Aller au contenu principal

Aux animaux la guerre



Une usine qui ferme dans les Vosges, tout le monde s’en fout. Une centaine de types qui se retrouvent sur le carreau, chômage, RSA, le petit dernier qui n’ira pas en colo cet été, un ou deux reportages au 19/20 régional et puis basta.

Sauf que les usines sont pleines de types dangereux qui n’ont plus rien à perdre. Comme Martel, le syndicaliste qui planque ses tatouages, ou Bruce, le bodybuilder sous stéroïdes. Des types qui ont du temps et la mauvaise idée de kidnapper une fille sur les trottoirs de Strasbourg pour la revendre à deux caïds qui font la pluie et le beau temps entre Épinal et Nancy. Une fille, un Colt .45, la neige, à partir de là, tout s’enchaîne.

Aux animaux la guerre, c’est le roman noir du déclassement, des petits Blancs qui savent désormais que leurs mômes ne feront pas mieux et qui vomissent d’un même mouvement les patrons, les Arabes, les riches, les assistés, la terre entière. C’est l’histoire d’un monde qui finit. Avec une fille, un Colt .45, la neige.

mars, 2014
14.50 x 24.00 cm
368 pages


ISBN : 978-2-330-03037-7
Prix indicatif : 22.50€



Où trouver ce livre ?
Ce livre existe également en version numérique
prix Transfuge du meilleur espoir Polar -
prix Erckmann-Chatrian -
Prix Mystère de la critique -

Nicolas Mathieu fait entendre la désespérance : mélange d'argot lorrain et de chocs esthétiques ; le verbe des gens pauvres enclos dans une nature superbement décrite. Désir et cauchemar s'engagent dans un combat à mort… La guerre fut d'une grande beauté.

Elise Lépine, Transfuge

Un des meilleurs romans noirs de l'année.

Pas de doute, Nicolas Mathieu a écrit un grand livre.

Yann Plougastel, Blog polar Le Monde

Comme ses glorieux anciens, Manchette, Daeninckx, Jonquet et l'Américain Pete Dexter, l'encore jeune homme fait de la sociologie et de la psychologie avec un flingue. Et, avec ce premier roman polyphonique, il fait mouche.

A l'Est, il y a vraiment du nouveau.

Didier Hassoux, Le Canard enchainé

Premier roman d'une rare puissance.

Sa maturité impressionne… Avec lui, le roman noir retrouve des couleurs.

Bruno Corty, Le Figaro Littéraire

Alliant sens du détail et réalisme, le premier roman de Nicolas Mathieu est une plongée en empathie parmi les laissés-pour-compte de la France postindustrielle.

 

Nicolas Matheu déploie un vrai talent de dialoguiste ; le vocabulaire des jeunes sonne juste, celui des adultes aussi, argot local inclus. Son écriture est fluide, très imagée. Il a le sens du détail et du réalisme.

Abel Mestre, Le Monde des livres

Un formidable roman noir.

Une épaisseur, une force absolument bluffante.

Bernard Poirette, RTL

Premier roman au style impeccable.

Il y a du Baru et du Jim Thompson dans sa peinture sans concession des gens de peu, rongés par la frustration et la rancœur d'avoir été abandonnés, sombrant dans l'alcoolisme et le racisme.

François Lestavel, Blog Polar de Paris-Match

Un premier roman aussi efficace qu'une rafale de plans sociaux.

Arnaud de Montjoye, Temoignage Chretien

Nicolas Mathieu dont le premier roman a laissé rêveur plus d'un vieux tatoué.

Je recommande très chaudement la lecture d'Aux animaux la guerre.

Elisabeth Philippe, France Culture

Nicolas Mathieu, un nom qui va nécessairement compter dans le panthéon du polar.

Julie Malaure, Le Point

Du même auteur