fbpx Si le froid est rude | Actes Sud Aller au contenu principal

Si le froid est rude


Tandis qu’il accompagne son père au bout du bout, Joseph, le narrateur, arpente les ruines d’une rupture amoureuse, tiraillé entre la banalité du tragique et le brouillage de ses hiérarchies.« Si le froid est rude», pourtant, n’est pas un roman endeuillé. Joseph a beau y enterrer un père et une histoire d’amour, ce qui porte et l’emporte ici, c’est la lumière, l’énergie, les rythmes et les contrastes. Autour de Joseph et de son ex-petite amie, les êtres – proches, famille, passants – habitent la vie avec une drôlerie désenchantée. Et sur la distance d’un sprint, le lecteur partage avec ces personnages une authentique expérience des montagnes russes existentielles.

Il y a dans l’écriture précise et vivante d’Olivier Benyahya un mélange tendu et bouleversant d’effi - cacité et d’éthique, qui trouve le parfait équilibre entre le comique du désespoir et le cinglant du chagrin. Et qui touche, avec l’instantanéité et la persistance d’une chanson pop.

mai, 2014
10.00 x 19.00 cm
96 pages


ISBN : 978-2-330-03189-3
Prix indicatif : 13.50€



Où trouver ce livre ?
Ce livre existe également en version numérique

Un texte bref qui s'avale cul sec.

Benyahya épate avec sa manière toute particulière d'affronter le tragique en insufflant de l'humour et de la mélancolie dans la description du quotidien d'un héros moderne qui ne cherche jamais à être fringant et se montre cash.

Alexandre Fillon, Livres hebdo

Philip Roth, s’il savait encore rire, adorerait ça. Ce blues klezmer merveilleusement désenchanté, venu de l’hiver, est notre hirondelle romanesque de la saison.

Olivier Mony, Le Figaro Magazine

Le froid est rude, oui, mais Joseph peut compter sur une bande attachante, et le lecteur se réchauffer à la mélancolie pleine d'humour d'Olivier Benyahya, et son sens de la formule, qu'il a l'élégance de ne pas solliciter à tout bout de champ.

Rahaëlle Leyris, Le Monde des livres

Benyahya se déplace d’une écriture de la parole à une écrite de la matière. Brute.

Gladys Marivat, Technikart

Le froid est rude, oui, mais Joseph peut compter sur une bande attachante, et le lecteur se réchauffer à la mélancolie pleine d'humour d'Olivier Benyahya, et son sens de la formule, qu'il a l'élégance de ne pas solliciter à tout bout de champ.

Rahaëlle Leyris, Le Monde des livres

Du même auteur