fbpx La bicyclette statique | Actes Sud Aller au contenu principal

La bicyclette statique


L’âge mûr et ses problèmes sont au centre de ces vingt nouvelles. Sergi Pàmies y retrace les difficultés existentielles d’hommes et de femmes qui, tiraillés entre des décisions absurdes ou héroïques, pédalent souvent dans la semoule, d’où le titre.

Dans ces nouvelles toujours inattendues et surprenantes, l’auteur semble pour la première fois se livrer plus ouvertement. Comment ne pas voir dans “La Carte de la curiosité” l’évocation du jeune émigré espagnol qu’il fut, et dans “Les Chansons préférées de Lénine” le souvenir du père qu’il vient de perdre. La pudeur des sentiments est sans doute ce qui caractérise l’esprit de Pàmies, drôle sans méchanceté, lucide mais jamais amer. On imagine facilement la détestation du petit Sergi, dont “la curiosité est née dans un terrain vague de banlieue”, pour le trop poétique et trop élégant Petit Prince.

Avec sa légèreté coutumière, Pàmies touche ici au plus profond.

septembre, 2011
12.50 x 19.50 cm
112 pages

Edmond RAILLARD

ISBN : 978-2-330-00034-9
Prix indicatif : 14.70€



Où trouver ce livre ?

Grand Prix SGDL de traduction -

A la fois peintre des mœurs, scénariste de l’imaginaire et conteur de souvenirs, parfois personnels, Pàmies défie la gravité avec justesse et brio, sans jamais renoncer à la profondeur.

Fabienne Dumontet, Le Monde

Ce recueil de nouvelles est l’une des belles surprises que nous réservent certaines rentrées. (…) Dix-neuf nouvelles qui se lisent avec une vraie impatience tant elles contiennent la magie littéraire. Sergi Pàmies est un superbe poète plein de facétie.

Bernard Morlino, blogmorlino.com

Un recueil décapant. (…) Une poétique de l’effacement, d’une folie intérieure qui saisit.

Christine Marcandier, Mediapart

Sergi Pàmies nous régale de nouvelles pleines de ce sentiment de vide et d’absurdité de l’existence qui nous étreint parfois le dimanche soir. (…) Une poésie grave et douce qu’on n’oublie pas. Cette Bicyclette statique, soyez-en sûr, c’est le trésor caché de la rentrée.

Johanna Luyssen, Causette

Saluons le courage de qui se risque à publier des nouvelles, ces mal aimés… Traduction remarquable d’Edmond Raillard, petits chefs-d’œuvre d’humour poétique.

Danièle Sallenave de l'Académie française, L'Yonne républicaine

Une tendre ironie. (…) Chez Sergi Pàmies, la monotonie des êtres humains est compensée avec humour par la vie débordante des objets.

Astrid Eliard, Le Figaro littéraire