Histoires d’amour dans l’histoire des Arabes

    « En passant au milieu d'un jardin, près d'une tombe habillée d'un manteau d'anémones, j'ai demandé à la terre : "A qui est cette tombe ?" Elle m'a répondu : "Sois compatissant : c'est celle d'un amoureux." »

     

     

    Histoires d'amour dans l'histoire des Arabes
    Choisies, traduites et annotées par Jean-Jacques Schmidt

     

    La prose arabe classique abonde en histoires d’amour merveilleuses, parfois légendaires. Depuis l’époque préislamique jusqu’à la chute de Grenade en 1492, des amants douloureux, poètes notamment mais aussi califes, rois ou princes, ont laissé leur souvenir gravé dans la mémoire collective et ont illustré ce qui sera nommé en Europe “l’amour courtois”. Il s’agit presque toujours de l’amour chaste, d’une inébranlable fidélité, voué à une femme inaccessible en raison de son appartenance tribale ou de son statut social différent. Aux antipodes, nous disposons d’autres récits sur des personnages non moins célèbres dont le seul souci était de réussir à traquer la beauté partout où elle se trouvait, et qui n’hésitaient pas à se vanter de leurs aventures avec des femmes de la haute société.
    Puisée dans cet énorme corpus, la présente anthologie s’adresse au grand public et se limite, à deux exceptions près, aux récits fondateurs portant sur les premiers temps de la littérature arabe, entre le vie et le viiie siècle.

     

    Lire un extrait

     

     

     

     

     

     

    Traducteur de l’arabe, Jean-Jacques Schmidt est l’auteur de plusieurs ouvrages chez Actes Sud/Sindbad, dont Le Livre de l’humour arabe (2005, Babel n° 1167), Historiettes, anecdotes et bons mots (2013) et Sentences et maximes (2014). Il vit à Paris.

     

     

    precedent
    suivant

     

     

     

     

     

    Ici même | Taleb Alrefai
    Roman traduit de l'arabe (Koweit) par Mathilde Chèvre

    Premier roman koweïtien traduit en français

     

    Kawthar, une jeune Koweitienne, défie par amour sa famille, et dévoile ainsi le machisme ambiant, le mensonge et la dissimulation dans la vie sociale et intime des femmes.

     

    Taleb Alrefai est né au Koweït en 1958. Après avoir travaillé comme ingénieur civil, il a rejoint le ministère koweïtien de l’Information où il occupe un poste de responsabilité au Conseil national de la culture, des arts et des lettres. Auteur d’une dizaine de romans et de recueils de nouvelles qui portent notamment sur la condition féminine dans son pays et sur celle des travailleurs immigrés, il a présidé en 2009 le jury de l’International Prize of Arabic Fiction. Ici même, paru en 2014, est son premier roman traduit en français.

     

     

    Lire un extrait

     

     

     

     

    Du despotisme et autres textes | Abd al-Rahman al-Kawâkibî
    Essai traduit de l'arabe (Syrie) par Hala Kodmani

     

    Né à Alep, Syrie, en 1849, ‘Abd al-Rahmân al-Kawâkibî est l’une des grandes figures du réformisme musulman à la fin du XIXe siècle et un précurseur de l’arabisme. Ce livre fondateur, dont la traduction française est depuis longtemps attendue, est une puissante charge contre le despotisme, soulignant ses conséquences désastreuses sur la religion, le savoir, l’économie, la morale, l’éducation et le progrès.

     

    « C’est une pierre lancée dans le jardin de qui pense que l’islam ne pense pas. Et une autre dans celui de qui pense que l’islam ne doit pas penser, mais faire la guerre aux infidèles, « croisés » et autres « koufar », qu’il doit non seulement s’occuper de politique, mais être la politique. »

    Christophe Ono-dit-Biot, Le Point

     

    Lire un extrait

     


    Association du méjan

    Actes Sud newsletter

    Inscription à la newsletter :

    newsletter