Extrémisme religieux et dictature | Actes Sud
Actes Sud Sciences humaines
Hors collection

Octobre, 2014 / 11,5 x 21,7 / 240 pages

traduit de l'arabe (Égypte) par : Gilles GAUTHIER
ISBN 978-2-330-03651-5
prix indicatif : 22, 00€


Où trouver ce livre ?
|

Ce livre existe également en version numérique

Extrémisme religieux et dictature

Les deux faces d'un malheur historique

Alaa EL ASWANY

EXTRÉMISME RELIGIEUX ET DICTATURE sont les deux faces d’un même malheur historique. Voici plus de trente ans que les Égyptiens – et avec eux tous les peuples arabes – sont acculés face à ce dilemme : impossible sans démocratie d’en finir avec le fascisme religieux, impossible de bâtir la démocratie sans mettre fin au fascisme religieux. Entre ces maux d’égale nocivité il n’y a pas à choisir : il faut les combattre tous deux avec une même ardeur. C’est sur cette difficile ligne de crête que les Arabes doivent se maintenir s’ils souhaitent redevenir pleinement sujets de leur propre histoire. Cette problématique qui sous-tend toute l’œuvre littéraire d’Alaa El Aswany est également le thème central de la chronique hebdomadaire par laquelle, depuis cinq ans, il poursuit au grand jour son double combat pour la liberté.
Tant que les femmes ne seront pas considérées comme des êtres humains à part entière, tant que les coptes et les bahaïs d’Égypte, tant que les chiites de Bahrein et d’Arabie Saoudite ne seront pas totalement égaux en droits avec les autres citoyens, les peuples arabes ne pourront pas secouer les chaînes de leur servitude. Liberté, égalité, justice, démocratie : pendant cinq ans – avant la révolution de 2011, puis tout au long des péripéties qui ont suivi –, l’auteur de L’Immeuble Yacoubian a martelé ces mots pour mieux les faire pénétrer dans la conscience de ses concitoyens.
Ces valeurs sont-elles incompatibles avec l’islam ? Non, nous dit-il, mais elles le sont avec ce que l’islam est devenu, au terme de siècles de décadence et de tyrannie, dans sa version la plus caricaturale, celle d’un salafisme sclérosé aux références médiévales propagé grâce à l’argent du pétrole sur le terrain propice de sociétés en crise. Au cœur de la religion se trouvent des valeurs spirituelles – ou humaines – universelles. Tout le reste – les rites, la charia – est une construction opportuniste au service d’une volonté de pouvoir, un moyen d’asservir les hommes et de les aveugler.

GILLES GAUTHIER



Association du méjan

Actes Sud newsletter

Inscription à la newsletter :

newsletter