Aller au contenu principal

La bataille d'Occident


« La Bataille d’Occident est l’un des noms de nos exploits imaginaires. C’est un récit de la Grande Guerre, celle de 14-18, où nos différentes traditions de « maîtres du monde » manifestèrent ouvertement leur grande querelle. Il en résulta un charnier sans précédent, la chute de plusieurs empires, une révolution. Et tout cela fut déclenché par quelques coups de révolvers ! »

Eric Vuillard revisite à sa manière historique, politique et polémique le premier conflit mondial.

mars, 2012
10.00 x 19.00 cm
192 pages


ISBN : 978-2-330-00244-2
Prix indicatif : 19.50€



Où trouver ce livre ?
Ce livre existe également en version numérique
prix Franz Hessel -
Prix Valery-Larbaud -

Eric Vuillard réussi la prouesse de faire tenir 14-18 en moins de deux cents pages, non pas toute la Grande Guerre, mais son esprit.

LIVRES HEBDO

Là encore, l'oeil et la plume de l'écrivain éblouissent. Comme sa manière subtile de relire les étapes de la Grande Guerre. De pointer du doigt son vaste gâchis et ce qu'elle a fait naître.

Alexandre Fillon, Lire

Il serait dommage, sous prétexte qu'un massacre aussi stupide ne date pas d'hier, de rater le récit que donne Eric Vuillard de la Première Guerre mondiale. Sa "Bataille d'Occident" est un petit chef-d'oeuvre d'érudition corrosive... Tout ici, devient passionnant et terrifiant.

Grégoire Leménager, Le Nouvel Observateur

La bataille d’Occident c’est donc la grande nef et les vitraux, en contrebas l’oratoire avec la fresque de la passion de la petite Lizzie Van Zyl et tous ces petits autres mondes courant d’une couleur à un objet, d’un objet à une peau, d’une peau à une époque derrière laquelle murmurent une infinité d’époques emboîtées.

[blog] Vincent Eggericx

Le résultat est stupéfiant. On se dit que l'on n'a jamais lu l'Histoire ainsi, que même la Première Guerre mondiale, on ne l'avait jamais comprise.

Catherine Portevin, Philosophie magazine

Une vision à la fois péremptoire et brillante du sort des peuples comme simpoles jouets entre les mains de meneur avides de pouvoir, de postérité ou de richesse ; et d'un présupposé ancestral qui devient une mécanique hallucinante.

Afrique Education

Du partage du monde lors de la conférence de Berlin à la Première Guerre mondiale, la littérature fait valser la grande carcasse de l'histoire version Belle Epoque.

Alain Nicolas, L'Humanité

Eric Vuillard parvient à déjouer le didactisme et le moralisme que peuvent favoriser de tels sujets pour se faire le narrateur de ces moments de l’Histoire dont les séquelles et les répercussions continuent de se faire sentir de nos jours – autant de « jeux » entre grands enfants racontés ici sans complaisance ni malsaine fascination, avec l’excellence d’une pensée et d’une écriture rare.

Marc Blanchet, Revue Europe

Inspirés, mordants, les textes Éric Vuillard font entendre une langue très travaillée (voire ornée) et pourtant claquante comme un roulement de cymbale. Ou comme une série de tirs d'artillerie.

Raphaëlle Rérolle, Le Monde des livres

... un livre d'une puissance d'évocation rare, lyrique, aux images fortes, jamais convenues - je le répète, Eric Vuillard prend place parmi les meilleurs écrivains d'aujourd'hui.

Jean Ristat, Les Lettres françaises