fbpx Les Insurrections singulières | Actes Sud Aller au contenu principal

Les Insurrections singulières


Au seuil de la quarantaine, ouvrier au trajet atypique, décalé à l’usine comme parmi les siens, Antoine flotte dans sa peau et son identité, à la recherche d’une place dans le monde. Entre vertiges d’une rupture amoureuse et limites du militantisme syndical face à la mondialisation, il lui faudra se risquer au plus profond de lui-même pour découvrir une force nouvelle, reprendre les commandes de sa vie.

Parcours de lutte et de rébellion, plongée au coeur de l’héritage familial, aventure politique intime et chronique d’une rédemption amoureuse, Les Insurrections singulières est un roman des corps en mouvement, un voyage initiatique qui nous entraîne jusqu’au Brésil.

Dans une prose sobre et attentive, au plus près de ses personnages, Jeanne Benameur signe une ode à l’élan de vivre, une invitation à chercher sa liberté dans la communauté des hommes, à prendre son destin à bras-le-corps. Parce que les révolutions sont d’abord intérieures. Et parce que “on n’a pas l’éternité devant nous. Juste la vie”.

janvier, 2011
11.50 x 21.70 cm
208 pages


ISBN : 978-2-7427-9530-7
Prix indicatif : 18.30€



Où trouver ce livre ?
Ce livre existe également en version numérique
prix littéraire des Rotary clubs de langue française -
prix Paroles d'encre -
prix littéraire de Valognes -

Jeanne Benameur restitue l’oralité d’une langue qui ne prend pas de détour avec la réalité. Derrière le parcours initiatique de son personnage, l’auteure évoque la valeur du travail, l’héritage familial, les ravages de la mondialisation libérale sur les individus dans ce qu’ils ont de plus intime. Avec cette idée, au cœur de chaque page, que les révolutions sont d’abord intérieures.

Maud Vergnol, L'Humanité

Singulier par son approche, sans donner dans le mélo, ce roman original et fort double l’histoire collective d’une intrigue amoureuse bien menée qui multiplie les approches tranversales de la mondialisation des rapports économiques et humains.

Thierry Detienne, Imagine demain le monde

Il faut l'écriture limpide et frémissante de Jeanne Benameur pour dire l'intime en résonance avec les combats de nos vies. Elle se savoure. Nous renvoyant, toujours, à nous-mêmes.

Geneviève de Simone-Cornet, Echo Magazine

Les mots de Jeanne Benameur sont à fleur de peau, ils soufflent, caressent, griffent, empoignent, guident. Ils viennent de trois langues, de trois cultures, se sont autorisés à toucher la beauté des livres, de l'art, des cœurs. Ils ont trouvé une destination : bienheureux soit le public, d'avoir à partager de si jolis cadeaux.

Catherine Chaillet, Sud Est Républicain

Jeanne Benameur  donne sa voix à ceux qui n’en ont pas. Elle dessine dans un style tantôt âpre, tantôt enflammé, le parcours d’un homme attachant, bien décidé à retrouver sa dignité et à prendre son avenir en main.

Delphine Peras, L'Express Styles

C’est un des plus beaux romans de ce début d’année, une invitation à laisser le monde entrer en soi, jusqu’à la métamorphose.

Changer la vie, clament les ouvriers syndiqués. Oui, répond ce superbe roman. Avec un livre. La vraie révolution n’est pas le Grand Soir, c’est le Grand Soi.

François Busnel, L'Express

Jeanne écrit une fiction intimiste et poétique sur l’opacité des relations familiales, la recherche d’identité mais également la vie en usine. (…) Elle rend hommage à la liberté individuelle mais aussi à la littérature.

Christine Ferniot, Lire

Si vous doutez encore du pouvoir des mots, du pouvoir d’un livre de changer votre vie, lisez Les Insurrections singulières.

François Busnel, La Grande Librairie

Jeanne Benameur nous raconte cette histoire d'une plume tantôt rageuse, tantôt caressante quand elle évoque ces personnages ballottés entre et résignation, mais pouvant être sauvés par  “l'insurrection singulière”. À sa manière, elle invente une nouvelle internationale, touchante comme un rêve brésilien.

Thomas Lanoue, Sud Ouest Dimanche

Voilà un roman malin, fin, à contre-courant des idées reçues sur la mondialisation. (…) Une œuvre sublime, touchante, singulière.

Lag, L'Alsace-Le Pays

Jeanne Benameur observe la vie, les relations familiales, les amours fragiles, les amitiés porteuses d'espoir.

Martine Laval, Télérama

Jeanne Benameur fait entrer avec subtilité le lecteur dans la détresse, la colère, l'incompréhension qui secouent notre époque. La valeur du travail et de l’humain, la mondialisation, la transmission entre générations, l'amour sont au cœur de chaque page.

Son écriture avance comme ses personnages. En relevant la tête. Le souffle qui s'en dégage donne des ailes. Un soulèvement plein de tendresse qui fait avancer en confiance.

Karin Soulard, Ouest France

L'originalité du nouveau roman de Jeanne Benameur réside notamment dans le glissement qu'elle opère : d'un conflit social, d'un problème mondial, elle fait un questionnement intime, un voyage initiatique.

Illustration romanesque, peut-être, de l'injonction de Stéphane Hessel, mais au singulier.

Thierry Guichard, Le Matricule des anges

Une connaissance fine des rapports humains, une écriture sensuelle, témoin fidèle de la vie ordinaire, nous incitent à retrouver les promesses contenues dans nos huit-dix ans. Une lecture judicieuse et pleine d'espoir qu'offre ce retour dans le passé, comme pour mieux orienter, peut-être, notre présent!

Centre Presse

Une histoire singulièrement attachante, pleine de pudeur, de dignité et d’espoir.

Version Fémina

Une belle réflexion sur le désir et le travail.

Christine Salles, Psychologie magazine

C'est une écrivaine généreuse et empathique : elle croit aux rêves d'envol, aux « un jour je partirai » auxquels il ne faut pas renoncer. Au droit au beau, au pouvoir libérateur des livres.

Les insurrections singulières sont ainsi un toast plein d'espérance : à la vie, à l'amour !

Véronique Rossignol, Livres Hebdo

D'une réalité inattendue, Jeanne Benameur a fait un ressort romanesque.

Françoise Dargent, Le Figaro Littéraire

Jeanne Benameur tisse un destin romanesque, porté par l'espoir d'autres lendemains et de nouveaux départs.

Catherine Andreucci, Livres Hebdo