Aller au contenu principal

N'oublie pas de respirer



Lorsqu’elle traverse les buissons odorants du maquis, en passant par les cuves du lavoir installé sous les arbres, l’odeur verte perd ses pouvoirs. Elle s’affaiblit au contact d’un plus puissant enchantement : la rumeur, toujours égale, toujours renouvelée, des eaux claires et fraîches du fleuve, que l’on écoute, des heures entières, en somnolant, en rêvant, sur les pierres brûlantes et douces, les yeux mi-clos.

Auprès d’une mère inaccessible, visage d’Anna Magnani dissimulé derrière la fumée bleue d’une Gitanes, un souvenir est soudain convoqué puis diffracté par celui, lumineux, violent et âpre, granit et ombres bruissantes, de l’été corse. Dans une langue habitée, puissante de tragédie et de modernité mêlées, Hélène Frappat retrouve ici la géographie des origines, l’héritage choisi par les enfants de l’exil.

octobre, 2014
10.00 x 19.00 cm
96 pages


ISBN : 978-2-330-03726-0
Prix indicatif : 12.00€


Où trouver ce livre ?
Ce livre existe également en version numérique

En moins de 100 pages, N'oublie pas de respirer rivalise haut la main avec les sagas les plus touffues. Aussi, pas d'hésitation, N'oublie pas de respirer est une pure merveille.

Chaque page surpasse la précédente.

On ne peut en décoller.

Sa langue, vivace, précise, songeuse.

Gérard Guégan, Sud Ouest

L'attention qu'elle [Hélène Frappat] porte, à tout ce qui vient des rêves ou des fables, à ce qui dans un parfum s'exhale, dans une odeur, fait de ce livre une troublante réussite.

C'est un livre de l'ombre avec de troublants éclats.

Une incursion dans la forêt obscure où les mots viennent de très loin, de la plus profonde enfance.

Xavier Person, Le Matricule des anges

Plus qu’une promenade olfactive, une méditation sur les croyances de l’enfance portée par une prose vive, sensuelle et parfois même inquiétante.

Emily Barnett, Grazia

Les parfums (…) débordent ainsi sur le parcours d'une femme qui se cherche dans un univers où elle n’a été que trop effacée avant de conquérir sa propre identité et, au bout… la littérature. Son choix.

Monique Verdusen, La Libre Belgique

Avec N’oublie pas de respirer, Hélène Frappat donne son livre le plus personnel et le plus émouvant. »

« Plus que la confidence, c’est la manière dont l’émotion produit des images puissantes, habitées, qui le rend difficile à oublier. »

Alain Nicolas, L’Humanité

Dans la même collection