Emanuele Trevi | Quelque chose d'écrit

     

    Quelque chose d’écrit
    Emanuele Trevi || Quelque chose d’écrit

    Traduit de l’italien par Marguerite Pozzoli

    En librairie le 4 septembre 2013

     

    L’histoire presque vraie d’une rencontre impossible avec Pier Paolo Pasolini à travers sa comédienne fétiche et “gardienne du temple”, Laura Betti. Un livre qui brouille magistralement les genres littéraires et propose une interprétation, aussi radicale qu’inattendue, de Pétrole.

     

    Le fonds Pasolini se trouve à Rome, et c’est Laura Betti, une des comédiennes fétiches de Pasolini, qui a longtemps été la “gardienne du temple”. Or, c’est dans ce temple que travaille le narrateur, qui n’est autre que l’auteur lui-même, alors trentenaire, chargé, en 1994, de préparer un livre recueillant toutes les interviews données par Pasolini. Travailler sous la direction de Laura Betti, surnommée “La Folle”, n’est pas une sinécure : le plus grand plaisir de celle-ci, en effet, consiste à humilier avec férocité le malheureux aspirant-écrivain, comme pour le mettre perpétuellement à l’épreuve, avec une imagination débordante et un sadisme consommé. Mais en essayant de mener à bien ce travail, c’est surtout pour la signification de Pétrole, l’oeuvre posthume de Pier Paolo Pasolini (mort assassiné en 1975), que se passionne Emanuele Trevi. OEuvre mystérieuse s’il en est, et qui a donné lieu, depuis sa publication, à de multiples interprétations, auxquelles ne manque pas la thèse du livre “politique” dénonçant la mafia et ses ramifications. Or, c’est une théorie différente que défend Trevi avec brio : celle d’une oeuvre qui s’apparenterait aux mystères grecs, une initiation semblable à celle qui attendait les fidèles à Éleusis. C’est d’ailleurs en Grèce, à l’occasion de la coupe du monde de foot de 1994, que s’achève le roman, dans une atmosphère poétique qui aspire le lecteur dans la lumière d’une quasi “révélation”.
    Même celui qui n’a pas lu Pétrole peut trouver un immense plaisir à découvrir la prose fluide d’Emanuele Trevi, qui sait raconter avec une écriture subtile, parfois grotesque et satirique, sa relation avec une Laura Betti hystérique et paranoïaque, mais vraie, dans sa folie. Il sait également nous plonger dans la vie de la Rome des années 1980 à 1990, décrire une soirée d’attente de résultats d’élections qui seront remportées par Berlusconi, parmi des écrivains catastrophés qui pressentent l’avènement d’une nouvelle époque. Brouillant les pistes et mêlant les genres (biographie, autobiographie, roman, essai, etc.) l’auteur nous invite à le suivre dans une interprétation nouvelle et éclairante d’une oeuvre énigmatique, dans une mise en abîme qui est une grande réussite littéraire.

     

    Emanuele Trevi

    Emanuele Trevi est né en 1964. Il est le fils d’un psychanalyste jungien de renom, avec lequel il a cosigné un livre. Critique littéraire, il a publié des essais et un roman, chez Rizzoli, avant celui-ci. Quelque chose d’écrit a été finaliste au prix Strega 2012. Il a reçu à Francfort, en 2012, le prix du Livre européen récompensant un “auteur émergent” et a été également récompensé par le prix Boccaccio.

     

     

     

    Feuilleter un extrait

     

    Emanuele Trevi sera à Paris les 16 et 17 octobre 2013

     

    9 octobre à 18h00 : rencontre à la librairie Actes Sud à Arles

     

    10 octobre : Emanuele Trevi invité de l’AIAPA à Aix en Provence

     

    16 octobre à 18h30 à l’Institut culturel Italien à Paris : rencontre Emanuele Trevi - Laurence Plazenet : La vie de l’artiste moderne et l’amour impossible, à l’occasion de l’ouverture de l’exposition Pasolini Rome et de la rétrospective de ses films à la Cinémathèque.

     

    Les ouvrages de Pier Paolo Pasolini disponibles chez ACTES SUD

     

    Les anges distraits
    Pier Paolo Pasolini || Les anges distraits

    Octobre, 1995

    Une quinzaine de nouvelles et de récits autobiographiques, ainsi que deux courts romans composent ce recueil qui tire son unité du lieu où ils ont été écrits : le Frioul. Région natale de la mère de Pasolini, pays de vacances et de jeunesse pour lui-même, c’est là que, dans la première moitié de sa vie, il s’imprègne de souvenirs et de paysages, élabore ses convictions sociales et politiques, fait l’expérience, particulièrement décisive, de l’enseignement, et enfin découvre, dans un mélange douloureux de crainte et de bonheur, son attirance pour les anges distraits.

     

    Douce et autres textes
    Pier Paolo Pasolini || Douce et autres textes

    Octobre, 1995

    Issu des Cahiers rouges, journal intime tenu par Pasolini entre 1946 et 1947, Douce décrit une rencontre avec un jeune Frioulan que le narrateur, un soir de bal, remarque, approche et tente de séduire. Emotion, ferveur mêlée de stratégie : Pasolini dessine d’une plume empreinte de lyrisme les subtils et mutuels jeux de séduction. Puis il fait intervenir, avec Romans (écrit entre 1948 et 1949), deux autres doubles de lui-même — et en particulier don Paolo, jeune prêtre vivant avec sa mère, tourmenté par sa coupable passion pour un adolescent du village...

     

    Pier Paolo Pasolini || Théâtre

    Octobre, 1995

    Les six pièces de ce recueil représentent l’ensemble de son théâtre paru à ce jour en Italie.

    Théâtre

    Calderón

    De la bourgeoisie à l’Armée rouge en passant par le quartier des prostituées et la clinique psychiatrique, Pasolini interroge notre histoire du théâtre.

    Affabulazione

    Pasolini entre le mythe et l’histoire, hanté par le mythe – ici celui d’Œdipe – et rattrapé par l’histoire. L’histoire a effacé les pères, ils ne sont plus incontournables, aucun désir de meurtre n’habite plus les fils, c’est donc le père qui devra tuer.

    Pylade

    Après les Euménides, après le jugement des dieux qui l’absout, Oreste revient à Argos métamorphosé par son passage à Athènes où, pour la première fois de sa vie, il a assisté à un jugement édicté par les hommes et non par les dieux. Il va instaurer ce nouveau régime dans sa cité.

    Porcherie

    Ce pourrait être l’histoire banale d’un fils de bourgeois attiré par des amours bizarres, si l’on n’y lisait aussi le drame d’une génération perdue dans l’Allemagne amnésique de l’après-guerre.

    Orgie

    Les dernières scènes de la vie d’un couple, comme une Passion sans Judas, à deux. Ailleurs et dans un autre temps, c’eût été une grande histoire d’amour et de jouissance.

    Bête de style

    Poésie et histoire s’affrontent : contre la violence de l’histoire et contre le poids des modèles hérités des pères et des maîtres, le poète clame des vérités impossibles.


    Association du méjan

    Actes Sud newsletter

    Inscription à la newsletter :

    newsletter