Aller au contenu principal

Eichmann au Caire

Sous-titre
et autres essais



Adolf Eichmann était l’un des organisateurs des camps de concentration nazis. À la fin de la Seconde Guerre mondiale, il réussit à fuir en Argentine où il vécut sous une fausse identité jusqu’en 1960, quand il fut kidnappé par des agents du Mossad. Conduit en Israël, il y fut jugé, condamné à mort et exécuté le 31 mai 1962. Le procès d’Eichmann eut un retentissement considérable, et Hannah Arendt lui consacra un ouvrage devenu un classique de la philosophie politique, Eichmann à Jérusalem ou la Banalité du mal.

À l’époque, sous la direction de Nasser, l’Égypte était le porte-drapeau du nationalisme arabe, le champion de la lutte contre Israël, et il n’était pas rare en Europe et aux États-Unis de l’assimiler au fascisme, voire au nazisme. D’où l’intérêt de savoir comment l’affaire Eichmann a été couverte par la presse de ce pays en particulier. Gilbert Achcar y répond en se fondant sur le quotidien Al-Ahram, alors dirigé par le confident de Nasser, Mohammed Hassanein Heikal.

Dans les deux autres articles, l’auteur revient sur certains thèmes de son ouvrage Les Arabes et la Shoah, qui a suscité des réactions très contrastées, tant aux États-Unis et en Israël qu’au Liban et dans d’autres pays du monde arabe. 

septembre, 2012
12.50 x 19.00 cm
112 pages
Coédition Institut des Etudes Palestiniennes

Langue : anglais
Jean-Claude PONS

ISBN : 978-2-330-01053-9
Prix indicatif : 16.00€



Où trouver ce livre ?

Du même auteur