Aller au contenu principal

Programme sensible


Dans un deux-pièces de la banlieue parisienne ignoré du GPS et de Google Earth, Jason, devenu traducteur professionnel après avoir vécu plusieurs vies, entretient un secret et obsédant dialogue avec son ordinateur dont l’écran liquide semble receler de vivantes images de son passé refoulé dans une forêt nordique d’Estonie, vingt ans avant la chute du mur de Berlin. Et sur fond de divorce, de paternité diffi cile, de drame des sans-papiers, de rafle des camps “roms”, de réchauffement climatique et de tragédie de Fukushima, il affronte cette rémanence qui revêt les couleurs d’un conte originel, dont les ogres désormais numérisés, percutant inlassablement son inconscient et sa mémoire archaïques, l’obligent à se réinventer dans la vraie vie.

Puisant à diverses sources formelles, nourri de différents “mythes”, Programme sensible est sans doute, en France, l’une des premières fictions qui invitent délibérément notre rapport contemporain aux nouvelles technologies à se matérialiser dans la dramaturgie comme dans l’imaginaire du genre romanesque.


«Quel est ce Document, soudain ouvert plein écran sur un chemin enneigé de forêt nordique ? Que trafi que cet individu seul dans son deux-pièces en banlieue populaire loin du métro et du RER, ignoré du GPS et des cartes de Google Earth, est-il un homme augmenté ? Dès que je tente de le géolocaliser par capteur au laser et à 360 degrés, les pixels de mon écran se brouillent. D’ailleurs, il me tourne le dos. Assis devant son ordinateur comme moi devant le mien. On dirait que ça sent le mazout.
Dehors, il pleut continûment, météo pourrie ; il y a du raffut dans les rues du soir. Dans sa cave, il stocke des réserves de lentilles et de riz basmati, en vue du prochain attentat, de l’accident de type 7, du virus H5N1 mutant, de la fin des temps. Il évite le contact, commercial et sentimental, avec Fatou sa voisine malienne sans papiers, avec la caissière de la supérette comme avec les Roms du terrain vague. Cathy lui manque, sa fille aussi, et son ami Jack parti en Pologne recycler du déchet industriel, et l’on entend galoper un cheval fou aux mines d’argent de l’espace numérique mais on ne sait en quelle langue étrangère cela se présente. Aucun moteur linguistique ne traduira l’histoire tuante que tante Dee a greff ée à sa mémoire car son logiciel déraille, pire qu’un virus informatique ou qu’un prion pathogène : nous sommes les seuls survivants. Les autres sont morts, et bien fait pour eux. Il y a probablement du vrai dans ce qu’elle raconte.
Parfois, l’application quitte, inopinément, et tout disparaît. Parfois, l’écran liquide palpite, il se met à onduler franchement, humide, poreux, suscitant soudain des spectres. Alors dans la blancheur hivernale se dresse la maison où nous vivions, petits enfants des ogres.
M’est avis que cet ordinateur n’est pas une machine froide, plutôt un genre de générateur en surchauffe. Do you see what you mean, Jason ?»

Anne-Marie Garat

février, 2013
11.50 x 21.70 cm
256 pages


ISBN : 978-2-330-01423-0
Prix indicatif : 19.50€



Où trouver ce livre ?
Ce livre existe également en version numérique

La plume toujours aussi alerte, l’auteur démonte sensiblement le mécanisme de cette surchauffe de la machine qui rend le malheur des autres plus virtuel que réel…Quand nos logiciels déraillent !

Sophie Patois, Le Français dans le monde

Anne-Marie Garat est une passeuse. Transmettre coûte que coûte. Relire et relier. Assumer et digérer le passé qui hante ceux qui prétendent s'en exonérer jusqu'à ce qu'ils déssillent. (....) L'écriture d'Anne-Marie Garat joue délicieusement du tragique moderne : avenir impensable, passé décomposé, présent dispersé. Sa langue de feu liquéfie les glaces de l'oubli et des manquements.

Antoine Perraud , La Croix

Sur une musique de Philip Glass, la romancière nous fait entendre le chahut de la rue et les paysages de Google Earth, la mémoire naturelle et celle qu'on sauvegarde sur un disque dur. Programme sensible est un conte de fées avec quiproquo sensoriel et visite guidée insolite.

Christine Ferniot, Télérama

Anne-Marie Garat sonde ici le monde d'aujourd'hui tel qu'il ronge les êtres. Saturé d'images et de mots, Programme sensible impressionne par sa maîtrise et son questionnement.

Alexandre Fillon, Livres Hebdo

Anne-Marie Garat pourrait bien être une des premières à rêver sur les effets de pouvoir de cette rencontre entre la machinerie cyberspatiale et son pilote humain.

Elle se fait voyante, certes, et elle rend avec un raffinement rare tant ce qu'elle a vu "en vrai", avec sa passion de la photographie et du film, que ce qu'elle restitue de sa mémoire, des ses intimes plaques "sensibles", visuelles et sonores.

Henri Mitterand, Les lettres françaises

Comment entendre autrement les mots de mémoire, de sauvegarde ? Anne-Maire Garat prend le pari de faire fonctionner ce vocabulaire à double entrée, jouant de l'allusion et du double sens, en une architecture virtuose où la précision sert l'émotion.

Alain Nicolas, L'Humanité