Les Carnets du coursier | Paul Nizon

    Les carnets du coursierConsacré à la décennie 1990-1999, le quatrième tome du journal de Paul Nizon témoigne de la profusion de ses sources et révèle la diversité de ses inspirations. S’il a atteint l’âge de la maturité et de la consécration, il n’en reste pas moins un créateur en perpétuel devenir, toujours à la recherche de la forme d’expression la plus juste.

    Paul Nizon est à présent un auteur reconnu, récompensé par de nombreux prix prestigieux et enfin honoré par la publication de ses oeuvres complètes en allemand en sept volumes. Ni l’âge ni la gloire n’interrompent pourtant sa quête artistique, son existence restant toute entière dédiée à l’art littéraire. De jour en jour s’impose à l’auteur le besoin de mettre des mots sur le monde pour mieux le comprendre ou tout simplement le faire sien.

    Mais Paul Nizon rend aussi compte de ses voyages, en Toscane, à Madrid, à Alger, en Allemagne, aux Etats-Unis, à l’occasion de lectures ou bien en compagnie de ses proches. Il aime être en partance. Sa double appartenance suisse et française est d’ailleurs évoquée dans ce tome. Pour la première fois, il livre les questionnements engendrés par son double héritage linguistique. Les notes prises au cours de ces dix années retracent la genèse de son roman Chien. Confession à midi. Un travail de longue haleine, commencé en 1992, abandonné pour un temps, puis repris en 1997 pour finalement paraître simultanément en Allemagne et en France en 1998. L’année 1994 sera jalonnée de longs séjours à Bergen-Enkheim, commune dont il a été élu Ecrivain d’honneur. C’est aussi l’année de la parution de L’oeil du coursier, texte qui tient une place importante dans son Journal.

    Aux souvenirs d’enfance, de jeunesse et de sa vie de famille d’autrefois se mêlent des méditations plus générales sur ses relations avec les femmes. En érudit passionné par toutes les formes d’art et par les artistes eux-mêmes, il dissémine au fil du Journal ses propres analyses de films (Fellini), ses réflexions sur la musique et bien sûr celles sur les lectures qui accompagnent le processus d’écriture.

    Dans ce volume, il revient aussi sur le rôle fondamental des journaux dans le processus créatif, les définissant comme l’“Autre face” de ses livres. Plutôt qu’une oeuvre achevée, Paul Nizon nous donne ici à voir un “déballage impitoyable”, un portait de l’artiste au travail, en plein chantier.

     

    Paul Nizon présente... « une sorte de clé anglaise »

     

    Autour de l'auteur : brochure réalisée lors de la parution de la Fourrure de la truite


    Association du méjan

    Actes Sud newsletter

    Inscription à la newsletter :

    newsletter