fbpx La Favorite | Actes Sud Aller au contenu principal

La Favorite




Une grand-mère habille son petit-fils en petite-fille. Outre une réflexion sur la définition de soi à travers son corps et sa sexualité, l’occasion de confronter trois époques : des années 1930 aux années 2000 en passant par les années 1970.

avril, 2015
19.50 x 28.00 cm
160 pages


ISBN : 978-2-330-04778-8
Prix indicatif : 23.00€



Où trouver ce livre ?

Prix du scénario -
Prix littéraire des Lycéens et Apprentis de la région PACA -

Le dessinateur a encore gagné en souplesse sans perdre la profondeur apportée par le procédé de la carte à gratter, et affiche une réjouissante liberté graphique.

Fabrice Piault, Livres Hebdo

Brillant coup de force de Matthias Lehmann.

Une "fiction aussi singulière par le trouble qu'elle suscite que subtile dans les réponses audacieuses que Lehmann y apporte.

Jean-Claude Loiseau, Télérama

Un chef d’œuvre.

Une écriture qui fait de Matthias Lehmann l’un des auteurs les plus personnels de sa génération, et assurément l’un des plus fascinants.

Stéphane Beaujean, Kaboom

Fin et insicif.

Une mise en scène maîtrisée et inventive.

Anne-Claire Norot, Les Inrockuptibles

 Il y a des BD qui vous marquent, quand vous refermez l’album vous vous dites "je viens de lire un truc assez incroyable.

[La Favorite] en fait partie .

Vraiment très beau.

Je le conseille à tout le monde, que vous aimiez la Bande Dessinée ou pas.

Mathieu Charrier, Europe 1

Patient dans sa narration qu’il rehausse çà et là de touches fantastiques à coups de plume féroce, Matthias Lehmann se garde bien de faire pleurer dans les chaumières avec cette histoire renvoyant aux questionnements de l’enfance.

Frédéric Potet, Le Monde

Une œuvre noire, heureusement touchée par la grâce et la lumière

Simenon n’est […] pas très loin. 

Philippe Belhache, Sud Ouest

Dans La Favorite, la plume de Lehmann creuse la fibre de la page comme on travaille la terre. En profondeur. On sent presque le poids d'une main vigoureuse, qui ne ménage pas son outil. Un peu à la manière d'un Charles Burns, le dessin est fait de stries, héritage de la carte à gratter dont Lehmann use d'habitude avec brio.

Marius Chapuis, Libération

Matthias Lehmann signe une fable grinćante sur la construction de l'enfance, soutenue par un dessin virtuose.

Lucie Servin, L’Humanité

Du même auteur