Aller au contenu principal

Une mesure de trop



Au milieu d'une brillante interprétation, le pianiste de renommée internationale Marek Olsberg interrompt brutalement son jeu avec un simple : "C'est tout" et abandonne la salle. Ce micro-événement sera le grain de sable qui va bouleverser plusieurs vies. Un grandiose roman polyphonique sur les tours que nous joue le destin.

septembre, 2013
12.50 x 19.50 cm
272 pages

Langue : allemand
Johannes HONIGMANN

ISBN : 978-2-330-02248-8
Prix indicatif : 22.00€



Où trouver ce livre ?
Ce livre existe également en version numérique

Un roman choral, foisonnant, à la langue en outre parfaitement ciselée.

Baptiste Touverey, Books

Alain Claude Sulzer offre une réflexion très fine sur le destin et un bel hommage à la musique.

Christine Sallès, Psychologies magazine

Après son ambitieuse trilogie située entre les années 1930 et 1950 (Un garçon parfait, Leçons particulières, Une autre époque), Alain Claude Sulzer imagine une fiction plus contemporaine, mais n'abandonne ni son écriture elliptique ni ses thèmes de prédilection. Une mesure de trop est un beau roman choral sur l'ambiguïté des sentiments et la puissance des secrets, avec pour fond sonore la Sonate nº 29 de Beethoven résonnant dans la nuit berlinoise.

Christine Ferniot, Télérama

(…) Une mesure de trop enthousiasme.

Laurence de Coulon, L'Impartial

Un montage savamment orchestré par Alain Claude Sulzer, plein d'ironie sur nos vies (trop?) bien rangées.

Jacques Lindecker, L'Alsace

Révélé avec Un garçon parfait (prix Médicis étranger 2008), le Suisse Alain Claude Sulzer confirme son talent avec ce livre d'une grande élégance.

Têtu

Une comédie très finement écrite sur les caprices du destin.

Isabelle Potel, Madame Figaro

Dans une prose limpide, l'auteur d'Un garçon parfait braque sur ces existences cachées une lumière qui éclaire le dedans des êtres. Il fait cela sans grandiloquence, avec de menus détails, une savante construction.

Le résultat est saisissant.

C'est très fort.

Eric Neuhoff, Le Figaro

Pour le lecture, son art se traduit par un je-ne-sais-quoi subtil, une vibration des mots et des rythmes au sein de phrases limpides.

Emmanuelle Giuliani, La Croix

La force de la musique reste intacte d'un bout à l'autre de ce splendide roman (…). La force des mots aussi.

Pierre Deshusses, Le Monde

Du même auteur