Aller au contenu principal

Quand j'étais enfant, je lisais des livres


Depuis la parution, en 1980, de son premier roman, Marilynne Robinson s’est acquis une réputation internationale non seulement en tant que romancière mais aussi en tant qu’essayiste. Le présent recueil convoque une pensée élaborée sur la longue durée pour approfondir les grands thèmes qui n’ont cessé de nourrir son travail d’écrivain et d’accompagner son parcours philosophique : de la fragmentation sociale à l’oeuvre dans nos sociétés à la vulnérabilité de l’homme, en passant par la question – pour elle centrale – de la foi.

S’élevant contre la tentation contemporaine de séculariser et de rationaliser le monde à outrance, ce livre d’intervention, qui interroge les choix politiques et économiques de notre temps et les limites de plus en plus patentes d’un capitalisme manipulateur, constitue un plaidoyer contre l’austérité sous toutes ses formes et défend la primauté de l’éthique pour accéder à des solutions authentiques allant de pair avec un nécessaire dépassement de soi.

Marqué par une tension permanente entre les injonctions du collectif et l’aspiration humaine à la solitude (la poésie étant à considérer comme le plus bel usage que l’on puisse faire de cette dernière), cet ouvrage sans égal, d’une ironie parfois mordante, rend un hommage d’une rare profondeur tant au sens de la communauté qu’à la nécessité pour l’homme de ne pas se laisser réduire aux seules frontières de son espèce.

février, 2016
11.50 x 21.70 cm
304 pages

Langue : américain
Simon BARIL

ISBN : 978-2-330-05797-8
Prix indicatif : 22.80€



Où trouver ce livre ?
Ce livre existe également en version numérique

À l'heure où la mèche virevoltante de Trump balaie de son jaune pisseux tous les écrans plasma des Etats-Unis, il devient urgent de s’arrêter. De prendre le temps d' écouter la voix posée de Marilynne Robinson. Dieu est amour, la démocratie aussi, et la lecture de Marilynne Robinson um antidote à tous Ies cynismes.

Damien Aubel, Transfuge

Du même auteur