fbpx Le mur et la peur | Actes Sud Aller au contenu principal

Le mur et la peur

Sous-titre
Inde-Bangladesh



Pour ce travail inédit portant sur le mur de séparation édifié en 1993 entre l’Inde et le Bangladesh, le photographe belge Gaël Turine a reçu en 2013 le Prix spécial du meilleur reportage photo de l’Agence française de développement.

août, 2014
12.50 x 19.00 cm
144 pages

Langue : inconnue
Christine PIOT

ISBN : 978-2-330-03479-5
Prix indicatif : 13.00€
Photo Poche Société n°19


Où trouver ce livre ?

The Belgian photographer Gaël Turine aims to expose the little-known reality of the wall in "Le Mur et la Peur", or "The Wall and the Fear", an exhibit at the Botanique cultural center in Brussels. The photos, on view through Oct. 19, have also been collected in a book with the same title, published by Actes Sud.

International New York Times

Le photographe Gaël Turine, membre de l’Agence Vu, a suivi deux ans durant la vie des hommes, femmes et enfants vivant le long de cette clôture, bravant l’interdit au péril de leur vie.

Frédérique Briard, Marianne

Ce recueil de 144 pages est le fruit d’un reportage mené sur une période de deux ans le long du mur-frontière. Deux ans passés à attendre patiemment le bon moment, la bonne occasion, le coup de pouce du ciel pour obtenir le cliché désiré.

24h01

Le photoreporter belge Gaël Turine a réalisé ce que tous les photographes locaux pensaient impossible: réaliser un reportage sur le mur de séparation entre l'Inde et le Bangladesh, le plus long et le plus meurtrier au monde.

Olivier Laffargue, BFM TV

Gaël Turine est une remarquable photographe engagé dans l'humain.

Roger Pierre Turine, ARTS LIBRE

Un travail remarquable tant au niveau technique que par sa sensibilité qui lui aura valu le Prix spécial du meilleur reportage photo décerne par l'agence française de développement en 2013.

Pascale Brites, Le monde de la photo.com

C'est assez peu connu mais entre I'Inde et le Bangladesh existe un mur de 3200 km de long.

Caroline Mallet, Réponses Photo

Fidèle à son approche fondamentalement humaine, c'est à travers des histoires individuelles que le photographe nous livre un témoignage essentiel sur ce mur révoltant.

Psychologie magazine Belgique

Pour ce travail inédit, le photographe belge, membre de l'agence VU,a obtenu en 2013 le Prix spécial du meilleur reportage photo décerné par l'Agence française de développement (AFD).

La Chronique d'Amnesty International

Gaël Turine a photographié ceux qui risquent leur vie pour franchir l'interdit.

Charlotte Courtois, Actuphoto

Le photographe Gaël Tunne a parcouru cette étrange frontière, captant l'absurdité du projet et l'ingéniosité déployée par les habitants des deux côtés de la barrière pour survivre, trafiquer ou simplement alter cultiver leurs champs, que les « costume-cravate » à New Delhi ont superbement ignorés quand ils ont dessine le tracé.

Martine Bulard, Le Monde Diplomatique

S'intéressant de longue date à la notion de séparation entre les peuples ou les pays, Gaël Turine a, dans le cadre de ses recherches, découvert l'existence d'une frontière/clôture entre l'Inde et le Bangladesh que l'actualité internationale semble méconnaître.

Josette Debord, La Chronique d'Amnesty International

Elle est plus discrète que la barrière de séparation israélienne en Cisjordanie ou le mur dressé par les Etats-Unis à sa frontière avec le Mexique : depuis 1993, une muraille de barbelés isole pourtant le Bangladesh, Etat indépendant depuis 1971, de l'Inde.

GEO

Formidable reportage de Gaël Turine. Ce qui est remarquable dans l'exposition, mais aussi dans le Photo Poche Société édité récemment, c'est que chacune des photographies est le support d'une histoire particulière très significative.

Jean-Marc Bodson, La Libre Belgique

Ce que [Gaël Turine] nous montre, ce mur séparant l'Inde du Bangladesh, est sans doute l'un des scandales les plus inacceptables et les moins connus de notre époque

Jean-Marie Wynants, Le Soir

Avec pudeur, ses images en noir et blanc nous plongent dans les histoires humaines brisées par la répression qui fait de cette frontière une des plus dangereuses du monde.

FISHEYE

Le photographe mitraille les abords, les villes et bidonvilles qui jalonnent la frontière, pose le contexte, raconte le calvaire des victimes, l'impact humain de ce mur. Les photos du livre édité par Acte Sud sont d’un noir et blanc qui ne lisse aucune aspérité : ni la porosité des briques, ni la saleté du sol jonché d’ordures, ni la richesse des motifs sur les saris des femmes.

Marie Valla, France 24

Pendant deux ans de voyages aller-retour, avec l'aide de journalistes et d'activistes locaux, il a pénétré dans cette zone interdite, passant par les histoires personnelles des hommes et femmes qui y vivent pour nous parler de ce drame politique. Une exposition passionnante et humaniste, accompagnée d'une mise en perspective réalisée par Amnesty International.

Laure de Hesselle, Imagine demain le monde

Un témoignage nécessaire, toujours empreint de cette approche essentiellement humaine caractéristique de son écriture photographique, et qui a obtenu en 2013 le Prix spécial du meilleur reportage photo décerné par l’AFD.

Katia Cordova, Focus numérique

Un travail réalisé entre 2012 et 2013 sur une réalité méconnue un mur de 3 200 km de longueur sépare le Bangladesh de I'Inde.

Lucas Burel, Photo

Du même auteur