Claude PUJADE-RENAUD

    Claude PUJADE-RENAUD

    Née en 1932, Claude Pujade-Renaud a étudié la danse contemporaine à Paris, Londres et New York (école de Martha Graham). Danseuse, chorégraphe et enseignante, elle a contribué à la diffusion de la danse moderne américaine en France. À l’âge de quarante ans, elle se tourne vers l’écriture, avec le soutien de son compagnon et écrivain Daniel Zimmermann. Elle publie son premier roman La Ventriloque aux éditions des Femmes en 1978 et crée avec lui la revue Nouvelles Nouvelles de 1985 à 1992. Ensemble, il publie en 1995 aux éditions Julliard, Les écritures mêlées, un livre écrit à quatre mains.
    Ses nouvelles et romans ont été distingués par de nombreux prix littéraires dont le Goncourt des Lycéens pour Belle mère en 1994, le prix de l’écrit intime pour Le Sas de l’absence en 1998, le Grand Prix Poncetton pour l’ensemble de son œuvre décerné par la Société des gens de lettres en 2004 et le prix du Roman Historique pour Dans l’ombre de la lumière en 2013. Claude Pujade-Renaud vit à Paris et se consacre entièrement à l’écriture.

    Tout dort paisiblement, sauf l'amour


    En librairie le 2 mars 2016

    Pourquoi le philosophe Søren Kierkegaard a-t-il brutalement rompu ses fiançailles avec la jeune fille qu’il adulait ? De quelle incapacité au bonheur, de quelle malédiction se croyait-il frappé ?
    Dans les mois, les années, et même les décennies qui suivent, bien que mariée et heureuse, la fiancée répudiée, Régine Olsen, s’acharne à comprendre…

    En 1855, aux Antilles danoises dont son époux est le gouverneur, Regine Olsen apprend la disparition de Søren Kierkegaard qui l’aima avec ferveur et rompit leurs fiançailles. Séparée de ces événements par un océan et quinze années, bien que mariée et heureuse, elle ne cesse de s’interroger : de quelle difficulté à vivre Kierkegaard souffrait-il, pourquoi une étrange malédiction semble-t-elle peser sur sa famille ? Au fil des ans, des décennies, de retour à Copenhague, Regine poursuit sa quête dans ses lectures, ses souvenirs, ses échanges avec un neveu et une nièce du disparu, cependant que grandit la renommée de ce dernier.
    Nourri notamment des journaux et de la correspondance de Kierkegaard, ce roman à plusieurs voix explore les dimensions tout à la fois poétiques et tragiques d’un penseur qui ne se voulait pas philosophe et chérissait les arbres, les chevaux, les oiseaux et Mozart. Un personnage énigmatique qui tour à tour se révèle et se dérobe à travers ce tissage entre l’existence et l’œuvre.

     

     

    Lire un extrait

     

    Toute l'œuvre de Claude Pujade-Renaud est publiée chez Actes Sud


    « A présent j’aurais tendance à penser que l’écrivain tient parfois dans une lignée la place du fou. Non qu’il le soit, fou – ou juste un peu ? Juste ce qui est nécessaire ? Il tenterait de dire, sous diverses mascarades, une vérité enfouie dans les oubliettes ou les poubelles de l’honorable mythologie familiale. Bien sûr, ladite famille se refuse à l’entendre, ou voudrait l’acculer au silence – à juste titre ? Plus d’autre issue pour lui qu’essayer de se faire entendre ailleurs. Tout en sachant que cette vérité demeurera, bien sûr, partielle, douteuse, distordue. Et que la question initiale demeurera sans réponse définitive.  »

    Claude Pujade-Renaud, 2005

    Tous les romans de Claude Pujade-Renaud, sauf Celles qui savaient, sont également disponibles dans la collection Babel et en version numérique à partir du Désert et la grâce.

    En janvier 2010 paraît le premier volume de ses œuvres dans la collection Thesaurus.

     

    « Enfant, je pressentais que flottait dans ma famille une histoire occultée. Je dévorais les livres, peut-être dans l’obscur espoir que l’un d’eux aurait le pouvoir de la faire affleurer. Aucun ne délivra la réponse. Nulle issue, sinon l’inventer moi-même, cette histoire cachée ? Mais l’aventure était trop périlleuse : durant vingt ans, j’ai dansé.  »

    Claude Pujade-Renaud, 2005

     

     

     

    Claude Pujade-Renaud a consacré deux romans à deux grandes danseuses : Doris Humphrey, dans La Danse Océane (Babel n°234, 1996) et Martha Graham, dans Martha Graham ou le mensonge du mouvement (Babel n°235, 1996).

     

     

    L'Objet de... Claude Pujade-Renaud


     

     


    Association du méjan

    Actes Sud newsletter

    Inscription à la newsletter :

    newsletter