Aller au contenu principal

Ce lieu sur ton visage



Dans la préface de ce roman, Sema Kaygusuz dit les silences que lui ont imposé ses origines alévies. Elle parle de sa naissance tant désirée par sa mère, qui lui a offert les mots et les rêves, mais elle ajoute le souvenir de l’instant précis où sa grand-mère, évoquant pour la première fois les massacres de Dersim en 1938, lui a lancé dans un soupir : “Ils nous ont égorgés.” Quatre mots que Sema a perçus au plus profond de son être telle une marque sur son visage.

Et ce livre se déploie à cet endroit précis de la mémoire. Porté par une langue exceptionnelle, d’une profondeur et d’un éclat cristallin, il restitue à la fois l’imbrication contemporaine du sacré et du profane, la puissance de traditions qui dépassent largement la superstition, et l’aspiration de la littérature turque à dire – enfin – le patrimoine légendaire d’une terre où se sont succédé plus d’une civilisation, des Hittites à la république d’aujourd’hui : cette terre d’Anatolie où se sont déroulés drames et malheurs sous le sceau du secret pendant si longtemps.

avril, 2013
11.50 x 21.70 cm
240 pages

Langue : turc
Catherine ERIKAN

ISBN : 978-2-330-01854-2
Prix indicatif : 22.00€



Où trouver ce livre ?
Ce livre existe également en version numérique

S'il nous fut difficile de sortir indemne de la troublante Chute des prières (Actes Sud, 2009) de Sema Kaygusuz (…) il nous fut encore plus difficile d'échapper à la beauté poétique qui émane de Ce lieu sur ton visage, où se dessine dans le filigrane des pages la mort de milliers d'Alévis, membre d'une branche hétérodoxe de l'Islam.

(...)

Une fois refermé, le livre continue d'imprégner notre esprit du goût de ses pâtisseries à la cannelle, du frémissement de ses lauriers, de la lente progression de ses lentilles d'eau sur les bassins, de l'immobilité soudaine de ses insectes rongeant les poutres de bois, du jaune de ses pollens voltigeant des parcs vers le Bosphore.

(...)

Un roman qui nous dit qu'être aimé(e), c'est n'être jamais vaincu(e), quoi qu'il arrive. (...)

Magistral.

Anne-Marie Mitchell, La Marseillaise

Du même auteur