Aller au contenu principal

Personne ne disparaît


Un soir, à la volée, conversation mondaine, un inconnu vous propose de profiter de sa chambre d’amis, si un jour vos pas vous entraînent vers chez lui. Et vous voilà dans un avion pour le bout du monde, toutes amarres larguées.

Pour Elyria, qui plaque tout sans prévenir personne, c’est une tentative d’évasion très directement dirigée contre la réalité. Même si elle sait que, d’après les critères en vigueur, elle peut cocher toutes les lignes de la check-list – mari, travail, appartement, mère indigne – et s’estimer heureuse, fermer les yeux sur la banale, insipide, parfois tragique médiocrité des choses est au-dessus de ses forces. Ainsi, regard écarquillé et logique extrêmement personnelle en bandoulière, la jeune New-Yorkaise atterrit à Wellington, Nouvelle-Zélande, pour rejoindre la ferme isolée où se trouve ladite chambre d’amis, à l’autre bout de l’île du Sud.

Expérience de vertige introspectif en autostop, Personne ne disparaît prend la tangente au pied de la lettre : trajectoire intérieure vouée à se mordre la queue (car partout l’on s’emmène avec soi), c’est aussi un envol, jalonné de rencontres improbables et de rendez-vous manqués, entre paysages grandioses et bords de route anonymes.

Sur la douloureuse déception d’être soi, le souffle court des promesses et la séduction du précipice, le premier roman de Catherine Lacey fait retentir une voix inoubliable, d’une originalité radicale et d’une drôlerie inespérée.

février, 2016
11.50 x 21.70 cm
272 pages


ISBN : 978-2-330-05798-5
Prix indicatif : 22.00€



Où trouver ce livre ?
Ce livre existe également en version numérique

 Personne ne disparaît éblouit dès les premières pages. Il y a d’abord ces phrases ciselées, puissantes, qui gonflent lentement, forment des boucles avant d’éclater en morceaux. Il y a ensuite la narratrice, cette jeune femme qui part à vau-l’eau, bouleversante de fragilité et d’indifférence mélangées,son renoncement au monde comme une forme d’idéal héroique.Il y a enfin ces mots, ceux qu’elle ne prononce pas, mais auxquels elle songe sans relâche. On a du mal à croire qu’il s’agit d’un premier roman, tant ce livre impressionne par son style, sa maturité, sa connaissance de l’âme humaine. Catherine Lacey a su donner un visage à ce qui pourrait bien devenir le mal du siècle. Du moins en Occident. Etrange et poétique, ensorceleur et presque inaudible son monologue d’une âme en peine ressemble à une melopée majestueuse. Dangereux comme le chant des sirènes. Il mène aux bords du gouffre celui qui n’y prend pas garde.

Yann Perreau , Les Inrockuptibles

Premier roman raconté dans un style épuré et délicat, ce voyage fou dans l'esprit d'Elyria se lit d'une traite.

Point de vue

Un premier roman tragicomique, sombre, d'une glaçante lucidité introspective, doublée d'un regard radical et singulier sur le monde.

Ariane Valadié, Voici

Cette lecture est étourdissante. "Personne ne disparaît" réunit des caractéristiques à priori difficilement conciliables : exotique (le côté "écrivain voyageur"), introspectif, désespéré et souvent très drôle.

Pierre-Yves Grenu, CultureBox

Roman bouleversant mais drôle. Et d'une singularité sidérante.

Gilles Chenaille, Marie-Claire

D'une plume au diapason de ce qui fait palpiter une âme qui cherche à dépasser la déception d'être soi, Catherine Lacey (qui vit à Brooklyn) tisse un premier roman intense et lucide qui ne craint pas d'affronter les impasses et les menaces. Personnalité et voix singulières, Elyria touche par la vulnérabilité de sa force et la force de sa vulnérabilité.

Geneviève Simon , La Libe Belgique

Catherine Lacey  y parvient ( à mettre en scène le désarroi ) grâce à une langue inventive, privée de lieux communs et d’expressions toutes faites mais pleine d’images fortes et justes.

Sylvie Tanette , Site "On l'a lu"

Personne ne disparaît, par exemple. Un roman de Catherine Lacey (Actes Sud), éblouissant de bout en bout, sur le motif «une femme s'en va», un genre en soi désormais, mais ici porté par une voix singulière, miraculeusement intranquille et incarnée, qui cherche à abattre le yack en soi.

 

Olivier Adam, Libération

Catherine Lacey nous emmène dans un road-trip saisissant d'introspection et d'humanité. La lecture des découvertes d'Elyria est entraînante et invite petit à petit le lecteur à établir sa propre réflexion sur son expérience de la vie. Personne ne disparaît est le récit d'une quête hallucinée vers une rupture avec le monde tel qu'on le conçoit aujourd'hui, l’histoire d'une femme qui souhaite plus que tout plonger dans l'inconnu pour mieux disparaître.

Libération

Personne ne disparaît, par exemple. Un roman de Catherine Lacey (Actes Sud), éblouissant de bout en bout, sur le motif «une femme s'en va», un genre en soi désormais, mais ici porté par une voix singulière, miraculeusement intranquille et incarnée, qui cherche à abattre le yack en soi. Le roman superbe du désarroi et de l’inespoir.

Serge Bressan, Le Quotidien

Du même auteur