Aller au contenu principal

Arthur Roques : Parole de forçat



Les lettres que le forçat Arthur Roques, condamné aux travaux forcés comme faux-monnayeur, envoyait aux siens, du bagne de Cayenne où il fut détenu et mourut au début de ce siècle, ont permis à Claude Barousse de faire revivre un personnage hors du commun. La relation que voici, même si elle emporte parfois l’imagination (mais c’est l’imagination du lecteur) par les péripéties qu’elle relate, est d’abord un document de première main sur la vie carcérale, sur l’ordinaire du forçat et sur les efforts d’un homme qui a tenté de faire connaître le caractère dégradant de ce type d’enfermement. Mais c’est aussi un témoignage, sans doute unique en son genre, sur la détermination dans le désespoir. Ce bagnard-là avait décidé de soutenir le moral des siens et de diriger l’éducation de ses filles dans le même temps où il s’adressait avec insistance aux plus hautes autorités de la Justice et de l’Etat pour améliorer la condition des condamnés. Et il le fit. Il faut avoir tenu en mains, comme l’auteur et les éditeurs de ce livre, les lettres olographes d’Arthur Roques, d’une écriture si soigneuse sur un papier si fragile (quelques-unes sont ici reproduites), pour être bouleversé par le sens de cette correspondance. Il ne s’agit ici ni d’acquitter Arthur Roques ni de refaire son procès, mais d’entendre une voix, comme il en est peu, monter du fond du temps et des ténèbres.

juin, 1989
13.00 x 24.00 cm
254 pages

Langue : français
Bertrand PY

ISBN : 978-2-8686-9375-4
Prix indicatif : 19.80€



Où trouver ce livre ?

Du même auteur