraternité vraie semblait frémir.

Pourtant la rencontre de la France et de sa banlieue n’a pas eu lieu, elle n’a toujours pas vu la lumière car l’exception française persiste, celle d’être français et de devoir le devenir…”


M. C.

août, 2016
11.50 x 21.70 cm
272 pages


ISBN : 978-2-330-06652-9
Prix indicatif : 19.80€



Où trouver ce livre ?
Ce livre existe également en version numérique
Prix Le Parisien Magazine -
Prix littéraire Beur FM Méditerranée -
Prix des Députés -

Dans un formidable récit, Ma part de Gaulois (…), il raconte sa sortie du quartier, le bac, la musique, la violence, les espoirs, l'humiliation et les fiertés de toute une génération de Beurs. Et exprime ses doutes, toujours, tiraillé qu' il est entre sa « part de Gaulois » et la fidélité aux siens.

Catherine Portevin, Philosophie magazine

Cherfi, c’est le Pagnol des Izards, un homme qui transforme la vie d'un fils d'émigré en aventure rocambolesque, qui parle de désir et de rêves ; de désillusions aussi. Dans une langue chatoyante qui offre un formidable plaisir de lecture.

Sébastien Dubos, La Dépêche du Midi

Un récit plein de saveur, d'humour, d'autodérision, qui par-delà les anecdotes éclaire la question du communautarisme dans une République passablement encombrée par ses banlieues.

Les Dernières Nouvelles d’Alsace

Un livre dense, sincère comme une thérapie.

Le Courrier de l’Atlas

Un récit coup de poing qui règle ses comptes à la République.

Anne Smith-Rossignol, Elle Oriental

Le bac est désormais bien loin, l'année 1981 appartient à l'histoire, mais Magyd Cherfi n'a rien oublié, rien renié, rien réinventé. Il sait plier les mots à sa volonté pour se raconter, pour nous raconter... et c'est magnifique!

Florence Dalmas, Le Dauphiné Libéré

Une chronique de vie, portée par une folle énergie et un style plein de trouvailles.

Eliane Girard, Prima

Un livre drôle et politique.

Sylvie Tanette, Les Inrockuptibles

Cherfi mêle tout avec panache, énergie et sincérité. Et ce dans une langue fleurie, qui pioche autant dans l'argot à fleur de bitume que dans le vocabulaire précieux de haut de bibliothèque.

Jeune Afrique , Jeune Afrique

Ma part de Gaulois est un livre de combat, le récit admirable d'un homme debout qui choisit ses propres armes et refuse celles des adversaires. (…). Respect !

Pierre Maury, Le Soir

Du même auteur