Aller au contenu principal

Le Iench



Drissa Diarra est un garçon noir. L’année de ses onze ans, avec ses parents Lamine et Maryama, sa jumelle Ramata et son petit frère Seydouba, il emménage dans un pavillon en province. Drissa rêve sa famille en blonds comme ceux des publicités : les deux voitures dans le garage, les repas du dimanche, et surtout avoir un chien. Ce désir de chien devient son obsession. Le bac, le permis à dix-hiut ans et danser en boîte, toute la banalité de la jeunesse de France est incarnée dans le corps désiré du canidé. Ramata se rase le crâne pour qu’on ne parle plus de ses cheveux crépus, enrage de faire la vaisselle avant les devoirs. Autour des jumeaux, il y a les amis de presque toujours : Mandela, Haïtien adopté par des enseignants blancs, et Karim, fils de Marocains. En arrière-plan, gronde la litanie des garçons tués sous les coups de la police de France. Tout pourrait couler comme le fleuve parfois houleux des existences de minorités. Mais Drissa, têtu, veut abattre les obstacles à la banalité pour les garçons noirs…

septembre, 2020
15.00 x 20.50 cm
80 pages


ISBN : 978-2-330-13642-0
Prix indicatif : 12.50€



Où trouver ce livre ?

  • Du mardi 3 novembre au vendredi 6 novembre 2020, Comédie de Saint-Étienne à Saint-Étienne

Avec Le Iench (« chien » en verlan), l’autrice et metteuse en scène franco-ivoiro-malienne Eva Doumbia signe une pièce salutaire qui sera sans doute l’un des temps forts de cette rentrée théâtrale. La première du Iench sera jouée au Centre dramatique national de Normandie, à Rouen, le 6 octobre.

Séverine Kodjo-Grandvaux, LE MONDE AFRIQUE

Eva Doumbia semble dans son écriture militante aller d’un continent à l’autre : tentation poétique de certains monologues et naturalisme du quotidien du contemporain des dialogues. Comme s’il était impossible de remettre le monde en ordre et d’écrire à l’endroit, le chien.

LA CAUSE LITTÉRAIRE

Du même auteur