La Description du malheur | W. G. Sebald

    Mais la proportion des vies malheureuses dans l'histoire de la littérature autrichienne est tout sauf rassurante.»

    W. G. Sebald

     

    La Description du malheur
    La Description du malheur || W. G. Sebald

    Traduit de l'allemand par : Patrick Charbonneau

    Parution en librairie le 3 septembre 2014

     

    Dans ces essais marquants, W. G. Sebald parle d’une façon inédite de dix grandes personnalités de la littérature autrichienne, parmi lesquels Schnitzler, Kafka, Canetti, Bernhard, Handke… Il place au centre de ses études la condition psychique de l’écrivain, mais aussi ses souffrances liées aux faits politiques de son époque, et s’interroge : “Ceux qui se donnent la peine de décrire le malheur ne témoignent-ils pas de son possible surpassement ?”

     

    C’est en partant de quelques-unes de leurs œuvres que Sebald examine les Autrichiens de la littérature mondiale. En interprétant des textes comme Perturbation de Thomas Bernhard, La Nouvelle rêvée d’Arthur Schnitzler ou Le Château de Franz Kafka, il piste désirs inavoués, angoisses et perversion. En effet, Sigmund Freud n’est jamais très loin de ces rues de Vienne ou de Prague où ces œuvres s’écrivent. Sebald montre que ce qu’on ressent comme une spécificité autrichienne, une certaine lucidité mélancolique, est à la fois lié au déclin politique du pays et à sa situation de ville d’accueil d’émigrants. Nombreuses sont les cultures qui s’y croisent. Et l’assimilation (désirée ou forcée) s’accompagne souvent d’une perte d’identité.
    Sur la question de l’influence de Freud sur la littérature autrichienne, Sebald prend le débat à contrepied. Ce sont les écrivains autrichiens qui, en premier lieu, décrivent minutieusement les transgressions, les crises psychiques. On pourrait imaginer que sans eux, Freud n’aurait pas pu devenir l’inventeur de la psychologie.

     

     

    W. G. Sebald

    Né en 1944 en Bavière, W. G. Sebald vivait depuis 1966 à Norwich, en Angleterre, où il enseignait la littérature à l’université d’East Anglia. Décédé en 2001, il laisse une œuvre importante, publiée en France par Actes Sud, qui lui a valu une reconnaissance internationale.

     

    “S’il est juste de dire que l’on ne pourrait lire Schnitzler sans Freud, le contraire est également vrai. Tout aussi importantes m’apparaissent les contributions de Canetti à la compréhension des structures paranoïdes ou les descriptions d’une finesse microscopique que Peter Handke fait des états de crise schizoïdes. (…)
    Un autre objet se trouve au centre de mes analyses : le malheur du sujet qui écrit, qui a déjà été souvent mentionné comme un des traits caractéristiques fondamentaux de la littérature autrichienne. Ceux qui embrassent la profession d’écrivain ne sont certes pas des gens qui abordent la vie sereinement. Sinon, comment en viendraient-ils à se lancer dans la tâche impossible de trouver la vérité ? Mais la proportion de vies malheureuses dans l’histoire de la littérature autrichienne est tout sauf rassurante…”

    W. G. Sebald

     

    Extrait d'Austerlitz par W.G. Sebald

     

     

    Du 3 au 10 septembre 2014, le Centre Culturel International de Cerisy-la-Salle accueillera le colloque : W.G. Sebald, Littérature et éthique documentaire.
    Cliquez ici pour plus de renseignements


    Association du méjan

    Actes Sud newsletter

    Inscription à la newsletter :

    newsletter