fbpx LA GRANDE GRAMMAIRE DU FRANÇAIS | Actes Sud Aller au contenu principal

LA GRANDE GRAMMAIRE DU FRANÇAIS

Logo GGF

Première grammaire de la langue écrite et parlée contemporaine,

La Grande Grammaire du français est un l’outil indispensable pour les étudiants et les enseignants, et tous les amoureux de la langue…

 

LA GRANDE GRAMMAIRE DU FRANÇAIS, UNE LACUNE ENFIN COMBLÉE !

 

Le français ne disposait pas jusqu’à ce jour – contrairement à l’anglais, l’italien ou l’espagnol1 – d’une grande grammaire attachée à disséquer toutes les virtualités de la syntaxe de la langue écrite et parlée contem­poraine dans ses relations avec le lexique, la sémantique, le discours et la prosodie, et mettant à l’honneur non plus les principes normatifs mais bien la diversité de tous les usages écrits et oraux, y compris quand ils s’écartent des théories enseignées.

S’inscrivant en rupture avec les grammaires publiées jusqu’alors, la Grande Grammaire du français vient combler cette lacune. Une lacune d’autant plus paradoxale que les francophones cultivent une véritable passion pour la langue, dont témoignent le vaste lectorat des ouvrages qui s’y rapportent, comme le succès des concours d’orthographe, d’élo­quence… Cette passion est également la source des débats récurrents, parfois vifs, entre les partisans d’un français conforme à des « normes », et ceux qui plaident pour une approche plus moderne, plus ouverte de la langue, et qui se refusent à la réduire au « bon usage », aux textes des écrivains ou à la seule maitrise du vocabulaire et de l’orthographe.

La GGF prend aujourd’hui sa part dans ce débat en offrant un véritable état des lieux du français dans ses pratiques « ordinaires » depuis les an­nées 1950 jusqu’à aujourd’hui, qui incluent l’écrit et l’oral, les usages stan­dard et les usages non standard, la langue des médias comme la langue littéraire, celle qui est à l’oeuvre dans les écrits numériques (SMS, blogs…), sans jamais oublier les variétés régionales, en France et hors de France.

Constituée en 20 grands chapitres réunis en 2 628 pages, la GGF s’ap­puie sur 30 000 exemples écrits et oraux, tous postérieurs à 1950, et fournit d’indispensables outils analytiques (glossaire, index, tableaux, schémas, fiches, courbes mélodiques, bibliographies…). Parallèlement à l’édition papier, une plateforme numérique augmente ce vaste corpus de multiples fonctionnalités, par exemple sonores.

Raisonnée, elle fournit la synthèse des recherches nombreuses et fruc­tueuses réalisées depuis plus de trente ans dans le domaine des sciences du langage, en France et à l’étranger.

 

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET DIDACTIQUE

REPOSANT SUR LES TRAVAUX DES LINGUISTES

MENÉS DURANT LES TRENTE DERNIÈRES ANNÉES

Œuvre d’un large collectif de linguistes français et étrangers, la GGF voit le jour en 2021 sous la direction scientifique et éditoriale d’Anne Abeillé et Danièle Godard, en collaboration avec Annie Delaveau et Antoine Gautier.

Le projet a été initié en 2002 sous l’égide du CNRS, de la DGLFLF (Direction générale à la langue française et aux langues de France), et avec le soutien de nombreux laboratoires de recherche et universités françaises.

 

GGF livre en 3d

 

 

UNE APPROCHE DU FRANÇAIS CONTEMPORAIN

TEL QU’IL SE PARLE ET S’ÉCRIT

La GGF traite du français contemporain, tel qu’il se parle et s’écrit depuis 1950 jusqu’à aujourd’hui, mais elle ne s’interdit pas quelques rappels histo­riques.

Se voulant la plus complète possible et s’adressant à un public large (étu­diants, enseignants, amoureux de la langue…), elle explique en une ample introduction et vingt grands chapitres l’ensemble de la syntaxe du français contemporain, comme ses relations avec le lexique, la sémantique, le dis­cours et la prosodie, dans un cadre unifié et cohérent, selon un plan raisonné et une terminologie unifiée, en tenant compte des situations de parole, de l’origine géographique, etc.

La GGF met l’usage ordinaire au cœur de la description de la langue et s’ap­puie sur des exemples attestés tirés de conversations, de discours, de textes littéraires, d’écrits numériques, en exploitant pour la première fois les grands corpus et bases de données disponibles.

 

UNE RÉPONSE AU SENTIMENT D’INSÉCURITÉ LINGUISTIQUE

Parce qu’elle présente le français dans toute sa vitalité et toutes ses formes, la GGF ne privilégie aucun usage, pas plus qu’elle n’en stigmatise. Ce qu’on appelle faute de français provient souvent d’un usage inapproprié dans un contexte donné, et trouve toujours sa place dans la description complète de la langue en tant que système. Se gardant de toute approche normative, la GGF réduit le fossé existant entre la langue décrite dans les manuels et le français courant, et répond ainsi au sentiment d’insécurité linguistique res­senti par trop d’entre nous.

Elle s’attache donc autant aux principes qui régissent l’organisation des énoncés et leur interprétation qu’aux normes longtemps imposées par les grammaires traditionnelles, et elle décrit tous les usages, formels et informels, les phénomènes sonores, comme la liaison ou la mélodie de la phrase (la prosodie), etc. Les exemples oraux sont tous commentés et, dans la version numérique, sont souvent proposés à l’écoute.

 

LE FRANÇAIS EN FRANCE ET HORS DE FRANCE

Le français est la langue officielle, ou l’une des langues officielles, d’une tren­taine d’États à travers le monde. Hors de l’Hexagone, plusieurs normes coexistent, qui sont portées par les académies ou offices gouvernementaux pour la langue, comme en Belgique, en Suisse ou au Canada.

La GGF dépasse le cadre hexagonal pour documenter ces nombreux usages, sans oublier les variations régionales de France.

 

30 000 EXEMPLES ÉCRITS ET ORAUX COMMENTÉS

La GGF s’appuie sur 30 000 exemples écrits et oraux représentatifs des usages courants du français contemporain tirés de grands corpus dispo­nibles, notamment au sein de la base Frantex, constitués depuis les années 1970 à des fins de recherche par différentes universités ou organismes pu­blics, en France et hors de France, et afin d’alimenter en exemples le Trésor de la Langue Française… Sont ainsi cités les textes de plus de 500 écrivains dont les oeuvres sont postérieures aux années 1950, de très nombreux ar­ticles de journaux (Le Monde, Libération, La Croix, L’Est républicain, Le Nou­vel Observateur, Marianne, etc.) ou revues, des bandes dessinées, des chan­sons, des écrits tirés de sites Internet, de blogs, de forums, de SMS, de réseaux sociaux, ou des phrases prononcées sur les ondes (France Inter, France Culture, France Info, etc.) comme sur les chaines télévisuelles, ou en­core des dialogues relevés lors de simples conversations.

D’autres sont des exemples forgés illustrant une construction possible, ou impossible.

Chacun de ces 30 000 exemples est annoté selon plusieurs critères :

  • le jugement des locuteurs : acceptable, douteux, inapproprié dans un cer­tain contexte, inacceptable, ou variable, c’est-à-dire accepté seulement par certains locuteurs ;
  • l’origine géographique ;
  • la conformité à la norme : standard ou non standard (c’est-à-dire en usage mais stigmatisé).

 

UNE TERMINOLOGIE GRAMMATICALE RENOUVELÉE, EXPLIQUÉE ET STABILISÉE

En distinguant clairement les notions qui relèvent de la morphologie (la forme des mots) de celles relevant de la syntaxe (les catégories et les fonctions), de la sémantique ou de la pragmatique (leur interprétation et leur usage), la GGF stabilise une terminologie grammaticale souvent variable d’un ouvrage à l’autre.

Elle la renouvèle en s’appuyant sur les travaux des linguistes des trente der­nières années, et en proposant une table de correspondance confrontant sa terminologie avec celles, officielles, de l’Éducation nationale française (1997, puis 2020).

En fournissant des définitions précises et des tests opérationnels, la GGF fournit une véritable boite à outils linguistique.

 

UNE « GRAMMAIRE PARLANTE »

La GGF fait entendre de nombreux exemples de français parlé : usages ré­gionaux en France et hors de France, constructions particulières comme des commentaires, des interrogations, des phrases sans verbe, etc.

Beaucoup de ces exemples sont commentés au moyen de transcriptions phonétiques et de courbes mélodiques, et près de 2 000 d’entre eux sont offerts à l’écoute dans l’édition en ligne, première « grammaire parlante » : www.grandegrammairedufrançais.com.

 

59 LINGUISTES, 32 UNIVERSITÉS

ET LABORATOIRES DE RECHERCHE

EN FRANCE ET À L’ÉTRANGER

 

 

 

 

 

 

Œuvre d’un large collectif de linguistes, la Grande Grammaire du français voit le jour en 2021 sous la direction scientifique et éditoriale d’Anne Abeillé et Danièle Godard, en collaboration avec Annie Delaveau et Antoine Gautier.

Sa rédaction a fédéré les compétences de 59 linguistes, français et étrangers, parmi les meilleurs spécialistes de linguistique française, et associé 32 univer­sités et laboratoires de recherche en France, en Belgique, en Suisse, au Ca­nada, aux Pays-Bas, en Suède, en Israël, aux États-Unis, au Brésil et en Grande-Bretagne.

LA DIRECTION SCIENTIFIQUE ET ÉDITORIALE

Anne ABEILLÉ

Professeure, Université de Paris

Études à Paris et à l’Université de Pennsylvanie (Philadelphie). Ancienne élève de l’École normale supérieure, agrégée de lettres modernes, professeure de linguistique à l’Université de Paris, membre du Laboratoire de linguistique for­melle (CNRS). Elle a reçu le prix Pierre-Larousse pour les sciences du langage (1993), la médaille de bronze (1996) et la médaille d’argent du CNRS (2008).

Membre honoraire de l’Institut universitaire de France, membre de l’Academia Europaea. Spécialiste de syntaxe française, elle a publié notamment Les Gram­maires d’unification, Hermès, 2007), Une grammaire électronique du français (CNRS Éditions, 2002) et a dirigé le Corpus arboré du français (ftb.linguist.univ-paris-diderot.fr).

Danièle GODARD

Directrice de recherche honoraire, CNRS, Université de Paris

Études à Paris et à l’Université de Pennsylvanie (Philadelphie). Agrégée de lettres classiques, directrice de recherche honoraire au CNRS (Laboratoire de linguistique formelle). Spécialiste de syntaxe et de sémantique du français et des langues romanes, elle a publié notamment Syntaxe des relatives en fran­çais (CNRS Éditions, 1988) et Grammaire des langues romanes (CNRS Éditions, 2003), et codirigé le dictionnaire Sémanticlopédie (www.semantique-gdr.net).

En collaboration avec

Annie DELAVEAU

Professeure honoraire, Université Paris-Nanterre

Ancienne élève de l’École normale supérieure, agrégée de lettres classiques, ancien membre du jury de l’agrégation de lettres classiques. Commandeur des palmes académiques. Professeure honoraire de linguistique à l’Université Paris-Nanterre. Spécialiste de syntaxe française, elle a publié, notamment, Pro­blèmes et exercices de syntaxe française (avec Françoise Kerleroux, Armand Colin, 1985) et La Syntaxe. La phrase et la subordination (Armand Colin, 2001).

Antoine GAUTIER

Maitre de conférences, Sorbonne Université

Études à l’Université Paris-Sorbonne, agrégé de lettres modernes, ancien membre du jury de l’agrégation de lettres modernes, membre de l’équipe STIH. Spécialiste de linguistique française, ses travaux portent principalement sur la syntaxe et l’histoire de la grammaire (XIXe et XXe siècles). Il est l’auteur de Le Nom (Armand Colin, 2012).

 

DES CONTENUS ÉDITORIAUX

RICHES ET STRUCTURÉS

En 8 millions de signes et à travers des contenus éditoriaux riches et structurés, la Grande Grammaire du français offre de multiples parcours de découverte de la langue écrite ou parlée contemporaine.

• Une ample INTRODUCTION permettant de questionner la nature et les spécificités du français

20 CHAPITRES permettant un double niveau de lecture : un tronc com­mun et des retraits pour le lecteur souhaitant approfondir

30 000 EXEMPLES ÉCRITS ET ORAUX

2 000 SONS offerts à l’écoute dans la version numérique

500 TABLEAUX, LISTES, FIGURES, SCHÉMAS ET COURBES MÉLO­DIQUES

51 FICHES SYNTHÉTIQUES clarifiant les principales difficultés gram­maticales

• un GLOSSAIRE réunissant 600 termes

• un INDEX de 4 500 termes (notions, mots, langues, pays et régions)

21 BIBLIOGRAPHIES THÉMATIQUES commentées

• une BIBLIOGRAPHIE GÉNÉRALE EXTENSIVE

• la LISTE DES SOURCES DES EXEMPLES ATTESTÉS littéraires et non littéraires

• la LISTE DES CORPUS ET DES BASES DE DONNÉES UTILISÉS

• une TABLE DES MATIÈRES ANALYTIQUE

 

 

GGfF visuel  1 GGfF visuel  2

GGfF visuel  3