Aller au contenu principal

Meursault, contre-enquête



Il est le frère de “l’Arabe” tué par un certain Meursault dont le crime est relaté dans un célèbre roman du xxe siècle. Soixante-dix ans après les faits, Haroun, qui depuis l’enfance a vécu dans l’ombre et le souvenir de l’absent, ne se résigne pas à laisser celui-ci dans l’anonymat : il redonne un nom et une histoire à Moussa, mort par hasard sur une plage trop ensoleillée.

Haroun est un vieil homme tourmenté par la frustration. Soir après soir, dans un bar d’Oran, il rumine sa solitude, sa colère contre les hommes qui ont tant besoin d’un dieu, son désarroi face à un pays qui l’a déçu. Étranger parmi les siens, il voudrait mourir enfin…

Hommage en forme de contrepoint rendu à L’Étranger d’Albert Camus, Meursault, contre-enquête joue vertigineusement des doubles et des faux-semblants pour évoquer la question de l’identité. En appliquant cette réflexion à l’Algérie contemporaine, Kamel Daoud, connu pour ses articles polémiques, choisit cette fois la littérature pour traduire la complexité des héritages qui conditionnent le présent.


Meursault, contre-enquête figure parmi les 25 romans de l'année sélectionnés par les critiques du Point.

mai, 2014
11.50 x 21.70 cm
160 pages


ISBN : 978-2-330-03372-9
Prix indicatif : 19.00€



Où trouver ce livre ?
Ce livre existe également en version numérique
prix Liste Goncourt/Le Choix de l'Orient -
prix Liste Goncourt/Le Choix serbe -
prix des Cinq continents de la Francophonie -
prix Liste Goncourt/Le Choix roumain -
prix François-Mauriac -
prix Goncourt du premier roman -

Le Goncourt aurait donné le prix à ce livre, cela aurait été un coup d'éclat et en France et dans tout le pourtour de la Méditerranée, pas seulement en Algérie. Ils ont vraiment raté une occasion

Arnaud Viviant, Transfuge

Un roman vertigineux et abouti. L'Etranger devient un palindrome. Il peut se lire de droite à gauche, comme l'arabe, par la grâce d'un roman marquant, qui explore l'angle mort du chef-d'œuvre camusien de 1942. Projet passionnément littéraire … la cadence, les tournures, le rythme, le souffle et la pulsation de cette langue, comme orale et pourtant si écrite, sont stupéfiants ! Meursault contre-enquête touche au prodige, tant il renverse l'éclairage et l'optique non sans férocité emphatique, tout en jouant avec la prose et la perspective de L'Etanger.

Antoine Perraud, La Croix

Un superbe livre qui revisite l’œuvre de Camus sur l’absurde.

Edwy Plenel, Le Grand Journal de Canal +

Une langue à la fois classique et neuve par ses métaphores, dense et sensorielle, admirable de clarté et de mystère mêlés. (…) Voilà comment écrit Kamel Daoud : magnifiquement. Son premier roman marque par son ambiguïté morale et son désespoir politique. À l’avenir, L’Étranger et Meursault se liront tel un diptyque.

Macha Séry, Le Monde des livres

Admirable premier roman, réussite exceptionnelle. Meursault contre-enquête est à la fois le complément et la suite de L'Etranger, ainsi que son habile et digne commentaire par la fiction. Une œuvre aussi fascinante que singulière.

Bernard Pivot, Le Journal du Dimanche

A chaque page, Daoud interroge avec lucidité la relation algéro-française et l'absurdité du présent qui l'entoure. Son livre résonne de toutes ses forces en confrontation et, au-delà de son écriture, rencontre puissamment son époque.

Valérie Marin la Meslée, Le Point

Kamel Daoud va installer tout un dispositif en miroirs inversés, qui raconte dans une langue belle et vivante et d'un humour amer, le pendant algérien de la célèbre histoire de l'Etranger.

Eleonor Sulzer, Le Temps

Écrit avec malice et colère. (...) On est loin du simple jeu d'une réhabilitation littéraire.

Jean-Baptiste Harang, Le Magazine Littéraire

Un roman audacieux, écrit avec des phrases courtes, précises, rythmées et subtiles, adoucies par des métaphores, panachant un arabe dialectal élégant et un français châtié.

Joan Tilouine, Jeune Afrique

Meursault, contre-enquête» mérite d'être lu pour plusieurs raisons. Pour les questions que Daoud amène à se poser sur l'identité. Pour comprendre que les fantômes vivent parfois davantage que les vivants. Et pour le style de l'auteur si majestueux qu'on aimerait en lire davantage. Et parce que ce journaliste pas commun est avant tout un écrivain hors normes. Un écrivain. Un vrai.

Valérie Trierweiller, Paris Match

Du même auteur