Partager la science | Actes Sud
Actes Sud Sciences humaines
Questions vives

Mars, 2013 / 15,0 x 23,0 / 336 pages
Coédition Institut des Hautes Etudes pour la Science et la Technologie


ISBN 978-2-330-01540-4
prix indicatif : 27, 95€


Où trouver ce livre ?
|

Ce livre existe également en version numérique

Partager la science

L'illettrisme scientifique en question

COLLECTIF
Rosa ISSOLA
Roberto KRANKEL
Pierre LÉNA
Michel LUSSAULT
Clare MATTERSON
Didier MIRATON
Jean-marc MONTEIL
Stephane NATKIN
Marc J. DE VRIES
Olivier HOUDÉ
Micheline HOTYAT
Jean-pierre BOURGUIGNON
Hervé LE GUYADER
Étienne KLEIN
Heinz WISMANN
Mathias GIREL
SOOK-KYOUNG CHO
Goery DELACOTE
Joan FERRINI MUNDY
Stéphane FOUCART
Gérard FEREY

La science est-elle bien « partagée » ? À quelles conditions peutelle l’être véritablement ? Comment faire naître et développer, dans le public, le germe d’une culture scientifique capable de substituer au sentiment d’opacité, à l’indifférence voire à l’inquiétude ou à la suspicion qu’elles suscitent parfois, l’intérêt pour les sciences, ses méthodes et ses résultats, et une authentique prise de conscience des questions scientifiques et de leurs enjeux ?
Cet ouvrage, le quatrième de la collection « Questions vives », est parti d’un étonnement devant le néologisme Scientific Illiteracy, courant outre-Atlantique : le terme d’« illettrisme » scientifique le traduit imparfaitement. Ce qui est en question, ce n’est pas seulement l’acquisition scolaire d’un savoir minimum mais bien une capacité globale du public à s’informer sans se perdre dans la pléthore de messages, c’est-à-dire, au sens propre, à se former une conscience et à faire siens les fruits comme les interrogations de la science.
Chercheurs et philosophes interrogent donc la place nouvelle des sciences dans la cité – au sens politique et au sens physique – en partant de la difficulté primordiale : comment traduire en langage clair ce qu’énoncent certaines disciplines en langage si spécialisé et techniciste qu’il est absolument opaque pour le non-spécialiste (c’est le cas, notamment mais pas exclusivement, des mathématiques et de la physique). Que peut-on dire d’une science pour en dire au moins « quelque chose » ? Quels défis doit relever l’éducation, à l’école et en dehors d’elle ? Comment d’autres pays, comme les États-Unis, l’Angleterre, la Hollande, et d’autres cultures, à l’exemple de la Corée ou des pays du Maghreb, envisagent-ils la solution du problème crucial mais si complexe du partage des sciences ?
Sans dogmatisme, mais en déployant les multiples facettes du sujet, acteurs et témoins croisent leurs analyses et dégagent des lignes de force dont on doit espérer qu’elles sauvegarderont l’adhésion du public à l’« avenir de la science ».

Partager la science

Partager la science

Nicolas Mathey, L'Humanité

« Riche et foisonnante, la lecture de cet ouvrage collectif peut déboucher sur la mise en évidence d'un rapport démocratique entre le citoyen et les sciences.  »


Pour la Science

« Un livre édifiant qui se lit par petits ou grands morceaux   »


Le Journal du CNRS

« Ce livre pose la question du partage des connaissances scientifiques. Comment faire de la science un objet que chaque citoyen s'approprie ? Comment mieux la diffuser pour que chacun puisse participer aux débats de société qu'elle soulève avec le minimum de connaissances nécessaire ?  »


Le Figaro

« C'est pour tenter d'y voir plus clair dans les rapports entre les sciences et la société que l'Institut des hautes études des sciences et technologie (Ihest) vient de publier un ouvrage collectif regroupant plus d'une vingtaine de personnalités venues de divers horizons.  »


Association du méjan

Actes Sud newsletter

Inscription à la newsletter :

newsletter