Aller au contenu principal

À toi


Un coeur dessiné au rouge à lèvres, transpercé d’un “je t’aime” et signé “À toi”. Il n’en faut pas davantage à la perspicace Inés pour découvrir que son mari la trompe, puisque, bien sûr, À toi ce n’est pas elle…

 Drapée dans sa dignité, elle sauve les apparences mais n’en exerce pas moins une vigilance active. C’est ainsi qu’elle surprend une conversation téléphonique sans équivoque et décide de filer discrètement le mari volage. Elle assiste alors impuissante (et soulagée ?) à l’assassinat d’À toi par les mains de son doux et, d’ordinaire du moins, si prévisible Ernesto qui vient de se défaire de sa secrétaire. Et l’auteur de déployer un thriller tragicomique addictif, avec une femme au bord de la crise de nerfs, prête à toutes les audaces pour éviter l’humiliation publique des femmes bafouées. Surtout ne jamais ressembler à sa pitoyable mère.

 Pendant qu’elle sillonne la ville de Buenos Aires, sanglée dans un ravissant tailleur de soie beige, subtilisant sans vergogne des pièces à conviction ou interrogeant habilement de présumés témoins qui n’ont rien vu, sa fille adolescente semble de bien méchante humeur. Se pourrait-il qu’elle ait des soucis autrement plus préoccupants ?

 Un portrait au vitriol des vicissitudes de la vie domestique dans la classe moyenne argentine.

avril, 2015
11.50 x 21.70 cm
176 pages

Langue : espagnol (Argentine)
Romain MAGRAS

ISBN : 978-2-330-04833-4
Prix indicatif : 18.00€



Où trouver ce livre ?
Ce livre existe également en version numérique

Un faux thriller, une comédie sentimentale approximative, un drame à plusieurs dimensions dont aucune ne peut être prise au sérieux, bref, un roman qui ne ressemble à aucun autre.

Pierre Maury, Le Soir

Nous allons de surprise en surprise et je peux vous assurer que vous serez « ficelés » vous aussi !

Le choix des libraires, Lydie Zannini, Lire

Une tragi-comédie caustique qui raille la classe moyenne argentine.

Delphine Peras, Express Styles

L’écrivaine argentine Claudia Pineiro possède ce don rare d’entraîner, avec élégance, son lecteur là où il n’imaginait pas forcément aller.

Daniel Bégard, Olé

Dans la lignée d’Alfredo Arias et de Damian Szifron, le réalisateur des hilarants mais très méchants Nouveaux sauvages, Claudia Pineiro s’attelle à la dissection conjugale avec le cynisme d’un Almodovar au meilleur de sa forme.

Après nous avoir fait hurler de rire dans Les veuves du jeudi et tenus en haleine dans Bétibou, l’auteur nous entraîne sur la pente de la jalousie la plus féroce.

Un roman qui a du chien.

Valérie Gans, Madame Figaro

On pourrait gloser à l’infini sur le « message » de ce conte cruel sur l’incommunicabilité au sein du foyer. Pourtant, il semble préférable de le savourer tout simplement comme un bonbon… au poivre.

Emmanuelle Giuliani, La Croix

L’auteur déploie un thriller tragicomique addictif, avec une femme au bord de la crise de nerfs, prête à toutes les audaces pour éviter l’humiliation publique des femmes bafouées.

L’Essor de la Loire

On va de rebondissement en rebondissement jusqu’à un dénouement totalement inattendu.

Pascale Bragard, Librairie Deux Sèvres, France 2, Télématin

L’impertinente Claudia Pineiro ne prend pas de gants.

L’auteure réussit à glisser de la tragédie au burlesque avec une facilité déconcertante.

L’héroïne est digne d’un personnage d’Almodovar.

On assiste, hilare, à la transformation d’une mère de famille en exécrable détective, déterminée à sauver son couple.

Laurence Caracalla, Version Fémina

Du même auteur