Aller au contenu principal

Âme qui vive


Dans une campagne isolée et vaguement montagneuse, quatre hommes se rendent visite ; et s’ils ne se disent pas grand-chose, ils s’entendent et la circulation de l’inattendu les emmène en voyage.

Raconté par un tout jeune homme mutique, Âme qui vive plonge le lecteur dans le vertige paradoxal d’un silence habité, loquace et palpitant, animé d’une drôlerie funambule.

Comme toujours chez Véronique Bizot, ce qui se joue entre ces trois maisons vides et ces quatre hommes seuls échappe au saisissable : la tragédie est source de perplexité, la place de l’Étoile est exotique, les tropiques menaçants et la famille un pur mystère. Rien ne se passe comme prévu et tout peut arriver.

Radical et buté, le silence qui règne sur ce ballet de solitudes solidaires est chaleureux et le roman distille une surprenante douceur, désertant les environs du désespoir pour, aux confins de l’improbable, faire jaillir une lumière orageuse mais enveloppante : la possibilité d’un avenir.


"J’ai commencé avec cette image à la fois nette et floue d’une vaste maison austère située quelque part dans la brume d’un paysage de petite montagne, c’est-à-dire avec l’image d’un lieu, dans la mesure où un lieu m’apparaît toujours aussi « parlant », sinon plus, que le ou les personnages qui l’habitent, comme si ceux-ci, même s’ils ont délibérément choisi d’y vivre, demeuraient soumis à ses exigences. Exigence particulière d’un décor de montagne, rudesse, isolement, brouillards, autant d’éléments qui toujours m’attirent, comme des reflets de nos existences et de notre endurance. De ces brouillards, de cet isolement, ont l’une après l’autre émergé quatre silhouettes d’hommes réunis par des circonstances plutôt hasardeuses, et qui peu à peu se sont précisées pour moi, à travers le regard du narrateur. Ce narrateur, le plus jeune des quatre hommes, a la particularité d’être mutique mais c’est à  lui que j’ai spontanément confié la narration, en vertu de cette évidence qui est que ce n’est pas parce qu’on se tait qu’on n’a rien à dire. Observateur attentif à tout, il traverse le livre du fond de son silence, à la fois comme une chambre d’écho et comme une conscience singulière, sa pensée charrie celle des autres, entre défi et désenchantement, ironie et attachement. Et maintenant que j’ai terminé le livre, je vois qu’il exprime aussi quelque chose de l’ambivalence entre la nécessité de la solitude et la nécessité du lien, deux composantes entre lesquelles il me semble que nous ne cessons d’osciller, éternelle contradiction, une parmi tant d’autres, dont il faut bien se débrouiller."

V.B.

février, 2014
11.50 x 21.70 cm
112 pages


ISBN : 978-2-330-02732-2
Prix indicatif : 14.80€



Où trouver ce livre ?
Ce livre existe également en version numérique

Véronique Bizot met en place (ses personnages) et les regarde vivre, avec une finesse attentive. Elle les raconte en très longues phrases, souvent très drôles ou très énigmatiques. Elle installe avec le talent qu'on lui sait une réalité singulière, captivante, juste un pas de côté et nous voici sur le fil de la surprise.

Michel Genson, Le Républicain Lorrain

La centaine de pages que Véronique Bizot public sous le beau titre d'Âme qui vive appartiennent à celles qui laissent des traces profondes sous forme

d'émotions durables et de questions sans réponses que l'on ruminera longtemps.

Pierre Maury, Le Soir

Un univers nimbé d'une étrangeté qu'on pourra rapprocher par exemple des premières œuvres de Paul Auster.

Les dernières nouvelles d'Alsace

Véronique Bizot parvient à ouvrir les vannes d'une conscience, déversée dans une sinuosité maîtrisée, en des phrases classiques parfois prolongées par une longueur baroque. À ces moments-là, le récit semble emporté par l'ivresse.

Muriel Steinmetz, L'Humanité

Il faut se ruer sur le formidable Âme qui vive !

Alexandre Fillon, Livres Hebdo

Véronique Bizot déploie ses phrases en volutes pour dérouler le destin un peu ridicule mais touchant d'hommes solitaires coincés dans un paysage comme

dans leurs atermoiements. L'inattendu, l'humour et la grâce surgissent là où on ne les attend pas. Laissez-vous surprendre !

François Lestavel, Paris Match

Véronique Bizot livre avec Âme qui vive une petite perle poétique. Il y a dans ses longues phrases qui s'étirent et dévalent vers le point final comme une course vers la mer, quelque chose qui rappelle l'écriture de Julien Gracq. Une confiance faite à la langue qui devient le sujet même du livre et rend l'oeuvre incroyablement vivante par-delà l'époque.

La Vie

Il y a quelque chose de très british chez Véronique Bizot, qui aime provoquer des frissons d'épouvante avec des embardées vers l'absurde et des enlisements flegmatiques, façon Monty Python.

Marine Landrot, Télérama

Une drôlerie funambule.

François Lestavel, Ouest-France

Du même auteur