Hommage à André Brink

    « Je sais maintenant, plus que jamais auparavant, ce que Nelson Mandela a voulu dire quand il m'a déclaré, le dernier matin que j'ai passé avec lui : Tu es un Africain.
    Il n'existe aucune société au monde qui ne soit confrontée à des défis, à des problèmes, à des troubles, au danger – mais l'urgence, l'immédiateté inhérentes à la vie en Afrique du Sud lui confèrent un sens de l'engagement, de la pertinence et de la portée des choses qui sont, selon moi, inconcevables dans d'autres pays. Cela fait qu'il est important et même nécessaire pour moi d'écrire et de vivre ici, et que nous y vivions ensemble. La seule chose qui vaille vraiment la peine, a dit Goethe, est celle pour laquelle nous luttons chaque jour.
    Avec tout mon amour,
    André.  »

    Mes Bifurcations. Mémoires, André Brink, Actes Sud 2010

     

     

     

    L’écrivain sud-africain André Brink est décédé le 6 février dans l’avion qui, de Belgique où il avait été fait docteur honoris causa de l'université de Louvain, le ramenait chez lui au Cap.

    Né en 1935 dans une famille afrikaner descendant de colons boers, arrivés en Afrique trois siècles auparavant, André Brink effectue la première partie de ses études supérieures (1953-1959) à l'université de Potchefstroom (Afrique du Sud). Il les poursuit à Paris (1959-1961), à la Sorbonne, où il rencontre pour la première fois des étudiants noirs traités sur un pied d'égalité sociale avec les autres étudiants. De retour en Afrique du Sud, il devient maître-assistant puis maître de conférences en littérature afrikaans et littérature hollandaise, à l'université Rhodes à Grahamstown. À l'occasion d'un deuxième séjour en France, de 1967 à 1968, il durcit sa position contre la politique d'apartheid. En 1974, il publie son premier roman Au plus noir de la nuit, premier livre en afrikaans censuré par les autorités sud-africaines. En 1979, il publie son roman le plus célèbre Une saison blanche sèche, d’abord censuré puis finalement autorisé, pour lequel il reçoit le prix Médicis étranger.
    Aux éditions Actes Sud, André Brink a publié : Phildia (2014), Mes Bifurcations. Mémoires (2010), Dans le miroir suivi de Appassionata (2009), La Porte bleue (2007), L’Insecte missionnaire (2006) et L’Amour et l’Oubli (2006).

    Il était aussi chevalier de la Légion d’honneur et officier de l’ordre des Arts et des Lettres.

     

     

    «  [C'était] un homme charmant, rigoureux, d'une grande élégance et d'une immense courtoisie. »

    Bernard Magnier, directeur de collection chez Actes Sud
    André Brink n'a jamais cessé le combat, Le JDD du 8 février 2015

     

    A lire sur le web

     

     

    Bibliographie

    precedent
    suivant

     

     

     

     

    L'objet de... André Brink


    Association du méjan

    Actes Sud newsletter

    Inscription à la newsletter :

    newsletter