Aller au contenu principal

Lointain souvenir de la peau


Par l’auteur de Sous le règne de Bone, De beaux lendemains et de American Darling, le grand roman du nouveau désordre sexuel, à l’ère d’Internet et de la pornographie en ligne, à travers le personnage d’un jeune délinquant sexuel incarnant l’enfer d’une addiction aussi particulière que largement répandue et le supplice de l’exclusion qui peut la sanctionner. Sur la disparition du corps confisqué par le “virtuel” et sur ses nécessaires réémergences pathologiques, une réussite romanesque éblouissante portée par des personnages inoubliables.

mars, 2012
14.50 x 24.00 cm
448 pages

Langue : américain
Pierre FURLAN

ISBN : 978-2-330-00520-7
Prix indicatif : 24.20€



Où trouver ce livre ?
Ce livre existe également en version numérique

Un sujet difficile auquel Russell Banks s’attaque avec brio et courage. Lointain souvenir de la peau nous entraîne de l’autre côté même de l’obscurité. Un roman cinq étoiles.

Margaret Atwood, The New York Times

Russel Banks nous plonge dans les bas-fonds de l'Amérique à travers la vie d'un jeune délinquant sexuel et signe un grand roman sur les nouveaux monstres d'une société rompue au virtuel.

VOGUE

Un talent narratif remarquable.

Fabrice Gaignault, Marie Claire

Un roman haletant, une saisissante parabole sur le revers de ce qui brille – la civilisation du luxe et de la luxure, et l’adoration universelle du Dieu numérique.

Didier Jacob, Le Nouvel Observateur

Russel Banks livre un ambitieux et dérangeant roman qui brille tant par son actualité politique que par sa pertinence sociologique et son courage.

Estelle Lenartowicz, LIRE

La puissance d'écriture ébranle les certitudes, bouscule les préjugés.

Kéthévane Davrichewy, Libération

Lointain souvenir de la peau n'est pas un roman aimable mais admirable dans sa rugosité même et sa puissance. Peu d'écrivains ont aujourd'hui le courage de prendre à bras-le-corps de tels sujets. S'il n'en reste qu'un, Banks sera celui-là.

Bruno Corty, Le Figaro littéraire

Si vous n'avez jamais lu Russell Banks, il n'est que temps de commencer.

Elmore Leonard, The New York Times

Un roman d'une puissance incroyable.

Michel Schneider, Le Point

Russell Banks réussit ce qui est peut-être le plus beau portrait d'exclu de son œuvre pourtant prodigue en la matière.

Alexis Brocas, Le Magazine littéraire